Lundi 24 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SEÑOR TACO – La belle histoire d'une Mexicaine de Toulouse

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 18/01/2016 à 00:14 | Mis à jour le 07/01/2016 à 06:08

A Toulouse, l'établissement Señor Taco est un petit Mexique en plein coeur de la ville rose. Propriétaire et cuisinière de la taquería, Vianey raconte au Petit Journal de Mexico son parcours depuis les plages d'Acapulco jusqu'aux berges de la Garonne : un vrai conte des temps modernes !Adriana (à gauche), Vianey (à droite) et Laurent au fourneau de Señor Taco. (Photo Marie Lac)

L'histoire commence dans le village de Coyuca de Benítez dans l'Etat de Guerrero où la grand-mère de Vianey tient un petit restaurant. La abuela est aussi la gouvernante d'une Française, une certaine Amélia "Cabarrousse", comtesse installée à Acapulco et personnage aux airs romanesques. Très tôt, la petite Vianey met la main à la pâte pour aider sa grand-mère qui lui apprend tous les secrets de la cuisine du sud du Mexique.

Vianey enfant

La petite Vianey a mis très tôt 
la main à la pâte. (Photo DR)

Plus tard, elle part avec ses parents s'installer au DF et s'inscrit dans une école de cuisine qu'elle ne termine pas. En parallèle, elle continue à étudier le français qu'elle avait commencé à apprendre en écoutant parler la comtesse. Après un premier emploi dans un restaurant à 17 ans, c'est finalement l'amour qui l'emmènera vers sa prochaine destination : la France. Elle rencontre son prince charmant sur internet, Laurent, et décide de partir le rejoindre à Toulouse.

Ouvrir un restaurant :
une évidence !

Cuisiner, c'est ce qu'elle aime et c'est ce qu'elle fait de mieux. Alors, ouvrir une taquería, c'était l'évidence. Les débuts sont difficiles. Comprendre les rouages de la bureaucratie française, ne pas se décourager devant la paperasse et les formalités : ça n'a rien de facile, surtout quand on vient d'un pays où tout est, paraît-il, plus simple. Elle se lance quand même dans l'aventure et parcourt les marchés, les festivals et les foires du Sud-Ouest. Petit à petit, et avec l'aide de Laurent, Vianey fait connaître sa cuisine et Señor Taco ouvre finalement ses portes trois ans plus tard, dans une petite ruelle du centre-ville de Toulouse. La cuisine de Vianey se veut simple et traditionnelle. Les produits viennent tout droit du Mexique et pas question d'adapter les recettes aux papilles occidentales ! Des sauces piquantes à la déco en passant par l'accueil chaleureux, tout y est pour se sentir comme au Mexique.

MexTIse : l'association des Mexicains de Toulouse  

Dix ans après son arrivée, Vianey est vraiment devenue une Mexicaine de Toulouse. Elle est la présidente de MexTlse, une association d'entraide pour les Mexicains qui s'installent dans la ville rose. Que ce soit pour les démarches administratives, les interrogations du quotidien ou tout simplement pour garder un contact avec leur culture, les membres se retrouvent et échangent. L'association, d'abord destinée aux étudiants, s'est élargie à toute la communauté mexicaine et s'ouvre peu à peu à la vie toulousaine.

MexTlse se joint à de nombreux évènements et s'associe au consulat du Mexique et à la Maison Universitaire Franco-Mexicaine. Elle a, entre autres, participé à l'International Week de l'école de commerce de Toulouse, organisé un concert de mariachis au Parc des Expositions et est intervenue auprès de lycéens dans le cadre de leur classe d'espagnol. ¡Viva México! est le dernier évènement en date. Il s'agit d'une journée d'aide organisée par MexTlse afin de récolter des dons pour les victimes des deux ouragans qui ont frappé le Mexique en 2013.

Une chose est sûre pour Vianey : "Que vous soyez un Mexicain en mal de tacos ou un Français avide de découvertes, le Mexique vous attend à Toulouse !"

Pour aller plus loinPage Facebook de MexTlse.

Marie Lac (Lepetitjournal.com/mexico) Lundi 18 janvier 2016 (republication)

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

Un monastère mexicain, dernier refuge de salamandres aquatiques

Le ronronnement des filtres à aquariums trouble la quiétude du monastère: plusieurs heures par jour, des religieuses mexicaines interrompent leurs prières pour prendre soin de leur élevage d'achoques

Sur le même sujet