Samedi 24 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

COUPLE - Une histoire d’amour franco-mexicaine

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 25/05/2010 à 00:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 15:16

Manon est française, photographe et éditeur, Guillermo est mexicain, musicien. Ils se sont rencontrés au Mexique il y a 4 ans et demi. Aujourd'hui, à tous les deux 30 ans, ce sont les heureux parents de Mua, 9 mois. Ils nous parlent dans cet entretien des différences culturelles qui existent entre eux, différences qu'ils ont appris à connaître avec le temps et qui font aujourd'hui la force de leur couple

 

Manon, Guillermo et Mua. Photo: Hélène Sorin

Lepetitjournal.com : Manon, quand es-tu arrivée au Mexique et pourquoi?
Manon: Cela fait cinq, six ans que je vis ici. Depuis toute petite je disais que je ne voulais pas rester vivre en France. J'ai vécu dans pas mal d'endroits. Je suis arrivée au Mexique à un moment de ma vie où je voulais changer de pays, tout simplement parce qu'une amie m'a convaincue de venir !

Avez-vous vécu ensemble en France? Guillermo, parles-tu français?
Guillermo: Non, nous n'avons jamais vraiment vécu là-bas, mais nous y sommes allés plusieurs fois, sur des périodes de plusieurs mois, notamment pour la naissance de Mua, qui est née en France. Mais non, je ne parle pas français? je comprends un peu.

Parlez-vous à Mua dans les deux langues?
M: Au début j'avais l'idée que dans le cercle familial on devait lui parler la même langue, l'espagnol, pour qu'elle ne se mélange pas.  Et en fait je lui parle en français évidemment, c'est tellement naturel!

Dans votre couple, dans quelles circonstances notez-vous des différences culturelles?
M
: Guillermo n'est pas le premier homme mexicain avec qui je suis et je ne suis pas sa première copine européenne. Donc, quand nous nous sommes rencontrés, nous avions déjà de l'expérience en la matière et le choc culturel avait sans doute déjà eu lieu avec nos amis respectifs antérieurs. Il y a bien évidemment des différences culturelles mais nous les connaissons, nous nous y sommes habitués et même nous en avons fait une force pour notre couple. Quand il y a des différences, on ne critique pas l'autre dans sa façon de faire ou de penser. Au contraire on se complète, c'est plus un échange, un apport mutuel.

G: Par exemple, Manon, en tant que française, défend beaucoup plus ses droits. Moi je suis beaucoup plus frileux quand il s'agit d'aller réclamer quelque chose, pour être payé pour un concert par exemple. 

M: Oui c'est vrai! Les Européens sont beaucoup plus attachés à leurs droits que les Mexicains! Et dans notre couple, nous savons que c'est comme ça : c'est moi qui vais réclamer, je ne lui demande pas qu'il le fasse, j'ai compris que c'est sa culture et lui ne me critique pas pour le faire? A l'inverse, Guillermo me tranquillise beaucoup. Et puis quand il arrive en retard, je ne m'énerve pas puisque je le sais déjà!

Quels sont selon vous les autres points forts d'un couple mixte?
G: Manon me fait voir les défauts de ma société, elle me les fait voir de l'extérieur, j'ai une vision plus critique sur la société mexicaine. Et maintenant même moi je suis ponctuel par rapport à mes amis!

M: Moi, je suis d'abord tombée amoureuse du Mexique. Il y a beaucoup de différences par rapport à la France, par exemple le fait que dans la rue tous les gens soient de bonne humeur! Dans notre couple, je ne sens pas tellement cette différence finalement? Guillermo est quasi plus européen que mexicain. Je pense que l'on a su tous les deux dépasser notre propre culture, moi en venant ici et lui en allant là-bas. Finalement, je crois que nous sommes tous les deux plus internationaux que nationaux.

Pensez-vous vivre un jour en France?
G: Pas pour l'instant. On pense plutôt partir vivre dans un autre pays, au Brésil peut-être.

Hélène SORIN (www.lepetitjournal.com/Mexico) mardi 25 mai 2010

Votre témoignage nous intéresse !
Pour faire part de vos impressions mexicaines, partager vos bons plans ou encore exprimer vos coups de gueule, contactez la rédaction de lepetitjournal.com à Mexico (mexico@lepetitjournal.com). Un(e) journaliste se mettra en contact avec vous dans les plus brefs delais.

 

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

ENVIRONNEMENT

Amazonie, le poumon vert de rage

Depuis plusieurs semaines, les incendies ravagent la forêt amazonienne dont 60% se trouvent sur le territoire brésilien. Lundi dernier, Sao Paulo se trouve plongée dans le noir en plein jour

Sur le même sujet