Mercredi 26 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BOULANGERIE LA BOHÊME – Mathieu Dornier, chronique d'une expatriation à succès

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 08/10/2015 à 12:26 | Mis à jour le 08/10/2015 à 17:53

Missionné par une marque de grande distribution française pour promouvoir et développer les produits bio au Mexique, c'est en 2004 que Mathieu Dornier débarque à Mexico. Plus de dix ans après, Le Petit Journal de Mexico l'a rencontré dans sa boulangerie La Bohême de La Roma. L'occasion de revenir avec lui sur ses nombreuses réussites depuis 2004 et ses projets en cours.

Mathieu Dornier et son équipe se prêtant au jeu de la photo, dans une ambiance conviviale et chaleureuse. (Margot Cariou)

De prime abord, le Français au style décontracté fait davantage penser à un expatrié parmi tant d'autres qu'à un entrepreneur averti ayant passé les dix dernières années de sa vie à percer dans la gastronomie française au Mexique. Pourtant, qu'on ne s'y méprenne pas, c'est bien un empire que Mathieu Dornier est en train de fonder au Mexique. 

Une succession de réussites 

Un an après avoir été muté au Mexique par le groupe Carrefour, la célèbre marque revend ses supermarchés et lui propose de partir à Taïwan, à nouveau pour développer le marché de produits bio. Cependant, durant son année passée au Mexique, Mathieu Dornier, fils et petit-fils de meunier, a pris conscience de l'absence de marché dans le secteur la boulangerie française et il refuse donc l'offre de la chaîne.

La célèbre baguette parisienne, très convoitée des Mexicains. (DR)

Malgré tout, le trentenaire patient laisse ce projet audacieux murir et reste quelques années de plus dans son secteur initial : le bio. En 2007, il y crée ainsi sa propre entreprise, Campo Vivo, une entreprise qui produit et distribue des produits bio au Mexique. On peut dire qu'il fût bien inspiré. Huit ans plus tard, la petite entreprise du début est en effet devenue leader du bio au Mexique et emploi 120 personnes pour un chiffre d'affaire annuel de six millions d'euros. Le tout dans un soucis permanent de responsabilité sociale pour une agriculture durable et une démocratisation du bio. 

Fort de son succès, le Pontassilien décide de ne pas en rester là et, conformément à son projet initial, en juillet 2014, il crée La Bohême, une boulangerie-pâtisserie française au c?ur de la capitale mexicaine. Pour déjouer la concurrence et se distinguer de la concurrence, il mise sur le haut-de-gamme et fait venir Jean-Baptiste, un boulanger français avec qui, pendant quatre mois, il va faire des tests pour adapter les recettes traditionnelles françaises aux conditions climatiques et aux goûts mexicains. C'est ainsi qu'il invente «la croncha» décorée à la manière de la célèbre «Concha» mexicaine et fourrée d'une mousseline parfumée. 

Ce mariage entre importation du savoir-faire français et volonté d'adaptation aux goûts mexicains permet à Mathieu et sa boulangerie de rapidement s'attirer les faveurs de la population locale qui, chaque week-end s'arrache les baguettes parisiennes, les chocolatines ou encore les tartes au citron meringuées. Fort de cette réussite et entrepreneur dans l'âme, en juillet 2015, Matthieu décide d'agrandir sa boulangerie-pâtisserie pour créer un espace «bistrot» où, selon l'heure, les clients peuvent déguster du pain perdu autour d'un bon café ou des sandwichs chauds et autres tartes salés autour d'un jus d'orange pressé. Parallèlement, il achète également un stand au marché Dumas et transforme le parking de devant en une terrasse agréable où les clients peuvent savourer ses pâtisseries. 

Ambitions et projets en cours 

Ambitieux, Mathieu espère aujourd'hui ouvrir deux nouvelles boutiques par an dans le District Federal avec toujours, conformément à sa recherche incessante de qualité, une cuisson sur place et une gestion directe. Dans ce projet culotté, sa difficulté principale selon lui est désormais de trouver des locaux car il vise des lieux de plus en plus audacieux et fréquentés. 

La chocolatine, très prisée pour les petits-déjeuners dominicaux. (DR)

Son autre objectif principal est de faire de son nouveau «bistrot», catalogué par les clients comme l'endroit idéal des brunchs dominicaux, un endroit fonctionnant en continu du matin au soir et où les clients seraient heureux de venir prendre un apéritif après une longue journée de travail. Récemment, il a ainsi obtenu une licence pour vendre du vin et de la bière et s'est associé au fromager Sabor y Caracter pour proposer à ses clients d'accompagner leur verre de vin de plateaux de fromages et de charcuteries françaises.  

Enfin, constatant que la plupart des gâteaux vendus dans les supermarchés mexicains étaient importés, Mathieu et un ami ont eu l'idée de créer leur propre marque de biscuits, inspirée de la biscuiterie traditionnelle française, c'est-à-dire basée sur la qualité et la saveur. D'ici la fin d'année, ils espèrent ainsi la commercialiser et envahir les placards des familles mexicaines. 

Pour finir, dans un soucis constant de fournir à ses clients le meilleur savoir-faire, Mathieu a récemment engagé un chocolatier mexicain, champion de sculptures sur chocolat et confiseries, et espère ainsi apporter plus de couleurs et d'originalité à ses produits et ses vitrines. 

Des convictions toujours intactes

La tarte au citron meringuée, produit phare de La Bohème et parfaitement adapté au dessert du dimanche midi. (DR)

Ingénieur agronome spécialisé dans le bio, le succès fulgurant de Mathieu Dornier ne l'a pas fait oublié ses valeurs et c'est donc bien selon des attitudes respectueuses de l'environnement qu'il poursuit son ascension. Ainsi, outre l'utilisation de produits bio issus du commerce équitable pour la réalisation de ses pâtisseries, un de ses mots d'ordre est de n'importer que ce qui est réellement nécessaire et, à l'inverse, de promouvoir l'activité des petites entreprises locales. Son beurre est donc un beurre national, et, malgré les difficultés qu'il lui a posé, notamment en terme d'irrégularité, il ne souhaite pas en changer. Seul son cacao est aujourd'hui importé mais cela devrait bientôt changer car son producteur de café, une petite coopérative du Chiapas qui lui fournit un café bio et respectueux des conditions du commerce équitable, devrait bientôt se lancer dans le cacao pour lui.

Pour les expatriés en mal du pays ou les Mexicains amateurs de gastronomie française, La Bohème est l'endroit rêvé pour apporter une touche française à votre quotidien. Plus que ça, La Bohème est le symbole d'une expatriation à succès, permise par un esprit d'entrepreneuriat sans limite.   

 Pour plus d'informations : http://www.laboheme.com.mx

 Margot Cariou (Lepetitjournal.com/mexico) Jeudi 08 octobre 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

Un monastère mexicain, dernier refuge de salamandres aquatiques

Le ronronnement des filtres à aquariums trouble la quiétude du monastère: plusieurs heures par jour, des religieuses mexicaines interrompent leurs prières pour prendre soin de leur élevage d'achoques

Sur le même sujet