Mercredi 19 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ARCHITECTURE - La Torre Reforma et la petite maison rose...

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 22/01/2016 à 11:34 | Mis à jour le 07/01/2016 à 06:20

C'est l'un des petits détails qui fait que Mexico est bien Mexico. Une ville tiraillée entre une modernité débridée et un fort attachement à son passé, son histoire. Véritable bataille de David contre Goliath, la petite maison rose sur Paseo de Reforma a su résister à La Torre Reforma qui voulait l'engloutir. 

C'est l'histoire d'une petite maison, une casita, située sur le Paseo de la Reforma, à la esquina avec la rue Rio Elbe. Celle-ci fait partie de la liste du catalogue des bâtiments protégés de la capitale par l'Instituto Nacional de Bellas Artes (INBA). Une jolie maison rose, datant de 1919, située sur l'une des plus importantes avenues du pays. Aucune raison de ne pas la considérer comme patrimoine historique de la ville ?

Là où les choses se corsent, c'est lorsque certains décident de construire le plus haut gratte-ciel de Mexico, La Torre Reforma, juste à cet endroit là ! (Depuis, le titre a été "volé"par la Torre Mitikah, qui une fois terminée sera plus grande. Mais La Torre Reforma sera au moins le plus haut gratte-ciel du centre ville, ce qui est déjà pas mal...). 

Après avoir commencé les travaux, les architectes se sont rendus compte que, pour que l'édifice dispose de fondations cimentées anti-séisme indispensables à Mexico, des travaux sous cette vieille maison étaient nécessaires. Problème : il est interdit de détruire purement et simplement les bâtiments protégés. Alors dans ces cas là, l'option choisie par les constructeurs est de conserver seulement la façade, plus ou moins intégrée au bâtiment. Le cas du centre commercial Reforma 222 ou de la Torre Mapfre (voir photo), tout deux situés sur la même rue à quelques centaines de mètres de là, font jurisprudence.

Après avoir refusé la destruction pure et simple ou la reconstruction de la maison au 22ème étage de la tour, c'est cette solution qui fut acceptée. Néanmoins il était toujours interdit de déconstruire la façade pour la reconstruire ensuite, c'est donc toute la maison qui fut déplacée de 18 mètres sur le côté pendant 9 jours pour permettre la réalisation des fondations. Elle réintégra ensuite sa place et les travaux reprirent après vérification de l'INBA.

La tour qui atteint presque les 245 mètres de haut pour 65 étages s'élève aujourd'hui littéralement au dessus de la maison rose, semblant en partie s'appuyer sur elle.

Timothée Delabrouille (lepetitjournal.com/mexico) Vendredi 22 janvier 2016 (Republication)

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

Un monastère mexicain, dernier refuge de salamandres aquatiques

Le ronronnement des filtres à aquariums trouble la quiétude du monastère: plusieurs heures par jour, des religieuses mexicaines interrompent leurs prières pour prendre soin de leur élevage d'achoques

Sur le même sujet