Jeudi 13 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SOCIETE - Prostitution juvénile à Acapulco

Par Lepetitjournal Mexico | Publié le 07/03/2008 à 01:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 11:31

La doyenne des stations balnéaires, autrefois fréquentée par les vedettes d'Hollywood, attire toujours les touristes. Mais si la plupart y viennent pour le soleil, d'autres moins scrupuleux profitent ici du sexe bon marché. Enquête dans les quartiers chauds du "Acapulco by night"{mxc}


La doyenne des stations balnéaires, autrefois fréquentée par les vedettes d'Hollywood, attire toujours bon nombre de touristes. Mais si la plupart y viennent surtout pour le soleil, d'autres peu scrupuleux profitent ici du sexe bon marché. Enquête dans les quartiers chauds du "Acapulco by night"

Pour Geraldo, adolescent des rues d'Acapulco, la scène est presque banale. "Les étrangers viennent nous voir ici au Zocalo et ils nous offrent de l'argent pour avoir des relations sexuelles avec eux, raconte-t-il. On passe une heure ou deux à l'hôtel en leur compagnie puis ils nous donnent 500 pesos".
Geraldo a 17 ans. Un visage d'adolescent sous un duvet de moustache. Il en avait 12 ans la première fois qu'un touriste étranger l'a approché. "C'était un Américain. J'en ai connu beaucoup. Des Canadiens aussi".
Acapulco est à l'image de la société mexicaine. Derrière le clinquant des hôtels de luxe se cache l'extrême pauvreté. Celle des familles miséreuses qui voient dans les poches du touriste étranger la seule porte de salut.

20.000 enfants prostitués
Oscar Martinez est travailleur de rue auprès des jeunes déshérités. Il connaît bien la mécanique du tourisme sexuel. "Des centaines d'enfants ici vivent dans la rue. La prostitution demeure pour eux l'unique moyen de subsistance, dit-il. Et puis c'est toléré par les autorités".  
À Acapulco, le tourisme sexuel est une réalité que l'on préfère ignorer. Selon l'UNICEF, au moins 20.000 enfants se prostituent au Mexique, la plupart dans les zones touristiques comme Acapulco ou Cancun.
"Cela se fait aux yeux et au su des autorités", déplore Norma Negrete, présidente d'ECPAT Mexico, une ONG mise sur pied pour combattre la prostitution juvénile. "Le Mexique est devenu un véritable paradis pour les touristes sexuels. Les organisations internationales nous ont avertis à plusieurs reprises. Mais personne ne fait rien pour combattre ce fléau".
Implication du crime organisé ou silence complice des autorités ? Dans tous les cas, le tourisme sexuel est une affaire de gros sous. "Tout le monde ici profite de l'activité sexuelle, raconte Oscar Martinez. Les chauffeurs de taxis ou les portiers dans les bars. Tout le monde participe à cette industrie. À Acapulco, le touriste sexuel n'est pas considéré comme un criminel. C'est plutôt une bonne personne qui contribue à la prospérité de la ville".

Les "enfants invisibles"
À bord de sa voiture, Oscar Martinez nous fait découvrir les quartiers chauds du célèbre port mexicain. Ceux qui font la réputation du "Acapulco by night". La "Bangkok latino-américaine"comme l'ont surnommé les ONG locales.
"Devant nous, là-bas, c'est une maison clandestine, dit-il en la montrant du doigt. On y trouve des jeunes filles de 12 à 16 ans. Mais c'est pour une clientèle de luxe. Il en coûte 200 dollars pour une relation sexuelle. Les jeunes filles elles gagnent à peine 100 pesos par jour. 10 dollars". Si les filles sont nombreuses à se prostituer, les garçons, eux, le sont davantage. Luis avait 11 ans quand il s'est retrouvé dans la rue. Prostitution, photos pornos? Lui aussi raconte le manège des touristes gringos, canadiens ou européens.
"En général, il nous traite bien, dit-il. Mais certain d'entre eux sont parfois agressifs".
Et la police ? Que fait-elle ? "Rien, répond-il. De toute façon, même si je voulais dénoncer un touriste, les policiers refuseraient de me croire. Ma parole ne vaut rien contre celle d'un touriste étranger. Je ne suis qu'un enfant de la rue. Un drogué".
Oscar Martinez, lui, les a surnommés les "enfants invisibles". Des sans voix réduits à l'exploitation. Des victimes anonymes du tourisme sexuel.

Maxime Coutié (www.lepetitjournal.com/mexico) jeudi 6 mars 2008

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Mexico

LEPETITJOURNAL.COM

Devenez notre correspondant au Mexique

Vous aimez écrire ? Vous voulez découvrir le Mexique autrement et faire des rencontres inoubliables ? Nous recherchons un(e) correspondant(e) pour développer notre contenu localement !

Sur le même sujet