Samedi 26 septembre 2020
Melbourne
Melbourne

Témoignages : ces français qui ont choisi de rester en Australie

Par | Publié le 24/03/2020 à 10:06 | Mis à jour le 26/03/2020 à 05:10
temoignage francais rester australie

De nombreux français ont décidé d’écourter leur séjour en Australie et de rentrer dans l’hexagone suite à la pandémie du coronavirus. Des retours dus à plusieurs problèmes rencontrés par certains francophones : des  visas expirant sous peu, un proche malade, une assurance ne prenant pas en charge les eventuelles frais médicaux liés au Covid-19, perte d’emploi. D’autres ont fait le choix de rester, et de continuer leur aventure australienne malgré tout. Rencontre avec cinq  français qui ont choisi de rester en Australie.

'Retourner en Europe est plus dangereux que de rester ici'

Félicien habite à Melbourne depuis 2 ans. Il a décidé de rester en Australie afin d’être moins exposé au virus qu’en Europe. Une décision qu'il pourrait revoir ces prochaines semaines : "Il est vrai que le coronavirus se répend et qu'il y a de quoi se poser des questions. Cependant, je pense que retourner en Europe est plus dangereux que de rester ici. Les statistiques mondiales le montrent bien. Selon moi, il est clair que rentrer en France nous expose plus au virus que de rester là où nous sommes. D'autant plus que le voyage retour peut devenir difficile avec tous les vols annulés. Il y  a  aussi le risque d'attraper le virus pendant le voyage, ou encore d’être placé en quarantaine à notre arrivée. Plus tous les coups qui en découlent. Je travaille dans la restauration et depuis une semaine je n'ai plus de boulot. La situation se complique de jour en jour. Je vais devoir vivre sur mes économies pendant un certain temps. Je ne sais pas combien de temps cela va durer. À voir comment la situation évolue, il est possible que je change de point de vue d'ici quelques semaines selon mes finances."

 

felicien melbourne

 

'J'ai eu la possibilité de rentrer, je ne l'ai pas fait'

Thibaud réalise un stage de fin d'études pour son école d'ingénieurs. Il est arrivé il y a 1 mois à Melbourne : "J'ai eu la possibilité de rentrer, je ne l'ai pas fait. Maintenant les compagnies aériennes ferment petit à petit ce qui est compréhensible. C'est logique avec ce qui se passe. J'ai déjà mon billet retour pour août. J'espère que la situation sera rétablie d'ici là. Je suis venu en Australie pour un stage en météorologie. Ce dernier ne se fait maintenant qu’en télétravail, ce qui va être compliqué mais je ne perds pas espoir. Je n'ai pas de problème du visa, ni d'argent car je suis payé pendant mes études. S'il y a un confinement cela va être assez dur et j'avoue qu'en famille cela serait bien plus agréable."

Quelle prise en charge assurée par les assurances ?

Marie est une backpacker arrivée en janvier en Australie. Elle travaille comme femme de ménage. Elle recherche actuellement un emploi : "personnellement j'ai la chance d'être arrivée il y a trois mois en Australie donc je ne suis pas dans l'urgence pour rentrer. Cependant, j'aimerais que ceux qui restent ici soient mieux informés sur les assurances santé par exemple. Quels soins prennent-elles en charge ? Je pense que si l'on arrive au confinement, nous n’aurons de toute façon plus vraiment le choix et on sera obligé de rester."

'L'Australie gèrera mieux la situation que la France'

Maelys vit en Australie depuis 2 ans. À 26 ans, elle est actuellement responsable d'un hôtel à Perth : "le gouvernement australien gérera mieux la situation que le gouvernement français, j'en suis persuadée ! Ici, les gens semblent respecter le confinement. Depuis le début de la semaine, on voit de moins en moins de personnes dans la rue. Les Australiens ne font que des déplacements utiles, contrairement à en France. Certes, les cas augmentent, mais pas autant que dans l'hexagone. La densité de population n'est pas non plus la même ici, ce qui est avantageux pour nous. Je trouve également que le gouvernement australien est bien réactif. Ils ont pris les bonnes décisions. J'aborde les prochaines semaines sereinement, tout en respectant les différentes normes d'hygiène."

 

Maelys australie

 

'Je reste, tout en me préparant au confinement'

Hadrien est un backpacker arrivé il y a deux mois en Australie. Il a décidé de louer une chambre dans une colocation pour les prochaines semaines : "je vivais dans un 4x4 depuis le début de mon séjour. Dès que j'ai vu que la situation dégénérait en Europe et que les vols s'annulaient de jour en jour, j'ai décidé de rester, tout en me préparant à un éventuel confinement. Pour cela, j'ai loué une chambre dans une colocation à Melbourne. Certes, cela va affecter mon budget pour ce séjour en Australie. Mais je ne me voyais pas repartir au bout de 2 mois en France. J'aborde les prochaines semaines avec tout de même un peu de peur et d'incompréhension, car j'ai l'impression que le gouvernement australien ne se préoccupe pas des étrangers et des backpackers. Heureusement que l'ambassade et le consulat nous informent un au minimum."

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté Melbourne

ART

Un 'clown' australien et écolo à Montargis

Dans le cadre d'un festival d'art de rue dans la région parisienne, l'artiste australien installé en France René Brink "Shrink" a réalise un mural. Un thème environnement pour une oeuvre très urbaine.

Expat Mag

Francfort Appercu
INTERVIEW

Philippe Jacq : « Le théâtre est un grand vecteur de culture »

Ses apparitions remarquées sur le petit écran et au théâtre en France et en Allemagne ne nous ont pas laissés indifférents. Il revient sur scène avec « Le Bonheur » à Francfort et Wiesbaden. Entretien