Dimanche 31 mai 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Francisco Rodrigues dos Santos : Le nouveau visage du CDS-PP

Par Adèle Guilluy | Publié le 09/02/2020 à 21:16 | Mis à jour le 09/02/2020 à 21:27
Francisco_CDS


En 2018, le magazine Forbes l'a désigné comme étant l'un des 30 jeunes les plus brillants, innovants et influents d'Europe dans la catégorie "droit et politique". Deux ans plus tard, Francisco Rodrigues dos Santosa est élu président du CDS-PP (Centro Democrático Social - Partido Popular). C'est avec 46% des voix qu'il a succédé à Assunção Cristas fin janvier. Qui est ce nouveau leader qui veut rassembler la droite autour de ses idées conservatrices ?
 
L'homme de 31 ans était le plus jeune candidat à la présidence du CDS-PP lors du 28ème congrès du parti, qui a eu lieu le 26 janvier à Aveiro.

 

Le parti des chrétiens démocrates

« Croyez au Portugal ». C'est le slogan du Partido do Centro Democrático Social - Partido Popular, parti conservateur portugais. Il a été fondé le 19 juillet 1974 sous l'impulsion de plusieurs personnalités politiques dont Diogo Freitas do Amaral, Adelino Amaro da Costa, Basílio Horta ou encore Vítor Sá Machado. Le CDS également connu sous le nom du parti des chrétiens-démocrates milite pour une démocratie chrétienne et une économie libérale. Il fait partie de l'Union démocrate internationale et du Parti populaire européen. Pour les élections législatives de 2015, le CDS créé une coalition avec le PSD le parti social démocrate. Leur alliance recueille 36,9 % des voix et 107 députés, dont seulement 18 pour le CDS. Lors des dernières élections législatives, le 6 octobre dernier, le CDS alors représenté par Assunção Cristas a obtenu seulement 4% du total des voix. Il compte désormais 5 élus dans l'hémicycle portugais contre 18 auparavant. Ces élections législatives s'inscrivent dans un contexte d'abstention important avec un taux de 45%.
 

Un avocat qui devient politicien

Fancisco Rodrigues dos Santos est né à Coimbra le 29 septembre 1988.  Après avoir étudié le droit à la Faculté de droit de Lisbonne, il devient avocat pour le cabinet Valadas Coriel & Associados où il exerce encore des fonctions en tant que consultant juridique. Sa vie politique commence en 2007 lorsqu'il rejoint le mouvement Juventude Popular  du CDS-PP, il avait alors 19 ans. Il devient le président du mouvement en 2015.

 

Des idées conservatrices

Lors de son élection ce 26 janvier, le nouveau président du CDS a annoncé sa volonté d'unir le CDS et de retrouver la confiance des électeurs, en menant une politique en accord avec les valeurs de la démocratie chrétienne. Il a déclaré dans un entretien au journal Público(1), en 2018 que Winston Churchill, Ronald Reagan, Margaret Thatcher, ou encore Adriano Moreira sont les figures politiques qui l'inspirent. Il défend des idées conservatrices et se dit contre l'avortement, contre le mariage homosexuel ou encore contre la légalisation des drogues douces.

 

Ses projets pour le parti

Désormais à la tête du CDS, il souhaite relancer «le nouveau vieux parti » en mettant l'accent sur la famille, la dignité humaine, la sécurité, le travail ou encore l'éthique judéo-chrétienne comme « valeurs fondamentales ». Son objectif est d'unir le CDS ainsi que de retrouver la confiance des électeurs, en menant une politique en accord avec les valeurs de la démocratie chrétienne.
Parmi ses projets, il propose notamment un amendement qui a pour objectif d'équilibrer « la relation entre ceux qui ont le devoir de payer des impôts et ceux qui ont le pouvoir de les percevoir »
 
Parcours à suivre...
 
(1) - Publico, édition du 26 janvier 2018

 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Lisbonne

Plage et Covid-19 : les règles à respecter

Dans le cadre de la deuxième phase du déconfinement qui a commencé le lundi 18 mai, le Premier ministre a établi les règles qui encadreront la réouverture officielle des plages à partir du 6 juin.

Expat Mag

Lima Appercu

Pourquoi le confinement ne fonctionne pas au Pérou ?

Le Pérou est le premier pays en Amérique latine à avoir décrété l’état d’urgence (16 mars), mais il est malgré tout devenu le deuxième pays le plus touché par l’épidémie du Covid-19, après le Brésil.