Mercredi 20 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ERASMUS – Un programme pour découvrir la vie professionnelle à l´étranger

Par Lepetitjournal Lisbonne | Publié le 23/07/2017 à 22:07 | Mis à jour le 24/07/2017 à 10:21

Erasmus + est un dispositif qui permet aux élèves des lycées professionnels de bénéficier d´une expérience en entreprise à l´étranger. Un programme d´échange fondamental pour le lycée professionnel du Montijo, à quelques kms au sud de Lisbonne,  qui en 2016 a reçu au total 700 jeunes de différents pays qui sont venus effectuer un stage en entreprise au Portugal. C`est dans ce cadre que le centre commercial Leclerc du Montijo a reçu en juin dernier trois jeunes filles du lycée professionnel Jeanne D´Arc de Vitré en Bretagne. Lepetitjournal est allé à leur rencontre.
 
Un apprentissage qui va au-delà de l´aspect professionnel
Monsieur David Lebreton, PDG du centre commercial Leclerc Montijo depuis 2011 est originaire de Vitré en Bretagne. Son expérience avec des stagiaires n´est pas d´aujourd´hui puisqu´il accueillait déjà des élèves français dans son magasin Leclerc à Vitré où il avait une relation d´échange avec le lycée professionnel Jeanne d´Arc. Ce lien il l´a maintenu au Portugal et reçoit depuis son arrivée des jeunes de ce lycée pour leur stage professionnel dans le cadre du programme Erasmus. C´est un projet qui lui tient particulièrement à c?ur : "A notre niveau on ouvre à ces jeunes des frontières, on leur apporte une ouverture d´esprit et on leur apprend aussi à vivre ensemble" nous a t-il confié. En juin dernier il a reçu pour une durée d´un mois trois jeunes filles de 17 ans, Marie, Noémie et Léonie. Lepetitjournal/Lisbonne est allé les rencontrer lors de leur arrivée alors qu´elles étaient accompagnées par le Directeur de l´institution Jeanne D´Arc de Vitré M. Benoît De Parscau et leur professeur de gestion et pilote des projets Erasmus Mme Michelle Boscher.  M. João Martins responsable de l´association pour la formation professionnelle et le développement du Montijo était aussi présent pour les recevoir. Ce dernier a pour responsabilité de gérer le lycée professionnel de Montijo dont l´association est aussi propriétaire.

Cet échange à l´abri du programme Erasmus + consiste en un protocole établi entre trois entités, dans ce cas le lycée professionnel de Vitré en France d´où proviennent les jeunes stagiaires, l´association qui gère le lycée professionnel du Montijo au Portugal et qui accueille les stagiaires ainsi que le Centre commercial Leclerc du Montijo, l´entreprise où se déroule le stage.
 
Un projet qui a une histoire
M. João Martins, un fervent défenseur de ce programme d´échange, nous explique que le développement de ce projet a commencé en 2009 lors d´une première expérience positive avec une école roumaine. Depuis l´on peut dire que c´est un succès, en 2016 l´association a reçu 700 jeunes et a envoyé 100 élèves portugais à l´étranger.  Ils proviennent en premier lieu de Roumanie, Bulgarie, Croatie, France puis aussi d´Espagne et de Macédoine. L´association accueille et loge les jeunes en auberge de jeunesse, elle leur donne aussi un encadrement professionnel et culturel. "L´idée fondamentale de ce dispositif est de se connaître les uns les autres et de découvrir qu´il existe d´autres réalités au-delà de celle de notre pays et c´est cela qui selon moi permet de créer une Europe" déclare M. João Martins. Il  poursuit "Je pense qu´aujourd´hui l´UE a conscience que ces programmes sont probablement un des meilleurs investissements pour la construction de l´Europe, parce que ce sont ces programmes qui ont fait que des milliers de jeunes de tous les pays ont établi des relations entre eux et se sont aperçus que l´on ait pas si différents les uns des autres, ainsi ils repartent avec une idée plus exacte du pays".

"Il y a 6, 7 ans les entreprises n´acceptaient pas facilement de recevoir les jeunes stagiaires, aujourd´hui ce n´est plus le cas ; recevoir des jeunes en stage est devenu une routine, la seule entrave est la langue mais en dernier recours le geste est la solution adoptée" nous dit encore M. João Martins.

(Photo : M. Benoît De Parscau, Léonie, Marie, Noèmie, M. João Martins, M. David Lebreton, Mme Michelle Boscher)

Un partenariat lycée-entreprise au-delà des frontières
Mme Michelle Boscher raconte que lorsqu´elle a rencontré M. David Lebreton, il accueillait déjà ses élèves  dans son magasin Leclerc à Vitré, "je lui ai demandé s'il voulait bien accueillir en stage dans son futur établissement des élèves étrangers. Il était d'accord, mais c'était un accord que nous prenions pour l'année suivante alors qu'il partait au Portugal à l'époque. Il a accepté tout en sachant qu'il n'accompagnerait pas le projet, et m'a indiqué qu'il serait en mesure de recevoir des jeunes français dans son établissement au Portugal, ce qu´il a fait en partenariat avec le lycée professionnel du Montijo depuis 2014. D'habitude il reçoit deux stagiaires en commerce mais cette année c'est une première, ils sont trois, il y a toujours eu la barrière de la langue, mais finalement une grande partie du personnel du magasin parle français. C'est pourquoi cette année et pour la première fois, Léonie, une jeune française, est venue faire son stage dans le domaine de la comptabilité administrative. Marie et Noémie font leur stage dans le domaine du  commerce. C'est leur premier stage à l'étranger, mais elles en ont déjà fait en France. Au Lycée professionnel, leur formation exige 22 semaines de stages sur les 3 années. Elles vont donc faire 4 semaines sur les 22 à l'étranger".  

M. David Lebreton a défini des objectifs pour cette expérience en entreprise au Portugal de ces trois stagiaires : "L'objectif que je me donne et qui répond au cadre bien défini du stage, c'est la découverte d'une entreprise à l'étranger, d'une culture, c'est très général mais lié à leur domaine d'activité qui est la vente. Je voudrais qu'il y ait des échanges entre les stagiaires de différentes nationalités présents en magasin, qu'elles ne soient pas sur un poste unique durant le stage, qu'il y ait cette confrontation, cette difficulté de la langue, et la découverte qu'au delà de la langue, il est possible de se comprendre. Mes salariés ont l'habitude de ces exercices là et vont pouvoir les solliciter, sans que Noémie et Marie parlent le portugais. L'objectif est qu'elles aient aussi quelques bases en portugais au delà du ?bonjour? et ?au revoir?. L'échange est important, ainsi que la connaissance du monde de l´entreprise. Elles pourront voir un pâtissier garnir un gâteau puis le faire elles aussi et découvrir  toutes les facettes des  métiers qui existent dans ce magasin, toutes leurs spécificités. Elles vont pouvoir travailler de façon autonome et responsable. Elles me proposaient déjà ce matin de faire goûter des spécialités françaises aux clients. Ces petits exercices d'aller vers les clients représentent toute la partie pédagogique et professionnelle. Je veux leur apporter aussi l'expérience de l'expatriation, la vie d'un couple binational, comme le mien, un Français et une Polonaise qui vivent au Portugal. Cela peut leur ouvrir d'autres horizons, les construire pour l´avenir".

Au sujet de ces échanges M. David Lebreton rajoute "J'avais des idées reçues sur nos amis roumains, et j'ai redécouvert à travers les jeunes que M. João Martins nous envoi, la Roumanie, sa jeunesse, sa culture, qui sont formidables. Tant qu'on ne connaît pas l'autre, on en a peur".  

A l´issue de leur stage Noémie, Marie étudiantes en bac pro commerce et Léonie en 1ère gestion administration bac pro, racontent leur expérience :

Lepetitjournal : Après ces quelques semaines en entreprise qu´est ce qui vous a le plus marqué ?
Marie : La différence entre un hypermarché au Portugal et en France . Le fait de pouvoir travailler dans un pays étranger et de parler une autre langue est un grand enrichissement. (Photo : Marie)

Noémie : la disposition du magasin par rapport à la France avec par exemple au Portugal un coin café a coté de la boulangerie avec des tables pour une pause.

Léonie : La structure du magasin est différente de celle de la France. J´ai constaté que nombreux Portugais parlent français et ils  m´ont surpris en buvant beaucoup de café !

Vous ne connaissiez pas le Portugal en arrivant il y a un mois, quelle image vous restera t´il après cette expérience ?
Marie : Je garderai l´image d´un pays touristique avec des lieux magnifiques, mais aussi une assez grande disparité de moyens entre les classes sociales.

Noémie : Pour moi aussi un pays très touristique avec des paysages magnifique, des habitants très souriant et chaleureux. Un pays où j´aimerais revenir assez vite. (Photo : Noémie)

Léonie : Il me restera une image des habitants : la gentillesse, la différence entre les classes sociales, il peut y avoir une belle maison à coté d´habitations beaucoup moins luxueuses. Un pays touristique avec de beaux paysages où je pourrai revenir en vacances.

Comment considérez-vous ce stage dans le cadre de vos études, aura-t-il de l´influence sur votre orientation future ?
Marie : Ce stage m´a permis de prendre confiance en moi, d´être plus autonome, de m´améliorer dans les langues et d´acquérir plus d´expérience professionnelle.

Noémie : Ce fut pour moi un stage bénéfique sur le plan personnel et professionnel, il m´a permit de devenir plus autonome et de gagner en maturité car j´ai été livrée à moi-même pendant un mois. J´ai amélioré aussi mes langues et enrichi mon expérience professionnelle, un plus pour mon CV.

Léonie : ce stage dans mes études est positif, j´ai beaucoup parlé en anglais et donc amélioré cette langue, je songe d´ailleurs à  aller travailler en Angleterre et ce stage va enrichir mon CV. Grâce à ce stage je suis devenu plus autonome, j´ai appris à gérer mon argent toute seule sur un mois et me suis sentie dans la vie active. J´ai gagné en maturité.

(Photo : Léonie)


Maria Sobral (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) lundi 24 juillet

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite ici

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Lisbonne ?

FRANCOPHONIE

La Suisse célèbre la Francophonie

Comme cela a été le cas les années précédentes, la Suisse participe à la Fête de la Francophonie et propose un duo composé d´un chanteur suisse, Beat Kaestli, et d’un musicien portugais Loïc da Silva.