Dimanche 20 juin 2021
Lisbonne
Lisbonne

LE PALAIS DE SANTOS - L’Ambassade de France à Lisbonne

Par Lepetitjournal Lisbonne | Publié le 04/03/2014 à 23:00 | Mis à jour le 05/03/2014 à 01:15

L´ambassade de France au Portugal occupe le Palais de Santos depuis 1870.  C´est un lieu chargé d'histoire qui mérite qu´on s´y attarde car c´est un peu l´histoire du Portugal qu´on y retrouve. De plus son jardin est un espace riche de verdure, orienté plein sud il présente une grande variété d'arbres d'ornement et de plantes.

Un palais chargé d'histoire
A l'époque romaine, on retrouva à cet emplacement trois corps de chrétiens, considérés comme martyres, deux s?urs et leur frère, d'où l'origine du nom de "Santos". Une chapelle sera construite en leur mémoire, avant que celle-ci ne soit ensuite détruite pendant la longue période d'occupation musulmane.

Plus tard et au même endroit, en 1194, une église va s'ériger pour être léguée à l'Ordre militaire de Saint-Jacques de l'épée (Santiago da Espada), sous le règne de Sancho I, à la suite de la reconquête de Lisbonne aux Maures (a Reconquista de 1147). Le couvent qui l'accompagne sera destiné aux veuves et filles célibataires des chevaliers de l'Ordre, lesquels avaient le droit de constituer une famille. Certainement, dès cette époque, un jardin va côtoyer les édifices pour assurer un approvisionnement en fruits et légumes à la communauté religieuse, ce que l'on appelle communément un jardin de curé composé d'arbres fruitiers, d'un potager et de fleurs ornementales.

En 1490, les pensionnaires déménagent vers un autre couvent (Santos- o- Novo) situé tout proche de celui de Madre de Deus, à l'est de la capitale. Ainsi, l'ancien couvent prend le nom qu'il conserve encore de nos jours de Santos-o-Velho et devient la résidence du banquier et principal financier des Découvertes portugaises, Fernando Lourenço. La riche demeure s'octroie les berges du Tage et un lieu de mouillage privatif. Il faut rappeler qu'à cette époque, le fleuve était beaucoup plus proche de la ville, les terres riveraines que l'on connaît ayant été conquises au cours des siècles suivants.

Une demeure royale
Sept ans plus tard, c'est le roi lui-même Dom Manuel I qui en fait l'une de ses nombreuses résidences et s'y marie avec Isabel d'Espagne. Devenue ainsi demeure royale, elle bénéficie d'une splendide vue panoramique, d'une situation aérée et d'un jardin ombragé. Dès lors, l'accès principal se fait par le Tage et cela peut expliquer la façade relativement modeste que l'on trouve côté rue de Santos-o-Velho.
Délaissé par son fils Dom João III, le palais sera récupéré par la famille Lancastre, rattachée à l'Ordre d'Avis.

En 1568, Dom Sebastião devient roi du Portugal à 14 ans et trouve le palais de Santos fort à son goût, malgré qu'à cette époque il ait été fortement endommagé par une explosion qui se produisit dans les magasins de poudre situé tout proche de là. Cependant, le jeune roi s'y installe jusqu'à son départ pour le Maroc, en 1578. Avant de partir pour cette expédition guerrière dont il ne reviendra pas, Don Sebastião entendit la messe à l'église de Santos-o-Velho et prit, d'après les chroniques, son dernier repas en terre lusitanienne sur la table en marbre du jardin du palais qui existe toujours. Il faut rappeler que 17000 combattants (dont 5000 mercenaires étrangers) l'accompagnèrent ainsi qu'une grosse partie de la noblesse portugaise. Le désastre militaire sera total, puisque la moitié des hommes disparut, ainsi que le roi, à la bataille de Alcacer Quibir et l'autre moitié fut faite prisonnière (sur quatre membres de la famille Lancastre, trois moururent et un fut récupéré après avoir payé une forte rançon). Le Portugal se retrouva brutalement sans roi et l'Espagne occupa son voisin jusqu'en 1640.

Rénovation
Le palais de Santos se retrouve ainsi en partie détruit et à l'abandon pendant la période d'occupation des troupes espagnoles. Cependant, en 1629, un Lancastre décide de l'acheter officiellement et le palais va rester au sein de cette famille jusqu'en 1909.
Pendant le XVIIº et XVIIIº siècle, il va être restauré, amplifié et , à partir de 1731, embelli par une chapelle, une sacristie et le fameux salon des «Porcelaines Ming», première collection de porcelaine provenant de Chine et dont les Portugais ont alors le monopole du commerce en Europe. Soies de Chine, brocards d'or de l'Inde, pièces d'argenterie, tapisseries et peintures de maîtres vont ornementer la riche demeure. L'emblème de la famille Lancastre est le cygne que l'on retrouve au-dessus du porche de l'entrée principale de l'Ambassade.

Pendant le tremblement de terre de 1755, le palais, relativement épargné, devient le refuge d'une partie de la famille Lancastre. Pedro Lancastre (1762-1828) sera le 3º marquis d'Abrantes et le palais va dès lors être connu sous le nom de palais d'Abrantes.

Le comte Armand, ministre de France, va louer la résidence à partir de 1870 jusqu'à ce qu'elle devienne, en 1909, propriété du gouvernement français. L'Institut français du Portugal (IFP) sera installé proche de l'église, en 1937 et, finalement, c'est en 1948 que la légation de France devient l'Ambassade de France de Lisbonne.

Le Jardin
Curieusement, on sait très peu de chose sur l'évolution du jardin du palais de Santos au cours des siècles. Est-il passé de jardin de curé à un jardin de cour et de palais où l'art de la topiaire a pu s'exprimer comme c'est, par exemple, le cas pour celui de Queluz, da Fronteira ou de Caxias? A-t-il été constitué essentiellement par des vergers de citrines, comme on le remarque encore avec les orangers que l'on constate dans sa partie inférieure?

On trouve, aujourd'hui, dans sa partie supérieure une grande pelouse protégée partiellement des ardeurs de l'été par un magnifique figuier d'Asie (Ficus benjamina) dans lequel un philodendron (Monstera deliciosa) s'élance vers la lumière, justifiant son nom d'origine grec qui veut dire «celui qui aime les arbres». Camélias, orangers, troènes, citronniers et néfliers prouvent également que ce terrain doit être suffisamment acide pour que de telles plantes asiatiques puissent se développer dans les meilleures conditions. Selon les goûts successifs des deux derniers siècles, on constate un choix relativement varié d'arbres d'ornement comme ce magnolia (Magnolia grandiflora) planté dans la cour intérieure, le bel-ombre (Phytolacca dioïca), l'avocatier (Persea americana) et le poivrier du Brésil, tous originaires des Amériques, mais aussi des représentants classiques de l'espace méditerranéen, tels l'olivier sauvage (Olea oleaster), les cyprès (Cupressus sempervirens) ou les lauriers-roses (Nerium oleander).
Tout cet espace de verdure est orienté plein Sud, répartie entre un niveau supérieur comprenant la pelouse et la terrasse inférieure ressemblant davantage à un verger classique d'orangers bordé de cyprès, accompagné d'un semblant de potager avec des plantes aromatiques qui longe les murs de l'église de Santos-o-Velho.

Quelques sources biographiques pour en savoir plus:
- Le Palais de Santos par Helder Carita (Chandeignes, 2007)
- Le Palais de Santos par Anne de Stoop (Lisboa, 1983)
- Le Palais de Santos par Jean-Pierre Samoyault, ( Résidences de France, 2011)

André Laurins (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) mercredi 5 mars 2014
Technicien agronome (maria.friesen@sapo.pt)
(Photos : M.J. Sobral)

Lire aussi nos articles :
COMMUNAUTE - Une ambassade riche en histoire
"LE PALAIS DE SANTOS" - Un ouvrage qui rend hommage à l'ambassade de France au Portugal

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Time for the planet : un fonds d’investissement citoyen face à l’urgence climatique

Un groupe de jeunes entrepreneurs français a lancé le premier fonds d’investissement citoyen. Ils souhaitent lever 1 milliard d’euros pour créer et financer 100 entreprises qui innovent pour le climat

Sur le même sujet