ESCAPADE - Beja en Alentejo

Par Lepetitjournal Lisbonne | Publié le 13/02/2014 à 23:00 | Mis à jour le 06/01/2018 à 05:16

L'Alentejo (au delà du Tage) plaît, attire celles et ceux qui vivent à Lisbonne et veulent faire une escapade surtout pour les week-ends et courts séjours...Mais toujours les mêmes lieux, les mêmes villes sont prisées comme Evora, Estremoz, Marvão, Monsaraz, Mertola, Serpa et tant d'autres...Reste une petite ville presque oubliée par les visiteurs, Beja, mal aimée parfois ... Pourtant elle a été pour moi une belle surprise l'automne dernier à l'occasion d' une fin de semaine passée là, avec mon fils.

Beja
Environ 25 000 habitants, à 180 kms de Lisbonne (par Evora), c´est une petite ville calme en plein milieu de la plaine de l'Alentejo - vive l'horizon!-, sous un soleil limpide et une lumière presque africaine.

Pour moi il y a 5  bonnes raisons d'y aller faire un petit tour :
- Une petite pension sympathique, peu onéreuse, à l'entrée de la vieille ville et des rues piétonnes : Residencial Rosa do Campo / tel : 284 323 578 / demander la délicieuse et attentionnée Maria Rosa Casaca.

- Une taverne typique alentejana : A Pipa; dans les ruelles, une vraie de vraie dans une ancienne grange haute de plafond avec charpente en bois où Jorge et Saudade servent de belles et copieuses viandes cuites au feu de bois ainsi que de jolis vins ; contacts: Rua da Moeda 8 / tel: 968 115 030.ou 284 327 043.

- Des producteurs de vins de renom à visiter tout autour comme Cortes Cima, Herdade dos Grous, Herdade da Maladinha Nova sans oublier la cave coopérative de Vidigueira, Cuba et Alvito et ses célèbres vins blancs (demander la cuvée Saudade).

(Photo : M.J. Sobral - Herdade dos Grous)

À deux pas
Le petit bourg de Cuba et ce qui le lie à Christophe Colomb car on dit qu'il aurait épousé une fille de Cuba d'où le nom de Cuba quand il arriva aux premières îles avant l'Amérique. Dans la ville il y a quelques monuments sur ce morceau d'histoire mais on prête à Christophe Colomb d'autres vies secrètes (espion , fils adultère d'un illustre noble Portugais ,...) ; flâner dans le coin fait remonter en nous avec émotion un peu de tout cela.

Et bien sûr le Convento da Conceição dans Beja  
Il est ouvert du mardi au jeudi, c´est là que Mariana Alcoforado écrivit vers 1660 les fameuses lettres de la religieuse portugaise après être tombée amoureuse d'un officier français en garnison à Beja. Les lire le soir en s'endormant dans la pension de Rosa -car on peut les acheter facilement en français dans Beja- est une expérience envoûtante !

Maintenant je n'hésite plus à conseiller à mes ami-e-s de faire un petit tour du côté de Beja et je me permets aussi de vous le conseiller.

(Photo : F. Antunes)


Philippe Despeysses (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) vendredi 14 février 2014
phildesp@hotmail.fr

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lisbonne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Maria Sobral

Rédactrice en chef de l'édition Lisbonne.

À lire sur votre édition locale