Dimanche 21 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SOCIETE - El Sahel El Chamali : Plage sans estivant

Par Lepetitjournal Le Caire | Publié le 26/07/2007 à 02:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 11:09

El Sahel El Chamali, la région balnéaire favorite et la plus renommée parmi les Égyptiens, souffre cette année de manque d'estivants. Généralement, juillet et août sont les deux mois de l'année où les familles égyptiennes reprennent leur souffle, les examens sont finis;c'est le moment de fuir la chaleur estivale cairote pour Alexandrie et les stations balnéaires de la côte nord-ouest

Plage pour 2... (Photo Lama Ahmed)

D'Alexandrie à Matrouh
La côte nord-ouest ou El Sahel El Chamali s'étend sur une distance d'environ 275 Km depuis El Agami, à 18 Km d'Alexandrie, jusqu'à Matrouh. Pendant les vingt dernières années les constructions dans cette zone se sont curieusement développées et animées : des dizaines de villages de vacances, villas, chalets et appartements se sont construits, on en aperçoit les publicités partout. Les familles aisées se sont précipitées à l'achat, tandis que les familles moins fortunées cherchent à louer une semaine ou dix jours par an pour y passer leur congé d'été.
Les enfants attendent avec impatience ces vacances annuelles pour jouir de la mer, du soleil et des différentes activités maritimes. Les jeunes s'intéressent aussi à la vie nocturne;cinémas, théâtres, concerts ou passer la soirée à Marina, le village le plus célèbre de la région. Quant aux personnes âgées, elles préfèrent se détendre au bord de la mer ou sur la terrasse de leurs chalets.



Piscine pour 2 aussi... (Photo Lama Ahmed)

Les raisons de la colère
Plusieurs raisons ont causé probablement l'abstention des estivants cet été mais la principale est les travaux d'infrastructures à Agami, la plage la plus peuplée car la plus proche d'Alexandrie. La circulation est devenue impossible, des voies ont été complètement fermées à cause des travaux.
La présence irakienne en Egypte, en raison des événements qui se déroulent dans leur pays, a fait flamber les prix de vente et surtout des locations.
Fouad un père de Famille affirme :  "Cette année nous ne pourrons pas passer une semaine de vacances à Marakia comme les années précédentes, les prix sont inabordables, la location d'un appartement qui nous coûtait 2.000 LE par semaine, nous coûtera cette année presque le double de cette somme".

La mer de la côte nord-ouest est presque insalubre au niveau de Agami et Sidi Kerir en raison de la pollution par les navires et le chantier de pétrole qui s'y trouvent, les visiteurs se contentent donc de la contempler mais ils nagent dans des piscines.

Calme et volupté (Photo Lama Ahmed)

Heureusement, plus à l'ouest à Sidi Abdel Rahman, El Dabaa, Sidi Hénéch jusqu'à Matrouh s'étendent de superbes longues plages au sable blanc, où la mer, couleur turquoise, est de plus en plus calme.
Certains se sont orientés vers le tourisme extérieur, les montagnes du Liban, les plages de la Turquie, les îles grecques. Les prix y sont abordables et les paysages sont différents et magnifiques.

Lama AHMED. (www.lepetitjournal.com - Le Caire) jeudi 26 juillet 2007

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre au Caire

Apprendre la langue du pays d’accueil : au boulot les expats !

Faut-il apprendre la langue de son pays d’accueil ? La question, qui semble rhétorique, cache en réalité de nombreuses subtilités. Des habitués de l’expatriation nous racontent leurs difficultés...

Sur le même sujet