Jeudi 13 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SOCIETE - Ces actrices qui se dévoilent !

Par Lepetitjournal Le Caire | Publié le 17/09/2007 à 02:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 11:09

Le débat sur le phénomène des actrices voilées revient à chaque mois de Ramadan. Mais il prend une perspective différente cette année avec les débuts d'un contre-courant au sein du milieu artistique?


Abeer Sabri lorsqu'elle portait encore le voile (Photo DR)


"Il m'était presque impossible de travailler avec le higab. C'est pour cela que j'ai décidé de l'enlever". Telle fut la déclaration d'Abeer Sabri, jeune actrice égyptienne, le lendemain de sa décision de se dévoiler le mois dernier. L'histoire de cette vedette est très significative. En 2003, Elle choisit de se voiler, comme beaucoup d'autres actrices et animatrices à l'époque. La nouveauté, c'est que les "neo-voilées", comme les surnomment plusieurs critiques, n'ont pas abandonné l'arène contrairement à leurs aînées qui décidaient d'abandonner leur carrière. L'année 2005 a vu une arrivée massive des actrices voilées sur le petit écran. Soheer Al-Babli, Sabreen et Soheer Ramzi, qui constituent la première génération des "neo-voilées", ont participé à plusieurs séries et programmes sur les chaînes satellitaires arabes. En 2006, quatre feuilletons dont les héroines étaient des actrices voilées ont été diffusés pendant le mois de Ramadan.

Saintes et prédicatrices
Or, la situation semble différente cette année. Abeer Sabri et Bassma Wahba, animatrice et productrice égyptienne, ont renoncé au voile. Et ce n'est que le début, selon le critique Rafique Al-Saban. "Le phénomène d'actrices et d'animatrices voilées perd du terrain car le public ne le digère pas. Aucun producteur ne veut prendre de risque", affirme-t-il. Pour le réalisateur Mohammed Kamel El Qaliobi, le fait que les neo-voilées se prennent pour des saintes et insistent à jouer le rôle des réformatrices sociales et des prédicatrices provoque le public et le rend hostile. C'est pourquoi la télévision égyptienne terrestre ne diffuserait aucune de ces séries selon lui.
Cependant, tout le monde ne croit pas que la tendance de porter le higab est prête de s'éclipser. Pour Khadija Kamal, étudiante, le nombre de voilées dans la télé va sans aucun doute s'accroître dans les années qui viennent. "La télévision est censée être un miroir de la société et puisque la plupart des filles égyptiennes portent le higab, la télé doit refléter cette réalité?, explique cette jeune femme de 24 ans, elle même voilée. Un avis que partage l'actrice Sabreen : "Les pressions sur les actrices voilées sont beaucoup moins fortes qu'auparavant. Je trouve du travail très facilement", affirme-t-elle.
Quoi qu'il en soit, le débat autour des actrices voilées n'est que la partie visible de l'iceberg, et il va se poursuivre tant que le voile continuera à s'imposer dans la société égyptienne. 
Moaaz MAHMOUD. (www.lepetitjournal.com - Le Caire) lundi 17 septembre 2007

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet