Mercredi 23 juin 2021
Le Caire
Le Caire

MUSIQUE - Découvrir d’autres horizons, c’est le rêve de tout musicien

Par Lepetitjournal Le Caire | Publié le 09/09/2008 à 02:00 | Mis à jour le 09/01/2018 à 20:30

Chanter? Pour Shams Ismaël, c'est bien plus qu'une passion, c'est une raison de vivre. Cette jeune artiste syrienne vient de passer un mois en Egypte. Avant de reprendre le chemin de la Syrie, elle dresse le bilan de son aventure égyptienne
 

"Le public égyptien est formidable"explique Shams Ismaël (photo LPJ)

LPJ : Tout d'abord, parlez nous de vous?
 
Shams : J'ai 26 ans. Je suis née à Lattaquié, au bord de la mer, en Syrie. J'ai étudié la littérature anglaise et la traduction. Depuis 2004, je travaille en tant que traductrice indépendante anglais/arabe et arabe/anglais.
Depuis l'enfance, je baigne dans un univers musical, j'ai toujours écouté tous les styles de musique.
 
LPJ : Que dire sur votre parcours musical ?
 
Shams : J'ai beaucoup appris par moi-même, mais j'ai aussi pris quelques cours particuliers. J'ai toujours aimé chanter, mais ma carrière a vraiment commencé en 1998. Je n'avais alors que 16 ans, je suis montée sur scène devant plus de 3.000 personnes. C'était un concert en l'honneur de Saaballa Wannos, j'étais très impressionnée, mais pour moi ça a été un déclic, un véritable tournant.
Lorsque j'ai obtenu mon diplôme de traduction, en 2004, nous avons décidé de monter un groupe avec quelques amis. Nous sommes aujourd'hui six : je suis entourée d'un pianiste, un bassiste, un batteur, un percussionniste, et un joueur de luth.
 
LPJ : Pourquoi êtes vous venue en Egypte ?
 
Shams : J'étais déjà venue deux semaines il y a trois mois, pour participer à un atelier musical. Au cours de ce stage, j'ai rencontré un producteur égyptien : Fathy Salama, un musicien reconnu dans le monde entier. Il a aimé ma voix et m'a demandé de revenir cet été. J'ai aussitôt accepté, découvrir d'autres publics, d'autres horizons, c'est le rêve de tout musicien !
 
LPJ : Quel était le programme du mois ?
 
Shams : J'ai donné trois concerts. Deux d'entre eux étaient gérés par Fathy Salama, l'un à l'Opéra du Caire, l'autre à Alexandrie. J'ai aussi été l'invitée spéciale d'un concert organisé par l'association Friends of Said Darweesh, en hommage au musicien du même nom. Et là, j'ai eu de la chance, un responsable d'une chaîne égyptienne du satellite m'a entendu, a aimé ma voix et m'a proposé de participer à son émission. Deux jours plus tard, j'étais l'invitée spéciale du programme Bait Bait Ak, un show très populaire.

LPJ : Que retiendrez-vous de ce séjour ?
 
Shams : Les rencontres ! J'ai fais énormément de rencontres, j'ai échangé avec des musiciens, des chanteurs, des passionnés venus de tous les pays? C'était vraiment très enrichissant. Et puis le public égyptien est formidable. J'avais un peu peur car je ne connaissais pas leur manière de réagir, mais ils sont très simples. S'ils n'aiment pas, ils le disent, tout simplement.
 
LPJ : Qu'est ce qui vous a le plus frappé ici, au Caire ?
 
Shams : La chaleur !! Il fait beaucoup plus chaud que chez moi ! La ville est également toujours bondée, c'est incroyable, j'ai eu beau cherché des endroits calmes, je n'en ai pas trouvé. Je rêve de retrouver la pluie en Syrie?
Ici ce qui m'a frappé, c'est la gentillesse des gens, la diversité culturelle. On peut passer une nuit dans un bar à discuter avec des inconnus. Les gens sont ouverts, abordables, toujours prêts à dialoguer.
 
LPJ : Comment envisagez-vous l'avenir ?
 
Shams : Pour l'instant c'est assez vague. Fathy Salama m'a proposé de revenir en Egypte en novembre, et de m'y installer, pour commencer une nouvelle carrière. Mais je n'ai pas encore pris de décision. C'est une belle opportunité, j'aurai l'occasion de voyager, de faire des rencontres? Chanter, c'est ma raison de vivre, je ne pourrais jamais arrêter. Mais je ne sais pas si je suis prête à quitter mon pays, mon groupe, ma vie en Syrie? Comme on dit, "Home sweet home? ", j'aime chanter pour mon pays, alors j'hésite? Je me laisse le temps de réfléchir !
Jessica BISSAY. (www.lepetitjournal.com - Le Caire ? Alexandrie) mardi 9 septembre 2008

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Chennai Appercu
TRADITIONS

Mères et bébés indiens : on vous raconte la tradition et son évolution

Grossesse, accouchement, premiers jours du nouveau-né, chaque étape fait l’objet de recommandations, d’habitudes et de pratiques qui nous surprennent, nous émeuvent et nous interrogent. Décryptage !

Sur le même sujet