Mardi 25 septembre 2018
Kuala Lumpur
Kuala Lumpur
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

DESPACITO – Le tube de Luis Fonsi censuré en Malaisie

Par Vincent Villemer | Publié le 21/07/2017 à 15:55 | Mis à jour le 21/07/2017 à 16:03
Photo : Daddy Yankee (à gauche) et Luis Fonsi.

 

Daddy Yankee (à gauche) et Luis Fonsi.

Jugées « inappropriées pour être entendues » par le ministre malaisien de la communication, les paroles sulfureuses du titre planétaire de Luis Fonsi, « Despacito » sont à l'origine de la censure en Malaisie.

Un texte qui dérange

Le succès interplanétaire de la chanson « Despacito » n'est pas au goût de tout le monde. Contenant beaucoup de sous-entendus à caractère sexuel, le tube de Luis Fonsi et Daddy Yankee a été interdit sur les chaînes publiques en Malaisie. Les paroles ont irrité bon nombre de personnes car les plaintes auprès du ministre de la communication et du multimédia se sont multipliées ces derniers temps. Le ministre Salleh Said Keruak a annoncé la nouvelle ce jeudi via un communiqué. « Despacito ne sera plus diffusé par les chaînes publiques car nous avons reçu des plaintes des auditeurs. Les paroles ne sont pas appropriées pour être entendu ».

Outre les allusions sexuelles, c'est aussi l'objectivation de la femme qui est dénoncé, notamment à travers un passage précis dans la chanson « Laisse-moi franchir ta zone de danger, jusqu'à ce que tu te mettes à hurler, jusqu'à ce que tu oublies ton nom. » Parmi les différentes plaintes, une en particulier a retenu l'attention du gouvernement. Le Parti Amanah Negara, formation islamique malaisienne de l'opposition a mis pression sur le ministre pour censurer le hit portoricain. Salleh Said Keruak espère également que les chaînes de tv privées et les radios suivront l'exemple, mais les chances qu'elles s'autocensurent sont minimes, tant Despacito est une valeur sûre de rentabilité.

Mais une chanson de tous les records

Il n'est pas évident de censurer une vidéo ultra-populaire, surtout quand il s'agit d'un véritable phénomène international. Despacito, qui signifie « très lentement » en espagnol, est sorti en janvier sur la plateforme Youtube. Depuis, la chanson est classée numéro un dans plus de 45 pays, elle cumule près de 4,6 milliards d'écoutes sur les sites de streaming, et le clip a été visionné plus de 2,7 milliards de fois sur Youtube. Impressionnant. Alors que clip de Wiz Khalifa « See you again »  pour la BO du film Fast and Furious venait de détrôner le fameux « Gangnam Style » de Psy en terme de vidéo la plus consultée de tous les temps, Luis Fonsi est en passe d'établir un nouveau record.

D'autres chiffres qui font tourner la tête et qui illustrent l'envergure du phénomène. Le titre est écouté en moyenne 700 millions de fois par jour, et la durée totale d'écoute est estimée à plus de 16 000 années ! Mais que pense le principal intéressé de tout cet engouement exceptionnel ? Il s'est exprimé au micro de la BBC : « C'est juste dingue ce qui s'est passé avec cette chanson. Je ne veux pas utiliser le mot « accident » car j'essayais bel et bien d'écrire un tube, mais je n'avais pas anticipé que cela irait aussi loin. Je voulais juste faire danser les gens. » Lui-même ignore la raison de l'extrême popularité de son titre : « Evidemment c'est une musique très entraînante. L'amorce du refrain « des-pa-ci-to » est très facile à retenir? Mais j'aimerais identifier le secret, pour l'appliquer à toutes mes futures chansons ».

A noter que le succès du tube s'est nettement amplifié lorsque Justin Bieber, la pop star canadienne, a repris le morceau pour une version remixée où il chante même en espagnol.

 

Vincent VILLEMER pour www.lepetitjournal.com/Kuala Lumpur Vendredi 21 Juillet 2017

vincent villemer

Vincent Villemer

Journaliste sportif radio/web. Passionné par le ballon rond, la culture urbaine et sa musique.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Bangkok Appercu
DIPLOMATIE

Le Canada veut un accord de libre-échange avec l’Asean

Le ministre canadien de la Diversification du commerce international se rendra en Thaïlande du 28 au 30 août puis ensuite à Singapour alors que le Canada cherche à diversifier ses marchés à l’export

Vivre à Kuala Lumpur

Apprendre la langue du pays d’accueil : au boulot les expats !

Faut-il apprendre la langue de son pays d’accueil ? La question, qui semble rhétorique, cache en réalité de nombreuses subtilités. Des habitués de l’expatriation nous racontent leurs difficultés...

Sur le même sujet