Dimanche 24 mars 2019
Kuala Lumpur
Kuala Lumpur
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ROYAL SELANGOR – Visite de la manufacture d’étain à Kuala Lumpur (2)

Par Lepetitjournal Kuala Lumpur | Publié le 23/08/2016 à 19:30 | Mis à jour le 16/08/2016 à 16:51

L'entreprise Royal Selangor assied depuis plus d'un siècle son influence dans le monde. La marque est passée d'une reconnaissance locale à une renommée mondiale en matière d'artisanat. Le Royal Selangor Visitor Centre retrace depuis les débuts l'histoire de cette entreprise familiale qui perdure aujourd'hui depuis quatre générations.

Retour sur l'évolution de Royal Selangor

En 1885, Yong Koon, forgeron chinois originaire de Shantou débarque en Malaisie, attiré par le boom du marché de l'étain. La première boutique d'artisanat ouvre à Kuala Lumpur dans le quartier de Chinatown, sous le nom de "Yu He Zu Xi", littéralement La Paix du Jade et la Pureté de l'Etain. Dans les années 1930, la demande de produits traditionnels en étain, à l'exemple des encensoirs ou des bougeoirs pour les temples chinois, diminue considérablement, et Yong Koon commence à ouvrir sa boutique aux acheteurs étrangers en adaptant son art aux canons européens. Les années 1970 voient apparaître les premières exportations à Singapour, à Hong Kong, en Europe, en Australie et au Japon. L'entreprise diversifie ses activités et crée un partenariat avec Comyns, la plus grande manufacture d'argent au monde, ainsi qu'avec la marque Selberan, bijouterie de luxe. Aujourd'hui, l'entreprise est dirigée par les descendants de Yong Koon, qui s'appliquent toujours avec soin à polir et faire briller la réputation de Royal Selangor.

La tour du musée

Le musée n'a rien de rébarbatif. Après un tour rapide des objets artisanaux et des étapes historiques de l'évolution de l'entreprise, le guide vous emmène dans la Chambre des Carillons, ou vous pouvez expérimenter vous-mêmes les sonorités des métaux et matériaux utilisés dans la manufacture des objets. La visite de l'usine est tout aussi ludique, car on ne fait pas qu'y observer les employés en action. Le tour vous permet de vous mettre à leur place, et d'essayer de sculpter les vases ou gobelets en étain avec la fameuse technique du marteau. Plus facile à dire qu'à faire ! La régularité et la rapidité avec laquelle les employés s'activent impressionne, et vous laisse penaud, le marteau à la main. Des ateliers payants sont aussi proposés par le musée, au cours desquels l'entreprise propose de réaliser ses propres bijoux en étain à la main, voire de créer son propre design, ou encore de modeler soi-même un bol en métal et d'y graver ses initiales. Un bon souvenir à rapporter chez soi !

De l'étain et du cachet

Royal Selangor se diversifie et innove aujourd'hui en participant notamment à la réalisation de trophées. Entre autres, c'est l'entreprise malaisienne qui a réalisé les trophées et médailles du championnat de Formule 1 en Malaisie, ceux des Jeux Olympiques de Sydney en 2000 ou ceux de la Coupe du Monde FIFA en Allemagne en 2006. Quant au Visitor Centre de Setapak, il a été consacré meilleure attraction touristique d'ASEAN en 2005 par l'Association de tourisme de l'ASEAN, et meilleure attraction touristique en 2004 par l'organisation Tourism Malaysia.

Avec une vingtaine d'entreprise dans le monde mais une seule manufacture en Malaisie, la compagnie Royal Selangor est toujours enracinée dans le pays qui l'a vue grandir, et le directeur est fier de travailler à la renommée de la Malaisie à travers ses produits toujours très demandés et manufacturés de main de maître.

 

Noëmie Sor (Lepetitjournal.com/kuala-lumpur) mercredi 23 août, rediffusion du mardi 5 août 2014

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter!

 

logofbkl

Lepetitjournal Kuala Lumpur

Lepetitjournal.com est un média francophone en ligne, gratuit et indépendant, présent dans plus de 50 pays. L'édition de Kuala Lumpur a ouvert le 27 mars 2012.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Kuala Lumpur

Madrid Appercu
#MAVIEDEXPAT

Passer de l’AZERTY au QWERTY sans stress post traumatique

Le passage du clavier AZERTY au QWERTY, n’est pas toujours une expérience agréable, mais constitue en Espagne un passage (presque) obligatoire pour les expatriés français.

Sur le même sujet