Lundi 18 février 2019
Kuala Lumpur
Kuala Lumpur
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PERMIS DE CONDUIRE - Le passer, le faire traduire,... tout savoir sur le permis de conduire en Malaisie

Par Lepetitjournal Kuala Lumpur | Publié le 06/04/2015 à 19:30 | Mis à jour le 05/11/2015 à 14:29

Vous souhaitez passer votre permis de conduire en Malaisie ? Convertir votre permis français en permis malaisien ou à l'inverse faire reconnaître votre permis malaisien en France ? Zoom sur les procédures à suivre pour rester en règle sur les routes.

Que risque-t-on si l'on ne change pas de permis ?

  • En France : Il est possible de conduire avec le permis malaisien pour un an, avec une attestation délivrée par la préfecture de votre lieu de résidence. Vous devrez alors convertir votre permis malaisien en permis français ou, après un an, passer l'examen du permis de conduire. Dans le cas contraire, vous encourez une peine d'un an d'emprisonnement et/ou 1.500 euros d'amende. De plus, vous ne pourrez pas assurer votre véhicule.
  • En Malaisie : La Malaisie ne reconnaît pas les permis internationaux pour les résidents étrangers. Le pays reconnaît cependant les permis français, mais pas au-delà de six mois. Cette période écoulée, vous devrez effectuer une demande de permis malaisien faute de quoi vous vous exposez à une amende de 1.000 RM et/ou trois mois de prison. 

Changer son permis français en permis malaisien

Il faudra tout d'abord faire traduire le permis français en anglais par le biais d'un traducteur agréé. Cette traduction, accompagnée du document original français, doit ensuite être authentifiée par l'Ambassade après s'être acquitté de droits de chancellerie et suivant un délai de quelques jours.

Après l'authentification du permis, il faudra se rendre dans un bureau du Ministère des Transports de son lieu de résidence, muni du passeport original et d'une copie, ainsi que l'original du permis de conduire et d'une copie, de la traduction certifiée par l'ambassade, de deux photos d'identité (25x32mm) ainsi que de 20RM de frais d'administration et un supplément de 20 à 60RM selon le type de permis demandé (moto ou voiture) .

Le permis obtenu à la fin de cette procédure est valable pour une durée maximale de 3 ans. La Chambre de Commerce et d'Industrie franco-malaisienne propose ses services pour réaliser la conversion du permis en six jours ouvrés, valide un an et à partir de 680RM.

Un permis malaisien simple à obtenir, mais pas suffisant ?

La procédure pour obtenir un permis de conduire malaisien est simple. Clémentine et Sophie ont obtenu leurs permis à Kuala Lumpur au sein de l'auto-école Metro Driving School qui couvre plusieurs quartiers de la capitale. L'opération leur a coûté au total un peu plus de 300 euros chacune.

Elles ont dans un premier temps passé le Code de la Route. Huit erreurs sont autorisées sur les 50 questions qui sont posées. Ces 50 questions sont toutes issues d'un livre de 500 questions, il est recommandé de les apprendre par c?ur surtout à cause d'une formulation des questions trop souvent hasardeuse.

Une fois cette étape franchie, elles ont suivi six heures de cours théoriques et un minimum de dix heures de conduite pratique. Les heures sont généralement facturées 20RM. Jusqu'à l'année dernière, il n'y avait que trois épreuves en circuit fermé : le démarrage en côte, le créneau et le demi-tour en trois temps. L'apprentissage se clôturait par au moins deux heures de conduite en ville, et se limitait parfois à faire le tour du quartier. Une fois les heures minimum de conduite  écoulées, il est possible de passer l'examen pratique qui dure environ 30 minutes. Les résultats sont remis immédiatement et il n'est pas rare que l'on repasse l'examen le jour même.

Pour Clémentine, ce n'est clairement pas suffisant. Elle a ressenti un vrai manque de professionnalisme au niveau du matériel utilisé : voitures très bas de gamme et boîtes de vitesses manuelles, dépourvues d'indicateur de vitesse. Elle  rappelle une fois où elle a du pousser une voiture pour la faire démarrer. Du côté des moniteurs, la notion d'angle mort n'a jamais été abordée, de même que sa monitrice ne semblait pas très soucieuse de son apprentissage.

Stéphanie a vécu la même expérience, alors qu'elle conduisait, on lui a demandé de prendre la pose pour un selfie. Elle regrette davantage le manque d'autonomie, défavorable à une vraie pratique. Elle ne conduit du reste pas depuis qu'elle a obtenu le permis probatoire à cause de cette carence.  

Afin de convertir un permis malaisien en permis français, il est nécessaire de se rendre à la préfecture pour effectuer la demande, avant qu'une année complète se soit écoulée depuis votre retour en France. Il vous faudra présenter le permis en cours de validité ainsi qu'une attestation de résidence ou de changement de résidence d'au moins six mois et les traductions nécessaires. La reconnaissance du permis dure autant que la validité du permis d'origine.

Il est ainsi possible de convertir un permis probatoire malaisien en permis probatoire français, lequel deviendra un permis ordinaire dans les circonstances usuelles. Il est à noter que préalablement à toute la procédure d'obtention du permis, il est nécessaire d'être muni d'un training pass ou working pass pour pouvoir suivre l'apprentissage de la conduite. Les mêmes conditions régissent l'obtention d'un permis moto. 

  

Massil Mammeri (www.lepetitjournal.com/kuala-lumpur.html) mardi 7 avril 2015

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter!

logofbkl

Lepetitjournal Kuala Lumpur

Lepetitjournal.com est un média francophone en ligne, gratuit et indépendant, présent dans plus de 50 pays. L'édition de Kuala Lumpur a ouvert le 27 mars 2012.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

POLITIQUE

Grand débat national : comment participer depuis l’étranger ?

Les ressortissants français établis à l’étranger sont appelés à s’impliquer dans le grand débat national, via une plateforme numérique et des consultations organisées localement...

Vivre à Kuala Lumpur

Madrid Appercu
#MAVIEDEXPAT

Passer de l’AZERTY au QWERTY sans stress post traumatique

Le passage du clavier AZERTY au QWERTY, n’est pas toujours une expérience agréable, mais constitue en Espagne un passage (presque) obligatoire pour les expatriés français.

Sur le même sujet