Samedi 24 octobre 2020
Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville

Hanoï : vers une interdiction de la viande de chien et de chat ?

Par Lepetitjournal Ho Chi Minh Ville | Publié le 18/09/2018 à 17:30 | Mis à jour le 18/09/2018 à 17:30
Photo : Istock / © TBRADFORD
hanoi viande chien chat

Le Comité populaire de Hanoï a publié un communiqué lundi 10 septembre, dans lequel il prie sa population de ne plus manger de chien et de chat, plat traditionnel populaire de la capitale. 

A l’image de Taiwan qui a proscrit la consommation de chien et de chat l’année dernière, le Vietnam pourrait bien l’imiter, dans un souci d’image et de réputation à l’étranger. 

Cela fait suite à plusieurs réactions négatives de la part d’associations d’animaux étrangères et d’expatriés. 

Au nord du pays, et à Hanoï, la viande de chien est très appréciée, on peut d’ailleurs en trouver un peu partout dans les stands de street-food de la capitale. Le chat est moins répandu, même si on en voit aussi sur les étals, dans les zones plus rurales. 

Arrêter de manger du chien et du chat, c’est aussi un moyen, selon le Comité populaire d’Hanoï, d’endiguer totalement la rage, laquelle a fait 3 morts depuis le début de l’année 2018. 

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

DEMOS lun 22/04/2019 - 15:44

Ce que l'on peut dire pour encourager nos amis, c'est qu'autrefois les Gaulois mangeaient eux-aussi du chien, nous ne le faisons plus depuis longtemps et nous ne nous portons pas plus mal... Tradition ? La plupart des français ignorent aujourd'hui que le chien était un mets apprécié des Gaulois beaucoup plus que le sanglier qu'ils ne mangeaient que très très rarement et seulement là où il y en avait...

Répondre
Commentaire avatar

Francoviet dim 07/04/2019 - 11:57

Oui stop à la nourriture de chien et chat qui nous pousse à changer de direction dans le choix de nos destinations de voyage. Les touristes viennent manger des produits locaux comme le poisson et les fruits et légumes mais en aucun cas les animaux amis de l’homme. Arrêtez donc ce massacre qui nous fend le cœur.

Répondre