Mercredi 20 octobre 2021
Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville
TEST: 2259

RENCONTRE – Anthony Porrovecchio, conseiller chez Globaleye

Par Lepetitjournal Ho Chi Minh Ville | Publié le 18/09/2016 à 22:00 | Mis à jour le 19/09/2016 à 04:25

Le mois de septembre voit les traditionnelles arrivées de nouveaux expatriés... Et qu'ils arrivent au Vietnam dans le cadre d'une expatriation ou d'un contrat local, les étrangers ont généralement un plus fort pouvoir d'achat que dans leur pays d'origine... La vie semble en effet tellement plus simple au Vietnam! (Publi-communiqué)

Ce nouveau contexte ainsi que le fait de vivre à l'étranger redistribue évidemment les cartes en termes de risques mais aussi d'opportunités...

Nous avons rencontré Anthony Porrovecchio, expatrié au Vietnam depuis huit ans et conseiller financier auprès des francophones chez Globaleye, et nous lui avons demandé pourquoi il pensait que la communauté française était une des communautés étrangères qui avait le plus besoin d'attention et de soutien...


Lepetitjournal.com/Hochiminhville : Anthony, les expatriés français sont-ils généralement peu ou très bien couverts au Vietnam?

Anthony Porrovecchio : La France est bien connue pour avoir un des systèmes de couverture sociale les plus avantageux pour ses citoyens. L'État s'occupe de tout, de votre assurance personnelle à votre couverture médicale, ce qui signifie que vous n'avez pas à lever le petit doigt... Les Français ont rarement eu à anticiper ce genre de chose car ils ont eu l'habitude que ce soit fait pour eux.

Mais lorsque vous déménagez à l'étranger, cette bulle de confort que vous aviez en France explose. Peu d'expatriés se rendent compte des dangers et des conséquences d'une telle situation... Même ceux dont l'employeur semble tout prendre en charge devraient vérifier si la couverture proposée est suffisante ou adaptée à leurs besoins...

La maladie ou l'accident ne sont pas uniquement réservés aux autres ou aux personnes âgées. Disposer d'une assurance santé correcte permet d'assumer les soins nécessaires et ce sans avoir à régler des factures souvent astronomiques.
A contrario, les anglo-saxons n'ont généralement pas ce problème probablement parce que leur propre couverture était déjà de leur responsabilité dans leur pays d'origine...

 

Qu'est-ce qui vous interpelle le plus au sujet de la plupart des Français qui vivent au Vietnam?

Ce qui me surprend toujours, c'est à quel point les couvertures santé ? décès - invalidité sont sous-estimées alors que ce sont des dispositifs essentiels lorsque l'on veut se protéger soi-même ainsi que sa famille contre les accidents de la vie.

La méconnaissance générale concernant l'assurance-vie en est un exemple concret, elle est plus souvent abordée sur le thème de l'épargne plutôt que de la protection et de la prévoyance.

Pourtant, de nombreux avantages s'offrent à nous hors de France mais malheureusement nous ne les connaissons généralement pas et passons donc souvent à côté de belles opportunités...

 


Quelle est la principale différence entre vivre en France et à l'étranger?

Nous sommes dorlotés en France, le système social nous facilite beaucoup de choses. D'un point de vue social et concernant des domaines clés, que ce soit pour l'assurance ou la retraite, tout est fait pour nous.

En partant à l'étranger, cette assistance s'arrête la plupart du temps, soit par choix soit par malveillance.. Il est toujours facile de remettre à demain ce qu'on peut faire aujourd'hui et cela peut s'avérer dangereux!

En fonction de votre situation personnelle, de vos objectifs et des risques contre lesquels vous souhaitez vous prémunir, un conseiller peut vous guider et vous apporter une expertise pour vous aider à faire les bons choix.

 


Pourquoi la plupart des Français semblent réticents à se faire conseiller au Vietnam?

Tout d'abord, notre métier n'a jamais vraiment eu bonne presse alors que les conseillers financiers sont là pour vous informer, vous orienter et vous accompagner dans la réalisation de vos projets de vie, et ce en y apportant de la valeur ajoutée!

De plus, beaucoup de gens pensent ne pas être éligibles pour rencontrer un conseiller financier... Alors que nous pouvons tous y prétendre et ce indépendamment de notre âge et de notre niveau de rémunération. Encore une fois, les opportunités sont plus vastes quand on réside à l'étranger!

Et puis, parler de sujets financiers n'a jamais été le fort des Français, ce n'est tout simplement pas dans notre culture! C'est quelque chose que l'on considère généralement comme trop personnel... Dire son salaire est d'ailleurs toujours tabou! Chacun essaie donc de se débrouiller par soi-même et nombreux sont ceux qui passent à côté de précieux conseils...

Enfin, il faut admettre que les expatriés sont très sollicités par ce genre de service, notamment en Asie et j'en fais aussi partie?! Ils préfèrent donc décliner plutôt que de demander conseil ou avoir une seconde opinion.

 


Qu'est-ce qui rend vos services différents de ceux de vos homologues au Vietnam?

Déjà, il faut savoir que Globaleye est autorisé à exercer par le Ministère des Finances et d'Investissement d'Hanoï, ce qui n'est pas le cas de tout le monde, loin s'en faut.

En tant que conseiller financier, mon travail consiste à permettre à mes clients, que ce soit des individus ou des familles, d'optimiser leurs intérêts dans quatre domaines principaux : la protection, l'épargne, l'investissement et la transmission. Pour cela, il me faut d'abord mener une analyse afin de bien comprendre leur situation, leur passé, leur présent et leur vision du futur. C'est à mon sens seulement à partir de là que nous pouvons commencer à offrir nos conseils et laisser les principaux intéressés décider.

Globaleye me permet de vraiment me concentrer sur la construction et le maintien de la relation avec mes clients afin de pouvoir les accompagner et les aider à atteindre leurs objectifs.

La grande nouveauté concerne la gestion de portefeuille de nos clients grâce à la plate-forme AEON que nous venons de lancer à l'international.

C'est une exclusivité majeure dans l'industrie, une sorte de révolution que nous mettons au service de tous, en partenariat avec Quilter Cheviot et Fidelity International.

AEON, à travers ces sociétés de gestion, veille en permanence sur les portefeuilles de nos clients en sélectionnant le contenu et en l'équilibrant en fonction des marchés mondiaux et surtout en fonction du profil risque donné.

AEON apporte l'assurance de la qualité pour l'investisseur moyen et est maintenant disponible pour les clients Globaleye à travers le Moyen-Orient, en Asie et en Europe.

Réservez votre place à notre événement de lancement AEON au Vietnam!

 

 

Vous pouvez contacter Anthony chez Globaleye pour plus d'informations ou pour un bilan de votre situation.

 

 


Globaleye (lepetitjournal.com/Hochiminhville) 19 Septembre 2016

0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet