Samedi 24 février 2018
Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EXPRESSION DE LA SEMAINE – Không có bữa ăn nào miễn phí

Par Lepetitjournal Ho Chi Minh Ville | Publié le 25/04/2016 à 22:00 | Mis à jour le 06/01/2018 à 21:29

Lepetitjournal.com Ho Chi Minh-Ville prend des cours de langue avec Thuy Chung et vous présente, une expression vietnamienne. Cette semaine: «Không có b?a ?n nào mi?n phí»

Expression vietnamienne : Không có b?a ?n nào mi?n phí

Traduction littérale: Il n'y a pas de repas gratuit

Équivalent en français: tout se paye! En anglais: nothing is free

Cette expression transparente s'emploie très couramment dans le quotidien des Vietnamiens. Alors que les services publics sont de moins en moins publics et que les solidarités familiales sont mises à rude épreuve en raison du changement de mode de vie, cet adage traditionnel s'avère chaque jour un peu plus vrai dans le quotidien des habitants de Saigon: rien n'est gratuit et tout à un prix, y compris les repas quotidiens.

Dans le contexte d'ouverture économique du pays, cette expression a été employée par des responsables politiques pour évoquer les dégâts potentiels causés par les nombreux accords de libre-échange conclus en 2015: rien n'est gratuit et la conquête de nouveaux marchés implique forcément le risque d'une concurrence accrue au plan domestique.

Une expression "Adam Smithienne" paradoxalement très en vogue dans la république socialiste du Vietnam!

 



Thomas Rébusson (lepetitjournal.com/Hochiminhville) 26 Avril 2016

0 CommentairesRéagir

Vivre à Ho Chi Minh Ville

Singapour Appercu
SANTÉ

Voyager en Asie du Sud Est : quels vaccins prévoir ?

L'Asie du Sud-Est est une destination de vacances plébiscitée par de nombreux voyageurs. Mais c’est aussi une région exposée aux virus et maladies. Conseils vaccins et précautions élémentaires.

Actualités

Bangkok Appercu
ENVIRONNEMENT

Inquiétudes pour le Mékong menacé par les barrages chinois

Le fleuve Mékong abrite la biodiversité la plus importante du monde après l'Amazone. Et il est vital pour 60 millions de personnes. Or, la multiplication des barrages chinois inquiète de plus en plus