Mercredi 23 octobre 2019
Francfort
Francfort
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ISCH LIEBEU DICHE – Sandrine et Björn : un couple libre !

Par Lepetitjournal Francfort | Publié le 28/11/2016 à 23:00 | Mis à jour le 17/01/2017 à 10:23

Libre et sans contraintes ! Voilà ce qui caractérise la relation de Sandrine et Björn depuis près de huit ans. Sans pour autant passer sous le feu des projecteurs, ce couple franco-allemand pas tout à fait "traditionnel", a tout de suite indiqué sa vision assez moderne de l'union entre deux êtres, qu'ils soient de même nationalité ou pas, et accepté de répondre aux questions parfois indiscrètes de lepetitjournal.com/francfort.

Sandrine, originaire de la région parisienne, vit depuis de nombreuses années près de Strasbourg où elle travaille dans une agence de marketing. Björn est né et vit à Francfort où il exerce comme de nombreux compatriotes dans le domaine de la finance. Ensemble depuis près de huit ans, Sandrine et Björn n'hésitent pas à afficher leur "relation libre". Ils ne vivent pas sous le même toit, ont parfois d'autres partenaires d'un commun accord mais se considèrent en couple. A cheval sur deux pays, ils passent la plupart de leurs week-ends et vacances ensemble, chacun a son propre appartement, elle près de Strasbourg et lui à Francfort. Ils disent s'aimer très fort, semblent se compléter à merveille et ce qui compte avant tout pour eux, c'est le respect de leur liberté, un mot qu'ils souhaitent voir se décliner aussi bien en français qu'en allemand. Rencontre.

Lepetitjournal.com/francfort : quand et comment avez-vous rencontré votre partenaire ?

Sandrine : dans le TGV en 2008 ! J'habitais à l'époque à Paris et j'allais voir mon amie d'enfance qui venait de s'installer à Francfort. C'était pour moi une première, je ne comprenais rien à l'allemand et n'avais jamais été attirée par l'Allemagne.

Björn : je m'en souviens comme si c'était hier. Je revenais d'un voyage d'affaires à Paris et me suis assis à côté d'elle dans le train. J'étais exténué et n'avais qu'une envie, dormir ! Mais Sandrine m'a sollicité dès le début du voyage, m'a prié de l'aider à installer son bagage et m'a demandé si j'allais aussi à Francfort. Elle m'a posé tout un tas de questions sur Francfort, elle avait une image assez négative de la ville, en avait souvent entendu parler comme une ville dangereuse où se mêlent drogue et prostitution, elle était tellement stressée. Elle me faisait penser à ma grand-mère lorsqu'il lui arrivait très rarement de voyager. C'était une véritable expédition (Rires). Je ne comprenais pas grand-chose à ce qu'elle me racontait car je ne parlais pas assez bien français, nous sommes alors très vite passés à l'anglais. Je l'ai trouvée attachante, spontanée et drôle, je lui ai donné mon numéro de téléphone avant l'arrivée en gare de Francfort et proposé de lui montrer la ville pendant son séjour si elle le souhaitait. Elle m'a appelé dès le lendemain et tout est allé très vite entre nous.

Qu'est-ce qui vous a le plus séduit chez l'autre et/ou dans sa culture ?

Sandrine : ce n'était pas vraiment mon type d'homme, voire pas du tout avec ses cheveux tirant vers le roux et sa petite bedaine naissante alors que j'étais davantage attirée par les grands bruns plutôt sportifs. Mais j'avoue avoir un peu craqué sur son accent lorsqu'il essayait de me parler en français et j'ai surtout apprécié sa patience, sa disponibilité. Il avait un côté reposant, rassurant.

Björn : son élégance naturelle "à la française", sa féminité, son côté fragile et aussi son petit grain de folie. Et ses yeux ! Vous avez vu ses yeux ? Qui ne craquerait pas ? (Rires).

Et le moins ?

Sandrine : son petit bidon (Rires). J'ai appris entre temps qu'il existe même un nom en Allemagne pour décrire ce phénomène, le "Bierbauch", littéralement le ventre de bière.

Björn : hum. Son côté stressé? d'ancienne Parisienne peut-être ?

Dans votre vie quotidienne, vos différences culturelles se remarquent-elles et posent-elles parfois problème ?

Björn : Sandrine est plutôt "bordélique" alors que j'ai besoin de planifier, organiser mon intérieur et mon quotidien et m'y retrouver dans mes papiers. Est-ce que ce sont des différences culturelles ? Je ne sais pas à vrai dire. Elle est aussi assez spontanée. Décider au dernier moment de ce que l'on fait le samedi soir est aussi assez déroutant pour moi. C'est peut-être un peu cliché mais c'est un peu comme ça que je vois pas mal de Français. Je leur envie cependant cette spontanéité, ce côté décontracté, flexible, capable de rebondir et trouver une solution à tout.

Sandrine : il y a beaucoup trop de règles en Allemagne et Björn, qui est quelqu'un de très discipliné, les applique scrupuleusement, ça me stresse et m'étouffe parfois. Je ne comprends toujours rien au tri des déchets qui me semble poussé à l'extrême par rapport à la France et c'est souvent un sujet de discussion entre nous car je perds souvent patience devant les différents containers. Aussi, Björn a en général déjà faim à 6 h du soir et moi pas avant 20 h. Bref, nous essayons de toujours trouver des compromis et à part ces quelques détails, nous prenons nos différences culturelles comme des enrichissements mutuels.
Sinon, ce sont plutôt des différences au sens large entre nos deux pays qui m'interpellent. L'Allemagne est selon moi un pays tout en contrastes. Je n'aurais jamais imaginé que les pétards soient autorisés à la Saint-Sylvestre par exemple. La conduite en Allemagne est aussi quelque chose de terrible, la vitesse illimitée sur des tronçons d'autoroute et des grosses bagnoles qui vous collent en vous faisant des appels de phares pour que vous les laissiez passer m'horripile.

Avez-vous rencontré des problèmes d'acceptation ou de compréhension de votre couple mixte dans votre entourage ?

Sandrine : pas vraiment. Ma famille a même trouvé très intéressant que je connaisse un Allemand, que j'apprenne une nouvelle langue et m'intéresse à une autre culture. Ce qui me plaît moins en revanche, c'est que les voisins de Björn épient nos moindres faits et gestes lorsque je lui rends visite à Francfort. C'est un peu la même chose lorsqu'il vient me voir en France dans mon village près de Strasbourg.

Björn : c'est en effet moins notre couple mixte que notre couple libre qui dérange.

Qu'entendez-vous par couple libre ?

Björn : nous avons tous les deux déjà vécu des relations fusionnelles et exclusives avec d'autres partenaires, des ruptures douloureuses aussi. Lorsque j'ai connu Sandrine, je lui ai dit que je n'étais pas prêt à revivre ça car j'en avais beaucoup souffert. J'aspirais dorénavant à une autre forme de relation, qui respecte davantage la sphère privée et même les pulsions de chacun dans le couple d'autant plus que nous habitons à plusieurs centaines de kilomètres l'un de l'autre.

Et qu'en avez-vous pensé ?

Sandrine : au début j'ai été un peu interloquée. Nous avons parlé longuement et comme je le trouvais sincère, que je ne voulais pas non plus revivre de mon côté le même type d'expériences néfastes avec son lot de mensonges, j'ai dit ok, on peut faire un essai ! Notre "contrat de liberté sexuelle" n'est finalement toujours pas rompu.

Pensez-vous que ce type de relation sous contrat soit viable à long terme ? Ne risquez-vous pas de tomber amoureux d'un autre ou d'une autre ?

Sandrine : l'avenir nous le dira. Pour l'instant, nous vivons une relation décomplexée et épanouissante.

Björn : le danger existe bien entendu mais nous essayons de ne pas transformer nos aventures en liaisons durables.

Quelle est votre langue de communication ?

Sandrine : nous avons longtemps communiqué en anglais mais aujourd'hui, notre langue de communication est un mélange de français et d'allemand. Nous avons pris tous deux des cours de langue pendant ces huit dernières années.

Björn : pour être honnête, je suis un peu paresseux pour ce qui est de l'apprentissage des langues et Sandrine parle aujourd'hui bien mieux allemand que moi je ne parle français. Mes quelques réunions de travail à Paris se déroulent toujours en anglais, j'ai un travail assez prenant et n'ai pas toujours le temps de suivre les cours. L'essentiel pour moi est que l'on se comprenne dans le fond.

Quel est votre endroit préféré à Francfort ?

Sandrine : la Zeil ! Je suis une fashion victim et j'adore m'y rendre pour aller faire du shopping.

Björn : le jardin coréen en plein c?ur du Grüneburgpark du quartier Westend. C'est un endroit magique, loin de l'agitation où j'apprécie me ressourcer.

Quel a été votre dernier fou rire ?

Sandrine : on s'est retrouvés il y a un mois à une soirée Halloween à Francfort tous deux accompagnés? Nous avions en effet décidé de fêter chacun de notre côté mais sans ce concerter sur le lieu.

Björn : ah oui c'est vrai. Rien ne me vient à l'esprit de mon côté à part ce soir-là. C'était moins drôle pour nos partenaires qui n'ont pas compris nos connivences. Les plus gros fous rires que nous ayons eus, c'était surtout au début de la relation lorsque nous ne maîtrisions pas la langue de l'autre. Je n'ai plus de souvenir précis mais cela nous a conduits à vivre de nombreux quiproquos.

Quel a été son plus beau cadeau ?

Sandrine : me proposer de m'installer avec lui à Francfort l'an prochain.

Björn : le respect de ma liberté depuis le début de notre relation.

Vos projets à deux ?

Björn : dans nos projets immédiats, nous avons prévu de passer la Saint-Sylvestre pour la première fois ensemble en France. Chaque année, nous fêtons le 31 décembre avec le même groupe d'amis à Francfort mais Sandrine en a assez ! Elle déteste les pétards chez nous le 31 ! Un autre projet qui nous tient à c?ur est de faire un voyage ensemble non pas en TGV cette fois mais à bord de l'Orient-Express.

Sandrine : comme je viens de vous dire, nous avons l'intention de nous installer ensemble à Francfort courant 2017. J'ai la possibilité, si je le souhaite, de conserver mon poste. Il y aura un peu plus de missions en télétravail et quelques déplacements de temps en temps.

Et si vous vivez sous le même toit, ne craignez-vous pas de perdre cette liberté qui semble vous être si chère ?

Sandrine : nous passons énormément de temps ensemble, que ce soit chez Björn à Francfort ou chez moi près de Strasbourg alors je ne pense pas que cela change grand chose. Peut-être que nous deviendrons petit à petit un couple plus "classique", mais je ne souhaite pas en tout cas  retomber dans le schéma de mes anciennes relations.

Björn : les Allemands sont connus pour être champions dans l'instauration de règles (Rires). Nous devrons décider d'un schéma précis de cohabitation, ce que nous faisons déjà les week-ends et pendant les vacances. Ça fonctionne très bien.

Quel objet pourrait être le symbole de votre relation et pourquoi ?

Sandrine : c'est le ticket de train Paris-Francfort sur lequel Björn avait écrit la première fois son numéro de téléphone et que j'ai conservé.

Björn : c'est sans conteste le train. Notre relation est en effet très liée aux chemins de fer. C'est dans le train que nous nous sommes connus, c'est le train qui nous relie l'un à l'autre le week-end ou au début des vacances mais c'est aussi le train malgré ses contraintes horaires à respecter qui nous permet de nous séparer, de reprendre notre liberté pour mieux nous retrouver. Sandrine m'a d'ailleurs offert un magnifique poster avec une locomotive à vapeur des années 30.

Si vous deviez définir votre relation en un mot, quel serait-il ?

Sandrine : le respect.

Björn : la liberté.

Interview réalisée par Valérie Keyser  (www.lepetitjournal.com/francfort), mardi 29 novembre 2016

Articles à relire :

ISCH LIEBEU DICHE ? Christine et Jean-François : ?On est déracinés, on n'a plus de repères en France, on se sent chez nous en Allemagne?
ISCH LIEBEU DICHE ? Mirjam et Jean-Paul, "jeux du Main, jeux de câlins"
ISCH LIEBEU DICHE ? Kai et Bruno : art et spiritualité forment l'essence de leur relation
ISCH LIEBEU DICHE ? Sylvie et Michael : ils se perdent de vue et se retrouvent 30 ans plus tard?
ISCH LIEBEU DICHE ? André et Thea mariés depuis 40 ans? La preuve que le couple franco-allemand peut durer !
ISCH LIEBEU DICHE ? Moritz et Marie-Eve : quand internet réussit à abolir des milliers de kilomètres !
ISCH LIEBEU DICHE ? Aurore et Sören : les maîtres mots de leur couple : harmonie et enrichissement !
ISCH LIEBEU DICHE - Emmanuelle et Tim : " Nous nous retrouvons sur des valeurs profondes" 

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter
Suivez-nous sur facebook
Suivez-nous sur twitter

lepetitjournal.com Francfort

Lepetitjournal Francfort

Les dernières actus de la région, des portraits de francophones, des interviews exclusives et idées de sorties c'est sur www.lepetitjournal.com/francfort !
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet