Samedi 5 décembre 2020

L’ostéopathie « le mouvement c’est la vie »

Par Marie-Jeanne Acquaviva | Publié le 07/11/2020 à 16:00 | Mis à jour le 09/11/2020 à 14:08
ostéopathe dubaï

La quête des médecins francophones et de confiance fait partie des questions qui sont des “marronniers” dans tous les groupes ou les plateformes d’échanges pour la communauté francophone de Dubaï. Des listes sont accessibles bien sûr, mais il y a aussi des nouveaux arrivants ou des disciplines qui sont moins connues comme l’ostéopathie -  et non, ce n’est pas la même chose que la kinésithérapie!

Voici ce qu’en pensent Benjamin Chabre et Maral Douzian El Khoury, deux praticiens en ostéopathie fraichement arrivé à Dubaï et exerçant a la Osteopathic Health Center de Jumeirah Road, un dialogue à trois voix où l’on apprend pourquoi « le mouvement c’est la vie ! » :

 

S'il est une question qui revient bien souvent, c'est bien celle-ci : quelle différence y a-t-il entre un kinésithérapeute et un ostéopathe ?

 

Tous les deux sont  des thérapeutes du corps dont l'outil de traitement est la main, et si le soin et la « thérapie par la main » existent depuis des millénaires, les techniques ne sont pas tout a fait les mêmes.

Petit résumé : la première école de kinésithérapie née en 1889 : il s'agit de l'école française d'Orthopédie et de Massage (EFOM) toujours en activité. La profession de masseur-kinésithérapeute est quant à elle officiellement née en 1946 par la fusion des professions de « masseurs médicaux » et de « gymnastes médicaux ». Et oui : le mouvement soigne !

 

L'ostéopathie quant a elle née à la fin du XIXe siècle, c’est Andrew Taylor Still un médecin américain qui en dicte les principes en 1874 et fonde la première école en 1892. En France le titre d'ostéopathe est reconnu depuis la loi du 4 mars 2002.

L'ostéopathie se définit comme telle :

elle repose sur l’utilisation du contact manuel pour le diagnostic et le traitement, et met l’accent sur l’intégrité du corps et la tendance intrinsèque de l’organisme à s’auto-guérir. Cette approche holistique de la prise en charge du patient est fondée sur l’idée que l’être humain constitue une unité fonctionnelle dynamique, dans laquelle toutes les parties sont reliées entre elles  

 

Décryptage : l'ostéopathe aborde le corps dans la globalité. Il recherche les restrictions de mobilité dans les articulations, les organes voire les os du crâne, avec des techniques de manipulation plus ou moins douces : « en gros, on ne va pas forcement « craquer » de partout chez l’ostéo ».

Le kinésithérapeute aborde le corps à travers la maladie, la blessure, la douleur : comme un médecin, il apporte une réponse aux pathologies qui s'offrent à lui : hémiplégie, fracture, foulure, bronchiolite, etc. À la différence de l'ostéopathe son action est ciblée sur l'articulation ou le membre souffrant.

« Mais les deux professions sont très complémentaires : pas d’ostéopathie possible après un accident et sans la rééducation du kiné par exemple ».

 

Concrètement : «  si on prend la même cheville douloureuse, le kiné va travailler la cicatrisation du ligament, et la rééducation du muscle. L’ostéo - qui passe souvent après la rééducation mais idéalement en fait qui devrait faire plus de la prévention et de l’entretien que de la remise en état…- lui va s’occuper de la cheville en fonction de ses rapports avec les genoux, la hanche, la posture etc.… » Une visite  de courtoisie trimestrielle ou même annuelle chez son ostéopathe peut éviter par exemple  la récidive de douleurs persistantes ou corriger une posture qui s’affaisse « avant que la douleur ou l’accident ne survienne. »

Il y a donc une part d’éducation dans la prise en charge, ou disons plutôt « une tentative de correction de certains abus de langage » dans la mesure où on va avoir des patients qui demandent à être traités « comme mon copain à qui vous avez remis le dos », alors que bien évidement chaque corps, chaque patient est unique. On a aussi des patients qui pensent que l’ostéo « travaille sur les os ». Alors bien entendu « les os forment la structure, mais ce n’est qu’une des parties du corps, ce n’est pas le tout » et comme nous l’avons mentionné en début d’article, la prise en charge de l’ostéopathie est « holistique », c’est a dire qu’ils vont « travailler tout le corps, y compris tout le sous-jacent ».

C’est particulièrement vrai par exemple en périnatalité : l’ostépathie aide beaucoup les nouveau-nés et les jeunes mamans, « surtout lorsque la maternité est très médicalisée, et ou les naissances peuvent êtres physiquement très éprouvantes ». Savoir que l’on est « pas obligée de se remettre d’aplomb toute seule c’est important : les bouleversement d’une naissance quelle qu’elle soit chamboulent tout le corps, pas que le ventre ou le bassin »…mais quelques séances d’ostéo peuvent suffire à retrouver l’équilibre, le confort dans son propre corps, et « ce serait formidable si les hôpitaux et les accoucheurs pouvaient en avoir plus conscience et que les jeunes mères puissent en être informées ».

Cette part d’éducation « permet aussi de revenir aux fondamentaux du métier, et de se rappeler pourquoi on l’a choisi ».  S’il y a un message à transmettre « c’est que le suivi en ostéopathie cela résout vraiment beaucoup de chose depuis des douleurs chroniques comme les migraines jusqu’aux inconforts ou blocages : on reste en équilibre, fluide, sans douleur… » Et dans un monde idéal, c’est ce que l’on souhaite bien sûr.

Et puis aujourd’hui, après les contraintes du confinement et le stress de la pandémie, il faut vraiment penser à bouger : « levez-vous de votre bureau, étirez-vous, tous les jours faites un peu de stretching, montez les escaliers, la sédentarité c’est presque plus le mal du siècle que n’importe quel autre… » se rappeler, plus que jamais donc que « le mouvement c’est la vie » !

 

Pour prendre rendez-vous avec Benjamin Chabre ou Maral Douzian El Khoury, c’est ici : Osteopathic Health Center Al Wasl Road, Umm Suqeim 2, Villa 969. || Phone number: 04-3487366 || Email: info@osteopathydubai.com

 

 

0 Commentaire (s)Réagir