Mercredi 15 août 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FEMMES D'EXPAT – Quand le succès fait trembler les clichés

Par Lepetitjournal Dubai | Publié le 26/04/2016 à 09:57 | Mis à jour le 02/06/2017 à 09:19

Nous avons recueilli le témoignage de quatre femmes, toutes ce que l'on appelle communément des « femmes d'expat'». Elles ont mis un terme définitif ou temporaire à leurs carrières pour suivre leur conjoint dans l'aventure de l'expatriation. Mais ces femmes ont refusé de faire rimer cette expatriation avec abandon, et lui ont préféré l'ambition, terme seyant bien plus à leurs âmes de battantes: elles ont su s'adapter avec succès à leur nouvelle vie, faisant fi des clichés qui collent généralement à la peau de celles qui ont décidé de vivre constamment sur le départ. Elles pensaient abandonner leur carrière et leurs repères par amour, elles se sont en fait retrouvées?Voici leur histoire.

Pétronille ROSTAGNAT - "Aujourd'hui, j'ai trouvé une maison d'édition et je viens de finaliser l'écriture de mon deuxième roman" 

'' Être une femme d'expatrié ne signifie pas obligatoirement être une femme passive qui met sa carrière ou ses envies de côté. C'est une femme qui sait s'adapter, être curieuse et s'ouvrir à de nouveaux horizons. Pour ma part, l'expatriation m'a poussé à réfléchir à mes véritables envies professionnelles et à me réaliser dans un projet plus personnel. Cela a été une chance. En restant en France, je serais restée cloisonnée dans mon schéma de vie professionnelle: suivre une carrière dans le domaine du marketing après avoir été diplômée d'une école de commerce. 

Partir vivre à l'étranger a bousculé cette ligne de vie que je m'étais fixée. Je devais trouver un projet qui ne dépendrait pas de l'endroit où je vivrais. C'est ainsi qu'un matin, je me suis installée derrière un ordinateur et qu'est né mon premier roman policier. L'écriture était un rêve que je mettais de côté depuis longtemps. Aujourd'hui, j'ai trouvé une maison d'édition et je viens de finaliser l'écriture de mon deuxième roman ''

 

Sabine BLANCHARD - " Aujourd'hui, je finalise un livre d'une centaine de dessins qui devrait sortir en novembre prochain "

'' Beaucoup de femmes expatriées soupirent à l?idée de devoir retisser le tissu social à chaque mutation de leur mari. Plus encore, elles doivent abandonner une carrière construite légitimement sur le long terme comme leur époux. Tant est si bien qu?elles renoncent purement et simplement à toute projection professionnelle !

L'été précédent mon arrivée sur Dubaï, j'avais repris une formation informatique assez pointue, décidée à poursuivre mon activité d?architecte dans « la ville de tous les projets » par excellence. En deux semaines, je me suis laissée envoûterpar l'énergie des Émirats, par cette fameuse vibration qui vous gagne par surprise.  

Ne connaissant personne à mon arrivée, et donc motivée par l'envie de gagner rapidement un capital sympathie, j'ai préféré privilégier ma passion de l'illustration en dessinant assez rapidement la ville de Dubaï sous un angle poétique et humoristique. Je promène en effet un petit personnage féminin Betty Divine, témoin de mon quotidien, sur mon blog commencé le 11.11.11. De fil en aiguille et grâce à la proximité solidaire du milieu « expat », j'ai été contactée pour définir diverses identités visuelles, collaborer à la conception d'événements... J'y ai retrouvé le processus créatif de l'architecture. Aujourd'hui, je finalise un livre d'une centaine de dessins qui devrait sortir en novembre prochain. 

L'arrivée dans un pays exotique peut nous « faire renaître » face à des destins que nous n'aurions jamais osé déployer dans notre imaginaire. De cette mise en rupture avec le pays d?origine, rupture avec nos promesses professionnelles, de tous ces renoncements plus ou moins mal vécus, il naît curieusement une nouvelle forme de liberté à laquelle les femmes expatriées devraient goûter, comme un cadeau de vie.

Mon message final n'est pas de renoncer à la personne que nous projetions d'être, mais d'encourager notre capacité à nous réinventer, à nous désinhiber en ouvrant grands nos yeux sur le champ des possibles. Avec en règles immuables, positivisme et enthousiasme ! ''

 

Elodie PLAGNE - "J'ai tout de suite mis en place mon processus de mobilité chez Dior, entreprise dans laquelle je travaillais déjà depuis plusieurs années "

'' Etre une femme d'expatrie ne signifie pas forcément « suivre son mari », mais également en profiter pour se donner soi-même de nouveaux challenges professionnels.

Avec mon mari, nous avions une réelle envie de partir vivre à l'étranger, et nous nous étions dit « que le premier trouve ! ». Une opportunité s'est offerte à lui, et j'ai tout de suite mis en place mon processus de mobilité chez Dior, entreprise dans laquelle je travaillais déjà depuis plusieurs années. Car hors de question de m'arrêter de travailler !

J'ai eu la chance de pouvoir poursuivre ma carrière pour cette belle marque à Dubaï. 

Vivre une nouvelle expérience professionnelle à 2 au même moment est une chance, et une occasion d'échanger, de partager davantage ses nouveaux challenges. Le  plus difficile, il est vrai, est de retrouver rapidement son équilibre familial, entre deux nouveaux jobs, un nouveau lieu de vie, et des enfants très demandeurs dans un nouveau contexte ! Mais avec un maximum d'organisation, de la flexibilité dans son travail, et la vie « easy » de Dubaï, c'est tout à fait jouable ! ''

 

Alexandra de MONTAUDOUIN - "J'ai tout de suite commencé à réfléchir à comment utiliser mon expertise et vivre mes passions ici "

'' Suivre son conjoint en expatriation implique parfois de vrais sacrifices, notamment professionnels: on doit faire le choix d'abandonner une carrière au profit de celle de son mari ou de sa femme pour l'inconnu d'un pays nouveau. Et même si on espère pouvoir se réinventer, l'aventure peut effrayer.

Lorsque nous sommes venus à Dubaï, pour la seconde fois, nous y avions vécu quelques années auparavant, j'ai dû quitter mon poste chez Sotheby's et les missions que je faisais dans la décoration d'intérieur, que j'adorais. 

J'ai tout de suite commencé à réfléchir à comment utiliser mon expertise et vivre mes passions ici. En redécouvrant la ville après quelques années, l'idée d'ouvrir un concept-store unique et chaleureux, proposant de la décoration, de la mode tout en s'asseyant autour d'une bonne salade loin des malls est vite venue. Bien que n'ayant jamais été entrepreneuse, me lancer est devenu une évidence dans cette ville si dynamique. La rencontre avec Emma et le soutien de mon mari on fait le reste: Comptoir 102 a ouvert ses portes quelques mois plus tard. 

L'expatriation m'a définitivement été bénéfique: ce projet n'aurait sans doute pas vu le jour en France ''

Marion LONGIN (lepetitjournal.com/dubai) le 26 avril 2016 

 

 

 

 

lepetitjournal.com Dubai

Lepetitjournal Dubai

L'édition de Dubaï de Lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger.
0 CommentairesRéagir

Actualités

IDÉE SORTIE

SPECTACLE – Gad Elmaleh à l’opéra de Dubaï

Le célèbre humoriste français, Gad Elmaleh, se produira à l’opéra de Dubaï, le mardi 11 décembre dans le cadre de sa tournée The Dream Tour, sur les talons de son récent rêve américain Netflix.

Communauté

GASTRONOMIE

GIOVANNI MARIA ROSSI - Un ambassadeur de la cuisine italienne

LES MEILLEURS RESTAURANTS ITALIENS DE DUBAÏ avec le meilleur guide qui soit, Giovanni Rossi, le président de l’Accademia della Cucina Italiana! Fuyez la pizza à l’ananas et la sauce Alfredo, qui sont

Que faire à Dubaï ?

IDÉE SORTIE

SPECTACLE – Gad Elmaleh à l’opéra de Dubaï

Le célèbre humoriste français, Gad Elmaleh, se produira à l’opéra de Dubaï, le mardi 11 décembre dans le cadre de sa tournée The Dream Tour, sur les talons de son récent rêve américain Netflix.

Lifestyle

CULTURE

LES EXPOS DE L’ÉTÉ – Guide pratique

Vous allez surement voyager cet été ? La France, le littoral ou ailleurs dans le monde …l’occasion pour vous de vous cultiver un peu et de vous faire les dernières expositions. Voici votre guide conco

Sur le même sujet