Vendredi 14 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Naturellement vôtre : Jérôme Rémilien

Par Irène Idrisse | Publié le 30/04/2018 à 22:00 | Mis à jour le 01/05/2018 à 02:39
Naturellement vôtre : Jérôme Rémilien

Le « passionné par le monde végétal depuis 25 ans » qu’est Jérôme Rémilien sera au Sénégal en mai. D’origine martiniquaise et cap-verdienne, l’ancien habitant de Dakar et désormais résidant du Val-D’oise, officiera au cours d’un atelier sur la fabrication des savons surgras et autres produits de beauté faits main dont il s’est fait une spécialité. Fabrication de savons surgras, de laits, les participants auront droit à des cours magistraux et pratiques. Le but est d’ouvrir le champ des possible en faisant des apprenants, des acteurs de leurs produits de soins corporels et ce faisant, des activistes de leur propre santé. Nous profitons de cette occasion pour lui poser quelques questions relatives à son métier.

 

… se prendre en charge en réalisant ses propres soins corporels…

Pouvez-vous vous présenter ?

Jérôme Rémilien, 61 ans, marié, passionné par le monde végétal depuis 25 ans maintenant.

Quels sont les mots,  phrase ou expression qui selon vous, vous définissent le mieux ?

Passionné et perfectionniste.

Dans quel domaine exercez vous en France ?

Vente en ligne de produits et d'ateliers de cosmétiques naturels (marchanddesenteurs.com)

Vous vous rendez au Sénégal pour quelques jours. Dans quel cadre ce voyage ?

Lors de précédents séjours, j’ai pu tester l’intérêt et le besoin d’informations sur les produits naturels et les moyens de se prendre en charge en réalisant ses propres soins corporels. J’y retourne pour répondre à ce besoin.

Est-ce pour vous, la première fois en Afrique ?

Je suis né à Dakar ! J’ai fréquenté les écoles du Plateau, de la rue de Thiong, de Kléber… travaillé dans les entreprises de la place, marié à l’Hôtel de Ville… En un mot, je suis Sénégalais (de père Martiniquais et de mère Cap-Verdienne). Maintenant, je vis en France, dans le Val-d’Oise, au nord de Paris, depuis 38 ans.

Le soleil ne vous manque t-il pas ?

Le soleil « méchant » de Tambacounda  non ! Le soleil « gentil » de Dakar, oui !

Qu’est ce qui fut le déclic de votre intérêt pour les savons surgras ?

Mon intérêt croissant pour les produits nobles et naturels bons pour la peau et sans dommage pour notre environnement, m’a conduit tout naturellement à redécouvrir ce produit phare pour une toilette tout en douceur.

D’ailleurs, selon vous,  qu’est ce qu’un savon ? Un objet participant au rituel de la toilette dont l’on peut se passer ou un geste précieux, relevant d’une pause-soin à part entière ?

Pour faire simple, le savon est le produit du mélange suivant : huile ou graisse + soude + eau = savon + glycérine. Un savon saponifié à froid (sans cuisson) et dans les règles de l’art, conserve sa glycérine, élément précieux qui assure une douceur exceptionnelle à la peau.

Par conséquent, le savon à froid naturellement glycériné, peut à juste raison, être considéré comme un soin à part entière.

 

Jérome Remilien

 

Je suis pour les « vrais » produits naturels à 100%. Je milite pour un vrai retour à l’essentiel 

 

Saponification

 

De quand date votre intérêt pour les savons surgras ?

Je travaillais depuis plusieurs années déjà avec mon principal fournisseur en huiles et beurres végétaux, quand celui-ci me proposa en 2004 de remettre au goût du jour des ateliers savon dans sa boutique à Paris… je n’ai pas résisté à l’appel !

Au fait qu’est ce que la fameuse « saponification »?

La saponification est la réaction chimique qui se produit lors du mélange d’un corps gras - huile ou graisse - à une solution de soude ou de potasse, à une certaine température.

Dans le processus à froid, la chaleur dégagée par cette réaction chimique ainsi que le brassage permet d’obtenir des molécules de savon et de glycérine.

Votre démarche allant vers les produits naturels en général,  quels sont les autres domaines dans lesquels vous vous investissez ou envisagez de vous investir ?

Je suis pour les « vrais » produits naturels à 100%. Je milite pour un vrai retour à l’essentiel, c'est-à-dire donner à notre peau, notre corps et à nos cheveux, ce dont ils sont réellement besoin et arrêter notre « zapping » en quête du « produit miracle », qui n’existe de toute façon pas.

 

Savon

 

Pouvez-vous nous donner les définition et caractéristiques d’un savon surgras ? Quelle différence avec un savon dit « normal »  ou industriel ?

Un savon industriel, souvent sans glycérine, assèche la peau. Parfumé synthétiquement, il contient aussi des stabilisants peu biodégradables.

Un savon artisanal saponifié à froid et surgras de surcroit (un certain % d’huile ou de graisse libre, non transformé en savon) riche de sa glycérine, donne un effet hydratant incomparable. Il n’est jamais brillant et pour ceux qui sont parfumés, l’odeur discrète et douce des huiles essentielles est toujours plaisante.

 

Savon de Marseille et effets de la saponification à chaud

 

Le savon de Marseille tant vanté pour son coté naturel relève donc de quelle catégorie ? Quid du savon Cadum qui sent si bon ?

Contrairement au processus à froid qui, lui, nécessite une cure de 4 semaines pour que la réaction de saponification aille à son terme, le savon de Marseille procède d’une saponification à chaud ; ce type de fabrication permet une réaction complète et rapide de la soude avec les corps gras. Cette pâte de savon est ensuite cuite en chaudron puis lavée avec de l’eau salée pour éliminer l’excès de soude.

Cette opération élimine malheureusement la glycérine bienfaisante. Il reste un bon savon naturel utile pour détacher et dégraisser mais peu adapté à la toilette.  Le savon Cadum sent peut-être bon, mais que contient-il vraiment ???

 

Des problèmes dermatologiques sont de plus en plus fréquents en France, en cause une eau souvent calcaire et des produits nettoyants trop agressifs

 Comment se porte le savon surgras dans votre région le Val d’Oise ? Avez-vous constaté un changement de paradigme relatif à ce savon ?

Le savon artisanal saponifié à froid retrouve ses lettes de noblesse aujourd’hui en France.  Le public en quête de science, dans son rapport avec les produits destinés à prendre soin de son corps tout en faisant attention à son environnement, trouve dans ce savon, une réponse idéale à ses attentes.

 Des problèmes dermatologiques sont de plus en plus fréquents en France, en cause une eau souvent calcaire et des produits nettoyants trop agressifs. Un bon savon surgras remédie la plupart du temps à tous ces désagréments.

L’Afrique en général,  le Sénégal  en particulier, foisonne de plantes riches en principes actifs, pensez-vous le domaine des savons surgras suffisamment mis en valeur ?

Des initiatives commencent à prendre forme, mais on ne communique pas encore assez sur les réels bienfaits de ce type de savon. Il faut les encourager en revoyant notre rapport à la cosmétique.

En Afrique, l’on a souvent tendance à sous évaluer ce qui relève de l’artisanat pour, a contrario, sur évaluer les produits manufacturés produits à grande échelle. Comment faire pour inverser cette tendance et injecter valeur et noblesse dans les produits à la production manuelle et confidentielle ?

C’est un travail de longue haleine que de se libérer des diktats du marketing et de renouer avec l’authenticité de produits nobles. Communiquez, faire connaître, faire essayer…plus nous serons nombreux et attentif à la qualité, plus nous convaincrons de la justesse de notre démarche.

Que ferez-vous exactement durant votre séjour au Sénégal ?

Dans la perspective prochaine d’un retour au pays, je continuerais mes contacts pour la mise en place des ateliers cosmétiques naturels.

Comment vous  même  avez vous acquis votre savoir-faire ? Est-ce, en autodidacte et par passion, ou par une formation ou par les deux voies combinées ?

J’ai commencé en autodidacte, ensuite plusieurs formations en cosmétiques naturels, en savonneries, huiles essentielles, etc, sont venues compléter les limites du débutant.

Pour les huiles essentielles et autres entrants nécessaires à la confection des savons, collaborez-vous avec des producteurs locaux ?

Je suis dans une démarche de mise en valeur des huiles végétales du Sénégal, aussi je travaille avec des producteurs locaux de la région de Thiès et Fatick. Les huiles essentielles proviennent principalement de France.

 

Savons

 

Soude et bio : l’impossible équation

 

Faites vous également le pari du bio ?

L’objectif premier du bio est le choix d’un mode de culture respectueux du vivant, donc il trouve sa place logique dans l’alimentation. Faire du savon naturel et écologique ça à du sens.

Un produit bio dans un savon ? Qu’en reste-t-il après le travail de la soude et quel intérêt pour un produit destiné à être rincé très rapidement ?

In fine, comment qualifieriez-vous le savon surgras ?

Le savon surgras saponifié à froid…le meilleur savon pour la beauté et la santé de votre peau !

À votre départ du Sénégal, qu’emporterez-vous avec vous ?

Encore quelques éléments de la pharmacopée sénégalaise pour compléter mes connaissances.

Un dernier mot ?

Riche, noble, onctueux…adoptez le savon saponifié à froid.

 

Préférences de Jérôme Rémilien

Savon industriel préféré : savon d’Alep

Parfum préféré : Petit grain bigarade

Huile préférée : Sump (balanites aegyptiaca)

Colorant préféré : Curcuma

Plante préférée : Bissap (hibiscus sabdarifa)

Moment de fabrication des savons préféré : l’alchimie qui se crée lors du mélange de tous les ingrédients

Moment de vie préféré : voir la joie illuminer le visage de mon prochain

Adage préféré : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Dakar

CULTURE

BD Passion : un espace dakarois dédié à la culture et aux loisirs

Coup de cœur pour ce lieu unique à Dakar, BD Passion, dédié aux livres, aux jeux et aux activités culturelles pour les petits et les plus grands. Rencontre avec Marieme Seck, fondatrice de BD Passion.