Lundi 24 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Rolande Kammogne : la Voix de VoxAfrica

Par Irène Idrisse | Publié le 13/03/2018 à 21:00 | Mis à jour le 21/03/2018 à 00:42
Rolande Kammogne-lepetitjournal-trophées

Elle est la gagnante des Trophées des Français de l’Étranger organisés par lepetitjournal.com dans la catégorie « Anciens élèves des lycées français ». Rencontre. 

La fondatrice de VoxAfrica qu’est Rolande Kammogne fait partie des jeunes leaders africains dont la voix porte. Décliner une opportunité à Wall street pour « accepter un stage à Killer films : une maison de production de films indépendants » cela porte un nom : vocation. À la tête de VoxAfrica et productrice exécutive de « The Voice Afrique Francophone », cette jeune femme donne à l’Afrique les moyens de se penser, se réfléchir et ainsi, écrire sa propre histoire. Dans un univers mondialisé où pourtant moult contre-vérités relatives au continent perdurent ; par ses initiatives, Rolande Kammogne « s’est donné pour mission de présenter cette image plurielle et réelle du Continent » faisant de la télé, un média de divertissement, d’édification et de construction du Moi et Surmoi africains. What else ?

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Rolande Kammogne, je suis la fondatrice de VoxAfrica,  productrice exécutive de « the Voice Afrique francophone » de la télévision panafricaine VoxAfrica. J’ai 35 ans je suis d'origine camerounaise.

Pour nombre de jeunes filles vous êtes un rôle model. Cela met-il une pression supplémentaire sur vos épaules ou au contraire vous galvanise t-il ?

Je n’ai aucune pression parce que justement, le plus important c’est d’être utile car lorsqu’on s’enferme dans un canevas, cela devient difficile de s’y maintenir. Donc au quotidien, on essaie simplement de faire ce qu’on aime et d’être utile à la société.

Vous avez effectué une partie de votre scolarité au sein d’un établissement français en Afrique. En ce sens, qu’est ce que l’école française vous a apporté ?

L’école française est une école qui m’a donné l’opportunité d’être dans un environnement international depuis ma ville natale. J’ai eu l’opportunité de fréquenter les enfants de différentes nationalités : France, Espagne, Italie, et Afrique. Cette diversité culturelle est à la base de ce que je suis devenue aujourd’hui.

 

Rolande-Kammogne-VoxAfrica

 

J’ai écrit cette année-là une thèse pour un cours de "civilisation contemporaine" sur la nécessité de la création d`un média qui connecterait toutes les diasporas noires du monde

 

Pouvez-vous nous parler de votre cursus scolaire et professionnel ?

J’ai étudié à l’Université de Columbia aux Etats-Unis où j’ai obtenu en 2004 mon diplôme d'ingénieur en mathématiques, statistiques et systèmes de gestion. J’ai écrit cette année-là une thèse pour un cours de "civilisation contemporaine" sur la nécessité de la création d`un média qui connecterait toutes les diasporas noires du monde. Cette thèse a été publiée dans le journal de l`Université.

Par la suite, j’ai dû écarter une offre d’emploi à Wall Street pour accepter un stage à Killer films : une maison de production de films indépendants.

En 2006, j’ai rejoint une équipe d`analystes afin de préparer le business plan pour la création d`une télévision panafricaine et en septembre 2007, j’ai accepté de m`installer à Londres afin de réaliser le projet VoxAfrica.

Quelles sont la philosophie et la vision de cette télé ? Son ambition ?

10 ans en arrière, l’image de l’Afrique que les medias présentaient était figée. Il fallait donc présenter une image authentique de l’Afrique. VoxAfrica s’est donné pour mission de présenter cette  image plurielle et réelle du Continent. Notre ambition demeure la même depuis 10 ans, celle de devenir la référence africaine en termes de news et de divertissements.

 

Élue en Angleterre 3 années successives « Meilleure Chaîne de Télévision Africaine au Royaume-Uni » 

 

Sous votre houlette, aujourd’hui et chiffres à l’appui,  peut-on dire qu’elle est une success story ?

Oui, VoxAfrica est une success story. Nous l’avons débuté en couvrant la CAN 2008 au Ghana. C’était notre premier signal et nous étions sur internet. Aujourd’hui nous sommes sur 4 continents avec 3 signaux différents, soit :

  • Afrique francophone,
  • Diaspora francophone
  • Afrique anglophone et la diaspora anglophone.

Élue en Angleterre 3 années successives  Meilleure Chaîne de Télévision Africaine au Royaume-Uni, nous gagnons du terrain et je pense qu’en Afrique francophone, nous faisons partie des chaînes importantes dont l’opinion compte. J’ai conscience que le challenge est énorme mais nous sommes sur le bon chemin et nous travaillons pour atteindre nos objectifs.

Au tout début, avez-vous accepté ce poste - Directrice de VoxAfrica - comme un challenge à relever ? Avez-vous eu des moments de doute, d’appréhension ?

A l’époque, c’était moins  un challenge  personnel mais plutôt une mission. Celle d’offrir non seulement une plateforme d’expression aux africains mais surtout une voix pour l’Afrique. Il y a certes des moments de doute mais nous gardons les yeux fixés sur nos objectifs car nous croyons profondément en l’avenir du continent.

Quelles sont les personnes qui ont pensé et mis VoxAfrica en place?

VoxAfrica est née par le canal de plusieurs africains de divers pays qui ont voulu offrir à l’Afrique une voix et certaines de ces personnes y sont actionnaires.

 

Rolande-Kammogne-VoxAfrica

 

Que représente la télévision pour vous ? Un médium d’éducation ou de divertissement ?

Pour moi, la télévision est à la fois un médium d’éducation et de divertissement.

Les populations africaines sont de grandes consommatrices de programmes télévisuels.  Pensez-vous qu’avec des programmes appropriés, il est possible de redonner du sens, raviver des valeurs,  la conscience de soi, la fierté de soi, à des populations qui  pour la plupart ont  tendance à copier l’occident et les  USA  dans quasi tous les domaines y compris dans leurs pires dérives ?

Je ne sais pas si les Africains copient les USA et l’occident dans quasi tous les domaines. La colonisation a une influence culturelle et naturelle certes, mais en ce moment, nous sommes à  un siècle de la mondialisation et, il est essentiel que les medias africains existent pour raconter le quotidien des Africains avec des regards africains, pour donner des héros et modèles africains à la jeunesse du monde.

 

…nous sommes la seule région à obtenir des droits pour 17 pays.  De manière générale, les droits sont cédés pour un seul pays 

 

Comment avez-vous obtenu les droits de the Voice ?

C’était au festival de Cannes. Nous avons pris des contacts avec le propriétaire de droits et il y  avait quelques personnes qui les avaient abordées au préalable et même pendant qu’on discutait. La différence s’est faite parce que nous avons essayé de faire comprendre au propriétaire notre message car « The Voice » est un phénomène planétaire mais l’idée est que chaque pays puisse se l’approprier et donner l’âme qui est la sienne à ce show. Nous leur avons fait des propositions très concrètes et ils ont compris que nous voulions réellement « africaniser » le show, le faire à la sauce africaine. Je précise également que nous sommes la seule région à obtenir des droits pour 17 pays. De manière générale, les droits sont cédés pour un seul pays. Nous leur avons expliqué que le modèle serait très difficile si on n’incluait pas une grande partie des pays d’Afrique Francophone.

Le marché des médias africains a-t-il des spécificités propres ? Quels en sont les atouts et inconvénients ? 

Je parle pour l’Afrique francophone. Donc pour moi, l’atout, c’est qu’il y a du potentiel et l’inconvénient, c’est qu’il est en pleine structuration.

Est-il aisé de trouver des sources de financement pour des émissions de grande envergure ? Puis, surtout, avoir un suivi dans les partenariats noués ?

Le combat réellement difficile est celui du financement d’une telle production parce que comme vous le savez, elle coûte très chère. Aujourd’hui encore, nous sommes des pionniers parce que je crois que les sponsors, les annonceurs ne sont pas encore habitués à dépenser beaucoup d’argent pour des shows de télé et je comprends ; avec la conjoncture économique que ce n’est pas évident pour une région comme la nôtre de se lancer dans une aventure comme The Voice. Mais, nous restons confiants dans le potentiel du continent.

Pensez-vous que les gouvernements africains aient pris la pleine mesure de l’importance de la Culture dans leurs sociétés ? Comment celle-ci peut galvaniser toute une population et la porter vers le haut, le noble et une véritable croissance ?

Je pense les gouvernements africains font du mieux qu’ils peuvent même si de manière générale, nous attendons beaucoup plus d’eux.

Les sociétés africaines demeurent profondément machistes. Être une femme, jolie de surcroit, ne vous a-t-il pas posé de problèmes avec et la gent masculine et les autres femmes ?

Rires. Le problème Weinstein n’est pas un problème unique à Hollywood car certaines personnes abusent de leur pouvoir, mais maintenant, au quotidien, on évite de se retrouver dans des situations potentiellement compromettantes et on se concentre sur l’essentiel même si ce n’est pas toujours évident.

Sans compter les problèmes avec les personnes plus âgées que vous, sur ce continent où la compétence est souvent corrélée aux cheveux blancs, même si les « digital native » et ceux de la génération d’avant viennent chahuter cette hiérarchie multi-séculaire .

Oui, c’est un challenge comme les autres parce qu’il faut se battre pour montRer de quoi est capable la jeunesse africaine et  la représenter au mieux.

 

cette année, nous avons décidé de nous focaliser sur des histoires humaines, sur des profils que je dirais « anodins »

 

Des innovations dans la seconde édition de The Voice ?

Cette saison, nous avons essayé de faire les choses différemment, notamment au niveau de la réalisation. En effet, les coachs ne se retourneront pas pour les talents qui n’auront pas été choisis. Nous avons voulu tester cela cette année. Par ailleurs, nous avons été beaucoup ‘’critiqués’’ pour avoir pris beaucoup de stars et un peu moins d’amateurs. Ainsi, cette année, nous avons décidé de nous focaliser sur des histoires humaines, sur des profils que je dirais « anodins » des personnes qui n’ont pas forcement l’habitude de la scène.

Si la première année, nous avons révélé à l’Afrique son potentiel de stars, cette année, nous allons fabriquer des stars et on pourra voir, au fur-et-à-mesure, ce que ces jeunes talents qui arrivent en n’ayant jamais fait de scène, deviennent à la fin de la saison.

 

Rolande-Kammogne-VoxAfrica

 

Concernant VoxAfrica ?

Nous accroîtrons notre présence dans tous les différents pays africains que nous couvrons, à travers la production de programmes spécifiques sur le terrain.

Que peut-on vous souhaiter ?

La persévérance dans mes actions.

Que vous souhaitez vous ?

(Rires). La paix

Quelle est la plus importante leçon que la vie vous a enseignée ?

La vie est un cadeau qui se renouvelle chaque jour donc il faut en profiter.

 

Les préférences de Rolande

Chanteur old school : Ray Charles

Chanteuse old school : Nana Mouskouri

Chanteur : Talla André Marie

Chanteuse : Adèle

Genre de musique : Jazz et classique

Moment de vie préféré (hier, aujourd’hui ou demain) : Quand je suis en famille.

Nous vous recommandons

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

lilianek ven 23/03/2018 - 17:43

BRAVO ET BON VENT POUR LA SUITE

Répondre
Commentaire avatar

lilianek ven 23/03/2018 - 17:41

BRAVO

Répondre

Communauté

INTERVIEW

VIVRE À DAKAR – Témoignage de Delphine, galeriste

Alors que l’art africain est en vogue sur le marché de l’art, ouvrir une galerie et poursuivre son développement sur le continent prend tout son sens.

Que faire à Dakar ?

DÉCOUVERTE

Journées Européennes du Patrimoine 2018 à Dakar

L’Ambassade de France au Sénégal participe ce samedi 15 septembre 2018 à la 35e édition des Journées Européennes du Patrimoine, dont le thème est « L’art du partage ».