Samedi 18 août 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Interview de Bernadette Halbron des éditions Bernest

Par Magali Hamon | Publié le 14/02/2018 à 10:45 | Mis à jour le 14/02/2018 à 10:45
éditions, bernest, livres, bilingues, français, allemand

 

La maison d'édition Bernest est spécialisée dans la publication de livres bilingues (français - allemand) pour les enfants. Rencontre avec sa fondatrice qui nous présente son projet de bande dessinée bilingue "Les aventures de Kazh", qui met en scène une famille binationale franco-allemande

Lepetitjournal.com Cologne : Pouvez-vous nous parler de votre parcours avant de fonder la maison d’édition Bernest ?

Bernadette Halbron : Dans ma vie professionnelle, j’ai toujours eu affaire aux livres : d’abord comme enseignante de “FLE (français langue étrangère), puis de français langue maternelle au lycée français de Vienne, et enfin en tant que documentaliste en milieu scolaire. Pour moi, entamer une nouvelle carrière d’éditrice était dans la logique des choses !

Comment la maison d’édition a-t-elle vu le jour ?

Nous avions cette idée en tête depuis quelque temps mais ce qui nous a fait “sauter le pas”, a été l’occasion de publier une biographie de Schubert illustrée par Sempé. . Cela ne se refuse pas… et Bernest était lancé! C’était fin 2014.

Pourquoi avoir choisi la littérature jeunesse ?

Vivant en Autriche, j’ai été confrontée au bilinguisme surtout à partir la naissance de mes enfants, qui manient parfaitement les deux langues. En fondant Bernest, notre idée de départ était que, dans une famille binationale, chacun des deux parents- ou toute autre personne- puisse lire les histoires favorites des enfants dans sa propre langue, et permettre ainsi une meilleure communication entre les deux univers linguistiques et culturels au sein de la famille.

Notre projet a donc toujours été de publier des livres-jeunesse-en français et en allemand même si le concept s’est précisé et affiné au cours du temps.

livre, enfant, bilingue

Quelle est la ligne éditoriale de votre maison d’édition et quels thèmes sont abordés dans vos livres ?

La littérature bilingue pour enfants commence à se développer, mais les albums bilingues français-allemand restent rares. C’est ce manque que Bernest veut combler, mais le bilinguisme seul ne suffit pas à faire un bon livre. Nous sommes exigeants aussi bien sur la plan des illustrations que des textes : nos albums traitent avec légèreté et humour de thèmes “sérieux”, comme l’identité, l’intégration, le courage civique, la solidarité, et mettent en scène des héros qui arrivent à surmonter les difficultés de la vie.

Nous sélectionnons les textes sur des critères de qualité : une écriture qui manie la légèreté et l’humour, et des textes revendiquant des valeurs humanistes (la solidarité, la tolérance, le courage civique). Dans nos dernières publications, nous veillons aussi à ce que les enfants ne soient pas rebutés par des difficultés de compréhension par exemple des phrases trop longues ou des constructions trop complexes.

Combien de titres avez-vous publiés à ce jour ? Et combien en publiez-vous par an ?

Nous avons actuellement onze titres bilingues au catalogue, auxquels s’ajoutent deux titres publiés seulement en allemand et deux titres publiés en français et en allemand.

Nous publions trois à six nouveautés par an, et depuis 2016, dans les trois versions, français, allemand et bilingue français-allemand.

Comment choisissez-vous vos auteurs et quelles sont vos relations avec eux ?

En-dehors des titres dont nous avons acheté les droits en France, notre travail avec les auteurs naît souvent d’une rencontre- sur un Salon du livre par exemple. Mais nous recevons également des manuscrits- ou plutôt des tapuscrits, qui donnent lieu à des publications.

Les relations avec les auteurs sont toujours passionnantes- et passionnées. Je pourrais les comparer avec celles d’une sage-femme avec sa parturiente : l’éditeur, c’est celui qui permet à un texte de voir le jour ! C’est le fruit d’un travail et d’efforts communs.

livre, enfant, bilingue

En tant qu’éditrice, comment transformez-vous un projet que vous recevez en un ouvrage prêt à être publié ?

Du premier contact avec l’auteur à la publication, c’est un cheminement de plusieurs mois. Si on a un "coup de cœur" pour un texte, tout commence par un échange avec l’auteur sur le nombre de pages, le format de publication, les conditions du contrat. Il faut ensuite trouver un illustrateur qui agrée aux 2 parties, auteur et éditeur, même si c’est à l’éditeur seul que revient la décision.- Le texte est ensuite relu, corrigé et en général retravaillé avec l’auteur. L’étape suivante est la traduction- car même pour un album-jeunesse il faut faire appel à un traducteur.

Puis la mise en page peut être faite (en général par l’illustrateur). L’imprimeur entre alors en jeu avec un essai technique ("proof") : très important pour les couleurs, puisqu’il s’agir d’albums.-Dernière étape : les épreuves sont vérifiées, le texte est une dernière fois contrôlé. Le "bon à tirer" pour l’imprimeur peut être délivré !

Pouvez-vous nous décrire une journée typique pour une éditrice ?

Il n’y a pas de journée type. C’est à la fois l’avers et le revers de la médaille !! Relations avec les auteurs, lectorat, gestion des réseaux sociaux et de la Webshop, marketing, relation avec la presse, travail administratif, préparation et participation aux Salons du livre, tout cela relève du travail de l’éditeur.

BD, bilingue, franco-allemand

Y a-t-il un livre que vous préférez parmi tous les albums de votre catalogue ? Et pourquoi ?

Autant demander à une mère lequel de ses enfants elle préfère ! J’ai un faible pour "L’agneau qui ne voulait pas être un mouton" ( une fable sur le "suivisme" avec de magnifiques illustrations), mais aussi pour les deux albums mettant en scène Léonard, le lion gaffeur et maladroit ("Gratte-moi le dos/Kratz mir den Buckel" et "Viens que je te croque/ Komm her, ich fresse dich auf !") sans oublier , bien sûr le petit-dernier, le 1er album des "aventures de Kazh" , " Ma famille franco-allemande".

Quel est le livre que vous avez le plus vendu et en combien d’exemplaires ?

Nous avons vendu le Schubert (illustré par Sempé) à 1000 exemplaires, et "Gratte-moi le dos/ Kratz mir den Buckel" à 800 exemplaires. Mais ce n’est qu’un début !

Quels sont vos projets pour 2018 ?

En-dehors de deux albums bilingues traditionnels, notre projet- phare pour 2018  est la bande dessinée bilingue dont j’ai déjà  parlé, "Les aventures de Kazh", qui mettra en scène une famille binationale franco-allemande. Il s’agit d’un concept bilingue entièrement nouveau : chaque personnage parlera sa langue, le français ou l’allemand. Mais aucune crainte : pour ceux qui n’ont pas tout compris, la traduction sera en fin de chapitre, ainsi que des explications de civilisation et de vocabulaire!

On y abordera les thèmes du bilinguisme et du biculturalisme sur un mode léger et humoristique, comme il se doit. Je pense que beaucoup de familles franco-allemandes (et franco-autrichiennes) pourront s’y retrouver. Mais nous sommes persuadés que cette BD d’un nouveau genre pourra être utilisée dans un cadre scolaire, dans le primaire comme dans le secondaire… et même pour des apprenants adultes.

 

0 CommentairesRéagir

Communauté

LYCÉES FRANÇAIS DU MONDE

FAPÉE - Xavier Gonon : "Les parents d’élèves doivent être associés"

Entre contraintes budgétaires et volonté présidentielle d’en faire un instrument du rayonnement de la France dans le monde, l’enseignement français à l’étranger est à la croisée des chemins. Eclairage