Mercredi 20 octobre 2021
TEST: 2250

PORTRAIT : Catherine Robert, Directrice de l’Institut franco-allemand de Bonn

Par Lepetitjournal Cologne | Publié le 13/12/2010 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 10:22

La rédaction du Petitjournal.com Cologne vous propose une série de portraits des directeurs des Instituts français de Rhénanie du Nord-Westphalie. L'Institut français de Bonn, créé en 1952, est devenu en 2001 un Institut franco-allemand. Porté juridiquement et financièrement par l'Ambassade de France et l'Université de Bonn, il est dirigé depuis 2008 par Catherine Robert. Rencontre

Catherine Robert, Directrice de l'Institut Robert Schuman de Bonn et Attachée de coopération universitaire de l'Ambassade - Photo Sophie Valette

Maître de conférence à Paris IV, enseignante à Sciences Po Paris et à l'ESSEC, Catherine Robert a suivi de très près l'évolution de l'enseignement supérieur en France. Germaniste de formation, elle se tourne peu à peu vers des problématiques géopolitiques. Elle fait notamment une thèse en histoire contemporaine sur les relations entre la RFA et l'Afrique Australe de la fin des années 70 à 90. D'origine franco-allemande, elle souligne l'importance d'entretenir et de maintenir une coopération franco-allemande vivante auprès des jeunes générations. Elle définit sa mission à l'Institut avant tout comme " un travail de terrain " : " Il est fondamental d'être sur place, d'observer l'évolution du paysage universitaire et de relayer l'information ".

Favoriser les synergies dans la coopération universitaire et au-delà

Directrice de l'Institut Robert Schuman de Bonn, Catherine Robert est également Attachée de coopération universitaire de l'Ambassade pour deux Länder, la Rhénanie du Nord-Westphalie et la Hesse : " Notre vocation est de faire connaître les possibilités d'études en France à tous les niveaux, d'encourager et de soutenir de façon très pratique la mise en place de double cursus. A cela s'ajoute un travail de veille pour l'Ambassade et de soutien au montage de projets ", explique t-elle. Participant au rayonnement de la culture française dans les milieux académiques, l'Institut Robert Schuman accueille chaque année des personnalités reconnues du monde universitaire et de la recherche : " En juin 2009, nous avions invité, à l'occasion de l'année Darwin, un neurobiologiste, professeur au Collège de France, Alain Prochiantz. De nombreux scientifiques d'universités de la région ont franchi la porte de l'Institut pour cet événement, alors qu'ils ne connaissaient pas l'Institut ", se réjouit la Directrice, " ces conférences favorisent les synergies dans la coopération universitaire et au-delà ".

Un institut bien implanté dans son environnement culturel, local et régional

Chaque directeur d'Institut programme ses manifestations selon le paysage culturel de sa ville. Catherine Robert insiste sur la nécessité de coopérer avec les acteurs et partenaires locaux : "C'est une partie très importante du travail de sentir très vite la ville et de fréquenter toutes les manifestations culturelles possibles ". L'Institut Robert Schuman est ainsi bien implanté dans son environnement culturel, local et régional : " Nous organisons deux fois par an une rencontre entre auteurs et metteurs en scène du théâtre français et allemand, en collaboration avec le Théâtre de Bonn. Nous avons également planifié un cycle de conférences à l'Institut, parallèlement à l'exposition sur Napoléon organisée par la Kunsthalle à partir du 17 décembre". Par ailleurs, l'Ambassade de France à Berlin a lancé, il y a deux ans, les " dialogues franco-allemands ". Les thèmes proposés aux Instituts français en Allemagne dans ce cadre permettent de débattre d'un sujet d'actualité. Cette année, une des thèmatiques retenues portait sur les « valeurs » : « Ce qui est primordial dans la programmation culturelle de l'Institut, c'est de maintenir de très belles coproductions franco-allemandes », souligne la Directrice.

Pluridisciplinarité, interculturalité et accessibilité

Catherine Robert propose une programmation de conférences et de débats sur des questions sociétales. Des spécialistes de disciplines très différentes peuvent alors intervenir : " Parler de civilisation du vin, c'est parler d'histoire, de géographie, de littérature, de rapport à la nature, de développement durable. C'est s'interroger sur la notion de terroir pour un Bordeaux, parler de climat pour un Bourgogne ". Ces rendez-vous pluridisciplinaires permettent d'avoir des publics qui ne connaissent pas forcément les évolutions françaises sur ces questions. C'est d'ailleurs un des objectifs de la directrice : " Nous souhaitons attirer des personnes intéressées par la France, mais plus généralement des personnes intéressées par la culture et par la question que l'on traite même s'ils n'ont pas forcément accès au français. Pour cette raison, je souhaite qu'une partie de ces conférences soient en allemand ou traduit simultanément ". La Directrice de l'Institut Robert Schuman tient également à promouvoir la culture scientifique en même temps que la langue française auprès des écoliers et d'un large public : " Nous avons déjà organisé une exposition interactive sur l'astronomie dans un lycée. C'est important d'associer le français à autre chose qu'à la littérature ou à la mode. En coopération avec le Wissenschaftszentrum, nous accueillerons d'ailleurs en janvier une de nos deux médailles fields 2010, Cédric Villani, pour une conférence ouverte à un large public intéressé par les sciences, mais également à des lycéens ".

Sophie Valette (www.lepetitjournal.com/cologne) Lundi 13 décembre 2010

Catherine Robert est également membre du Conseil scientifique du CIFRA, le Centre de Recherche Interdisciplinaire sur la France et la Francophonie de l'Université de Cologne.

L'Institut franco-allemand de Bonn propose des cours de français mais également des cours d'allemand.

Plus d'informations sur le programme culturel de l'Institut franco-allemand sur le site de l'Institut Robert Schuman

0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet