Dimanche 18 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Ahmed Ahouani, directeur adjoint de l'Institut français de Cologne

Par Magali Hamon | Publié le 16/11/2017 à 01:00 | Mis à jour le 16/11/2017 à 01:00
ahmed, ahouani, institut, français, cologne

Ahmed Ahouani est arrivé en septembre dernier pour assurer, avec Vincent Muller, le consul général de France à Düsseldorf, la direction des Instituts français de Cologne et Düsseldorf

 

Lepetitjournal.com Cologne : Ahmed Ahouani, pouvez-vous nous présenter votre parcours?

Ahmed Ahouani : J’ai commencé mon parcours professionnel dans la région de Besançon comme enseignant du premier degré puis directeur d’école. J’ai ensuite rempli une mission au sein de l’AEFE à Francfort de 2001 à 2007 en qualité de directeur des classes primaires du lycée Victor Hugo à Francfort. A Berne, en Suisse, j’ai repris un poste d’enseignant en primaire pendant 5 ans. En 2012, je suis arrivé en région parisienne comme personnel de direction, d’abord à Vitry puis à Cachan.

 

Connaissiez-vous l’Allemagne avant d’y vivre ?

J’ai connu l’Allemagne très tôt pendant les études car lorsqu’on vit à Besançon, on a des liens avec la ville jumelée, Freiburg. Dans ce contexte, j’ai fait de nombreux séjours à Freiburg et c’est à travers ces échanges que j’ai été amené à côtoyer la langue et la culture allemande.

 

Vous êtes arrivé à la tête de l’Institut français de Cologne en septembre dernier. Quelle est votre mission ? Et quelle impulsion voulez-vous donner à l’Institut ?

Il s’agit de travailler en équipe avec Vincent Muller,  consul général de France à Düsseldorf, qui est le directeur des instituts de Cologne et Düsseldorf et d’assurer les missions suivantes : promouvoir et diffuser la culture française par une programmation toujours plus attractive, développer les cours de langue, les faire progresser, les améliorer, et développer les cours en entreprise sur toute la NRW. L’Institut est prêt à mettre en œuvre des cours de français à destination d’un public francophone, pour les élèves qui n’ont pas le choix d’avoir un lycée français à proximité mais qui voudraient travailler la maitrise de la langue.

Nous organisons des manifestations culturelles et cherchons avant tout à développer cette idée de synergie entre les différents instituts en Allemagne, d’abord entre les antennes de Cologne et Düsseldorf et sur un axe rhénan de Mayence à Düsseldorf.

 

Quelles sont vos priorités pour l’Institut et les actions concrètes que vous avez menées depuis votre arrivée ?

L’élaboration du programme à venir tente de s’appuyer sur des thématiques et sur cette idée de réseau. En 2018, nous proposerons des événements autour de Guillaume Apollinaire et du patrimoine européen. Enfin, comme l’année 2018 correspond au centenaire de la fin de la 1ère guerre mondiale, celui-ci sera inscrit dans le calendrier des manifestations. La ville de Cologne prépare dès aujourd’hui la célébration d’une année Offenbach en 2019. L’Institut français y sera associé.

 

Comment l’Institut français de Cologne est-il vu ?

Lors de mes rencontres ces dernières semaines, j’ai toujours reçu un accueil très bienveillant. J’ai même rencontré la directrice de l’institut italien à Cologne et le directeur de l’institut japonais, afin de tisser des liens et développer des projets interculturels. Nous sommes également en contact avec nos homologues belges à Berlin pour des partenariats et nous recevons prochainement des auteurs luxembourgeois.

 

Quels sont les événements culturels à venir ces prochains mois ?

Une soirée beaujolais le 27 novembre et un débat le 4 décembre sur les propositions de Macron concernant la politique européenne, en regard des réactions allemandes.

 

Après 2 mois à Cologne, quelles sont vos impressions sur cette ville ?

Cette découverte est très plaisante. Je trouve que les Colonais sont des gens très accueillants. Ici, tout le monde est prêt à vous aider. J’ai hâte de pouvoir découvrir les galeries, les musées…

 

 

 

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Munich Appercu
ENQUÊTE

Munich, Hambourg et Berlin dans le top 10 de « Work–Life Balance »

Selon une récente étude, Munich et Hambourg figurent dans le top 5 mondial des villes qui permettent de concilier de façon exceptionnelle vie professionnelle et vie privée, Berlin arrive 6e.