TEST: 2250

SÉRIES TV - L’Allemagne rattrape son retard !

Par Lepetitjournal Cologne | Publié le 06/06/2017 à 23:00 | Mis à jour le 18/10/2018 à 15:36

L’Amérique produit depuis des années des séries qui connaissent un succès interplanétaire, tandis que l’on associe plutôt l’Allemagne aux ringardes Derrick ou Le Renard… Toutefois, on remarque depuis récemment un engouement inédit et qui ne s’essouffle pas pour les séries produites outre-Rhin. Des séries comme Generation war, sortie en 2013, Deutschland 83 (2015), ou encore Berlin 56 (2016) ont en effet réussi à s’imposer à l’international et d’autres projets ambitieux prenant les productions américaines pour modèles sont en cours.

Generation war

Cette série (Unsere Mütter, unsere Väter en VO) raconte l’histoire de cinq amis à la veille de la Seconde Guerre mondiale et qui évoluent dans le cadre de l’horreur de cette guerre. Elle a d’abord été un succès en Allemagne, puis s’est exportée en France, en Pologne et en Norvège, où elle a été très bien accueillie. Aujourd’hui, les droits en ont été vendus dans plus de 100 pays et elle a depuis lors remporté le Prix de la meilleure fiction européenne de La Rochelle, un International Emmy Award et une distinction du Festival de Palm Springs.

Deutschland 83

Avec cette série, l’Allemagne fait un carton : les aventures de l’espion Martin Rauch (Jonas Nay), jeune espion de RDA forcé de prendre l’identité de Moritz Stamm et d’infiltrer une caserne de l’Ouest pendant la Guerre froide, passionnent plus de 20 millions de téléspectateurs à travers le monde entier. Il s’agit d’une histoire vraie, et de la narration d’un moment qui a failli renverser tragiquement l’Histoire. Véritable voyage dans le temps, elle nous replonge dans les années 80, entre flower power, menace nucléaire et arrivée du Sida.

Berlin 56

La dernière série allemande à succès, Berlin 56, dont le titre original est Ku’damm 56 et qui doit son nom à l’artère mythique de Berlin-Ouest, narre les aventures de trois sœurs berlinoises qui cherchent à s’émanciper dans les années 50 : une série "rock, sexe et électrochocs " ainsi que la présente son producteur Nico Hofmann. Chaque épisode a rassemblé près de 5 millions de téléspectateurs en Allemagne, ce qui constitue un record.

Les raisons du succès ?

Jusque-là, la plupart des séries étaient souvent considérées comme "trop" allemandes par le public étranger : rigoureuses, froides, moralisatrices, marquées par la culpabilité par rapport au nazisme. Aujourd’hui, les scénaristes explorent d’autres moments de l’histoire allemande, comme l’époque de l’ex-RDA ou l’après-guerre, et s’inspirent des séries d’espionnage américaines. Le cadre historique a donc son importance : l’histoire de jeunes gens qui tentent de se délivrer d’un passé honteux en reprenant goût à la liberté, les conflits intergénérationnels et entre les sexes, la modernité et les transformations culturelles, devenir adulte et s’ouvrir au monde, sont autant de thèmes qui parlent à tous. L’ambiance vintage et la bande-son de Deutschland 83 et Berlin 56 sont aussi une grande part de leur succès. Les 50’s et les 80’s renaissent sous nos yeux, à travers la naissance du rock’n’roll ou encore l'écoute du tube pacifiste de Nena, 99 Luftballons, des Cure ou de David Bowie, ainsi que les tenues soignées des personnages, qui évoluent dans un Berlin reconstitué.

En tout cas, quelle qu'elle soit, la recette marche. Deutschland 83 sera reconduite pour une seconde saison, Deutschland 89, qui se déroulera donc 6 ans plus tard, et il devrait en être de même pour Berlin 56, puisqu’une suite, Berlin 59, est déjà prévue. Elle marche à tel point que le tournage d’une superproduction de 40 millions d’euros est actuellement en cours aux studios de Babelsberg. Babylon Berlin a pour ambition de rivaliser avec des séries telles que Games of Thrones ou encore House of Cards.

Morgane Levier (www.lepetitjournal.com/cologne) Mercredi 7 juin 2017

 

Enregistrer

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cologne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale