Mardi 11 décembre 2018
Casablanca
Casablanca
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FRÉDÉRIC ELBAR - Conférence du conseiller consulaire le 24 novembre

Par Parler Darija | Publié le 13/11/2016 à 23:00 | Mis à jour le 14/11/2016 à 20:34

 

Frédéric ELBAR, avocat d'affaires de profession est également élu de la République Française en tant que conseiller consulaire. Il défend avec conviction les intérêts des Français établis en Afrique francophone dans la 9 ème circonscription des Français de l'étranger. Il est au fait des intérêts économiques et financiers de la communauté d'affaires française. Il propose d'ailleurs des conférences afin d'informer les Français de l'étranger de leurs droits. Il a accepté de répondre pour les lecteurs du lepetitjournal.com/casablanca à quelques questions.

lepetitjournal.com/casablanca : Parlez-nous de votre parcours au Maroc et surtout auprès des Français vivant à l'étranger ?

Frédéric ELBAR : Je suis né à Marrakech. J'en suis parti jeune pour étudier en France et devenir avocat. Après 6 années en Afrique centrale je suis revenu sur Casa il y a 15 ans. J'ai conseillé des sociétés françaises et leurs expatriés. Depuis plusieurs années je me suis engagé en politique et j'ai toujours défendu les intérêts des Français de l'étranger et notamment du Maroc. J'ai été élu conseiller consulaire et je délivre chaque semaine des informations sur toutes sortes de sujets pratiques à la communauté des Français et des binationaux au Maroc. Je donne régulièrement des conférences sur des sujets qui préoccupent nos compatriotes.

 

Dans quel cadre organisez-vous la conférence du 24 novembre 2016 sur le thème de la fiscalité des Français de l'étranger ?

Comme d'habitude, c'est une opportunité de nous réunir non seulement dans un cadre informatif mais également convivial puisque j'invite les gens à un cocktail. J'évoquerai le cadre fiscal et de réglementation des changes qui concernent les Français qui vivent au Maroc.

Mais j'aborderai également ces sujets sous un angle « politique » en indiquant ce que selon moi on devrait changer en la matière.

Et puis comme on sera entre les 2 tours de la primaire de droite et du centre, j'évoquerai les programmes des candidats en ce qui concerne les Français de l'étranger.

 

Proposez-vous des conférences sur Casablanca, si oui avez-vous une date ou une période à nous proposer ?

La dernière sur Casa était en juin sur les couples mixtes et binationaux et les problématiques juridiques de succession. Pour la prochaine en début d'année je n'ai pas encore arrêté précisément le thème.

 

On est à la veille des primaires de droite. Quel est votre point de vue sur les programmes des différents candidats ?

Sous l'angle du programme des Français de l'étranger j'estime que tout ça sonne creux. Soit les candidats n'ont pas d'idée sur le sujet, soit ils ont des propositions trop générales et trop vagues. On sent bien que ce n'est pas leur préoccupation et que personne dans leur équipe n'a vraiment travaillé sur le sujet. Alors oui Alain Juppé et Nicolas Sarkozy évoquent le thème du statut des Français de l'étranger mais ils ne le développent pas et pour cause ! Ce sujet, ils le connaissent mal mais moi je le connais bien car c'est moi qui l'ai traité à l'époque où j'étais président de la commission sur « le statut des Français de l'étranger » à l'UMP au Maroc, dont j'ai été le président. Donc moi, je sais bien ce que peut recouvrer ce thème ! Et je l'évoquerai à Marrakech.


La question de la scolarité des enfants français vivant à l'étranger est l'inquiétude principale des Français vivant à l'étranger et 
notamment au Maroc. Pensez-vous qu'il va y avoir des améliorations ? 

Il faut oublier la gratuité. Ce n'est pas envisageable sur le long terme. Par contre, il faut absolument repenser ce système qui a atteint ses limites mais qui est quand même unique au monde.

Je pense notamment qu'il faudrait que les associations de parents gestionnaires d'établissements conventionnés puissent ne pas être trop bloqués par la convention AEFE pour qu'ils puissent gérer de manière plus autonome leur établissement, notamment en recrutant les enseignants français sous contrat local. On pourrait aussi partager les coûts avec d'autres pays (comme cela se passe pour le campus franco-allemand en Chine...). On pourrait intégrer notre enseignement français dans les écoles locales en créant des "filières françaises".

Pensez-vous vous représenter en tant que conseiller consulaire ?

Oui mais pas seulement?

Parlez-nous donc de vos projets.

Je souhaite me présenter en tant que candidat indépendant pour être député  des Français de l'étranger pour la 9 ème circonscription qui couvre l'Afrique du Nord et de l'Ouest lors des législatives françaises en juin, et ce contre les partis traditionnels et leurs parachutés.

 Si vous souhaitez en savoir plus sur Frédéric Elbar, vous pouvez le suivre sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/Frederic.ELBAR.Conseil.Consulaire/. Pour en savoir plus sur la conférence, cliquer sur ce lien.

 

Nadia Jacquot (www.lepetitjournal.com/casablanca) lundi 14 novembre 2016.

 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Casablanca

Rabat Appercu
DÉCOUVERTE

L’un des joyaux de Marrakech, le Musée pour la Civilisation de l’Eau

De loin l’un des sites culturels les plus modernes en Afrique, le musée Mohammed VI pour la civilisation de l’eau au Maroc s’inscrit parmi les lieux incontournables dans le paysage du royaume.

Sur le même sujet