Mardi 26 octobre 2021
Buenos Aires
Buenos Aires
TEST: 2247

Éric François : rencontre avec un entrepreneur français à Buenos Aires

Par Cécile Chênerie | Publié le 11/11/2020 à 16:12 | Mis à jour le 12/11/2020 à 10:06
Interview Eric François Ecogami

Éric François, un français d’origine bretonne, a quitté sa vie parisienne en 2007 pour venir s’installer à Buenos Aires. Il revient aujourd’hui pour lepetitjournal.com sur son parcours et son expérience après 13 ans passés dans son pays d’adoption.

Bonjour Éric, peux-tu nous faire une rapide présentation de toi ?

Je suis Éric, breton d’origine j’ai vécu quelques temps à Paris. En 2006 j’ai pris un congé sans solde de 5 mois. C’est à ce moment-là que j’ai découvert Buenos Aires et eu un véritable coup de foudre pour la ville et sa qualité de vie. En 2007, je quittais mon appartement et mon job pour venir m’installer ici.

Dans un premier temps, j’ai eu l’idée de créer une agence de locations temporaires à Buenos Aires. Cette activité m’a permis de vivre jusqu’en 2016 mais la concurrence d’Airbnb et un peu de lassitude de ma part m’ont décidé à faire autre chose.

En 2017 je me suis donc lancé dans la 3D et la création de patrons pour assembler des sculptures en papier, une activité artistique bien différente des appartements pour touristes !

Une activité bien différente en effet ! Peux-tu nous expliquer en quoi consiste-t-elle précisément ?

Ecogami propose de vous adonner à l’art du papercraft. Le papercraft est comme un puzzle 3D permettant de faire des sculptures en papiers en collant les différentes pièces ensembles. J’ai toujours été passionné par les travaux manuels, j’ai donc découvert de manière autodidacte le papercraft et j’ai tout de suite été passionné par cette activité à la fois relaxante et créative. Je propose donc de faire découvrir cette activité avec notamment de nombreuses sculptures d’animaux, qui me ramènent à la fois à mes origines à la campagne et illustrent mon intérêt pour les problèmes environnementaux actuels. C’est une activité ludique, passionnante et adaptée à tous les âges dont on devient vite accro !

 

Eric François Ecogami

 

Pourquoi avoir choisi l'Argentine pour commencer ces nouvelles aventures ?

Il y a plein de raisons ! J’ai choisi Buenos Aires pour sa qualité de vie, ses gens chaleureux, mon goût pour l’espagnol, le coût peu élevé de la vie, la ville en elle-même, la nourriture, ses quartiers tous différents les uns des autres, les perspectives de voyages qu’offrent le pays, l’ouverture d’esprit des Porteños...

Pour toi, quels sont les avantages de créer son entreprise en Argentine ?

En 2007 et vivant à Avellaneda en banlieue de Buenos Aires, j’avais pu obtenir le statut de monotributista, c’est-à-dire de micro-entreprise. La démarche m’avait semblé relativement simple. A l’époque je me souviens que des amis français vivant dans la capitale n’avaient quant à eux pas réussi à obtenir ce statut. L’AFIP d’Avellaneda ne m’avait pas posé de problème pour obtenir ce statut, j’avais simplement eu à présenter mon passeport français. Je ne sais ce qu’il en est aujourd’hui.

Quels sont tes projets / objectifs pour l'avenir ?

C’est une période de transition pour moi. Le confinement, l’éloignement avec mes proches, la crise économique actuelle et à venir, ma nouvelle activité entièrement online m’ont clairement donné envie de me rapprocher de la France d’une manière ou d’une autre. Je ne sais pas encore vraiment comment mais j’y songe.

 

Merci beaucoup à Éric d’avoir répondu à nos questions, n’hésitez pas à aller en découvrir plus sur ses créations et sur son activité.

cecile chenerie

Cécile Chênerie

Après des études de lettres, de philosophie puis de mode, Cécile décide de découvrir de nouveaux horizons et se lance dans un tour d’Amérique latine. Séduite par l’Argentine, elle décide de s’y établir pour un temps.
0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

Lima Appercu

Après des mois de restrictions, le Machu Picchu accroît sa capacité d’accueil

Le ministère de la Culture a élargi la jauge des visiteurs du Machu Picchu, l’occasion de vous partager nos photos « sans touristes » de ce site magique issu de la civilisation inca.