Lundi 10 décembre 2018
Buenos Aires
Buenos Aires
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

IMPORTATION EN ARGENTINE - Les Etats-Unis, l’Union Européenne et 11 autres pays voient rouge et en appellent à l’OMC

Par Lepetitjournal Buenos Aires | Publié le 04/04/2012 à 00:00 | Mis à jour le 05/01/2018 à 08:30

Les nouvelles mesures protectionnistes mises en place en Argentine en février dernier agacent la communauté internationale. Les Etats-Unis, l'Union européenne, l'Australie, Israël, le Japon, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Panama, la Suisse, la Thaïlande et la Turquie s'unissent et signent une déclaration conjointe pour le respect des règles de l'OMC

Cette année encore, les célèbres téléphones de Steve Jobs se font rare en Argentine. Le gouvernement n'interdit pas la vente des iPhone sur son territoire mais les fabricants de téléphones doivent faire face, une fois encore, à une législation de plus en plus capricieuse. Il faut produire sur le territoire argentin s'ils ne veulent pas voir leurs produits bloquer aux frontières.

Photo : siège de l'OMC à Genève

Les barrières à l'importation: une situation défavorable pour les consommateurs et les entreprises internationales mais aussi locales

Alors que les clients avaient pris l'habitude de se procurer leurs produits préférés sur le marché noir ou de se rendre dans les pays voisins, la situation devient depuis quelques mois de plus en plus difficile, aussi bien pour les consommateurs que pour les entreprises. Quand les produits entrent en Argentine, les consommateurs le paient au prix fort à cause des fortes barrières à l'importation. Les mesures protectionnistes mises en place par le Ministre du commerce intérieur, Guillermo Moreno, visant à favoriser la production locale et à améliorer la balance commerciale, ne pénalisent pourtant pas que les entreprises extérieures.

Certaines entreprises locales ne trouvent plus suffisamment de matières premières ?souvent achetées à l'étranger - pour produire. La liste des produits nécessitant une licence pour l'importation en Argentine s'allonge toujours plus. Elle prend en compte les ordinateurs portables, les machines à air conditionné, les tracteurs, les machines et outils, les automobiles et ses équipements, le plastique, les pneus, les jouets, les chaussures, le textile, les bagages, les bicyclettes etc.

La communauté internationale blâme les mesures protectionnistes mises en place par l'Argentine

Les Etats-Unis, l'Union Européenne, l'Australie, Israël, le Japon, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, le Panama, la Suisse, la Thaïlande et la Turquie ont décidé de faire front et ont signé une déclaration conjointe dénonçant les mesures d'entrave au commerce international ainsi que les longs délais de délivrance des licences d'importation. Ces pays accusent également l'Argentine de refuser des licences d'importation sans aucune justification. Depuis le mois de février, le gouvernement a mis en place de nouvelles règles nécessitant aux entreprises d'enregistrer au préalable chaque transaction d'importation. Celle-ci devra par la suite être examinée et approuvée. Il en résulte de longs délais d'attente et d'importants coûts qui entravent le commerce.

Les Etats-Unis, l'Union Européenne et ces onze pays demandent une mise en conformité des pratiques de l'Argentine, avec les règles établies par l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce).

L'Argentine fait la sourde oreille et répond à ses détracteurs en citant le nombre de plaintes relevant des barrières à l'importation : 17 concerneraient l'Argentine contre 114 pour les Etats-Unis et 70 pour l'Union européenne, selon le ministère des affaires étrangères argentin.

Certains pays ont déjà pris des mesures face à la nouvelle politique protectionniste argentine. L'ambassadeur de l'Inde à Buenos Aires, Ram Viswanathan a annoncé en début de semaine que le pays achèterait 800 millions de dollars de produits argentins en moins. Un coup dur pour l'Argentine dont les échanges étaient alors favorables au pays avec, en 2011, 560 millions de dollars de produits achetés à l'Inde contre 1.200 millions de dollars de produits vendus.

Kim Tuong (www.lepetitjournal.com - Buenos Aires)  mercredi 4 avril 2012

Autre article en relation : Calvin Klein quitte l'Argentine. Va t-on vers une fuite des marques internationales?

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Buenos Aires ?

Argentina Trophy : le road trip des 18/30 ans commence ! 

  La 2e édition de l’Argentina Trophy se déroulera en Argentine du 27 avril au 9 mai 2018. Au départ de Buenos Aires, près de 70 étudiants et jeunes actifs prendront la route pour un road trip...

Sur le même sujet