Le marché du vin français en Colombie entame sa mue

Par Julien Bosq | Publié le 30/10/2018 à 15:02 | Mis à jour le 30/10/2018 à 15:12
vin français Colombie

Depuis le début des années 2010, il est de plus en plus facile de se procurer des bouteilles de vin français en Colombie. D'abord réservé à une certaine clientèle aisée des restaurants de la capitale, ces vins sont progressivement apparus dans les supermarchés colombiens. Après quelques années de croissance, les importateurs connaissent une période plus délicate en partie due à de nouvelles taxes sur les boissons alcoolisées instaurées en décembre 2016.

Depuis le début d'année 2017, les entreprises importatrices doivent s'acquitter d'une triple taxation : une taxe sur la valeur ajoutée de 5% du prix de vente finale, un Ad valorem (impôt à payer au moment de la nationalisation du bien) de 20% sur le prix moyen de vente ainsi qu'un impôt, déjà en vigueur, de 150 pesos par degré d'alcool.

Entre 2016 et 2017, les ventes des vins hexagonaux ont diminué d'environ 60% selon les chiffres du DANE (Departemento administrativo nacional de estadística). Face à cette baisse inquiétante, les importateurs ont adapté leur stratégie. Diana Gomez, gérante de La Mesa de los Señores à Bogota détaille l'évolution de leur activité : « Entre 2012 et 2015, nous avons connu une phase de croissance importante. On importait et on vendait énormément de grands crus. Aujourd'hui, on se focalise sur le moyen de gamme. Avec la loi de décembre 2016, le prix des vins français, déjà plus chers, ont augmenté. » L'entreprise, créée en 2009 par deux Français, mise aujourd'hui davantage sur la passion pour le vin français de certains clients fidèles.

Pascal Jean, lui, propriétaire et créateur de la boutique Les Châteaux de Pascal dresse un constat similaire. Installé depuis 2015, il a également subi la mise en œuvre des nouveaux impôts après deux premières années très encourageantes. Pour autant, l'enthousiaste patron reste positif : « J'arrive toujours à trouver des petites appellations peu connues mais qui proposent des vins d'une très grande qualité. Quand je recommande une bouteille à un client ici, je lui raconte toute l'histoire de ce vin car j'ai rencontré et je connais le producteur en France. »

Malgré les conditions économiques difficiles et la concurrence des productions chiliennes et argentines, plusieurs petites firmes popularisent les vignobles français en organisant régulièrement des événements autour de cette culture. Puis, au mois d'août dernier, la troisième édition d'Expo Vinos était organisée par le groupe Éxito. La grande foire aux vins a attiré près de 50 000 visiteurs.

Le coût de cette boisson française reste néanmoins un luxe pour la majorité des Colombiens. Verónica et Julian, francophiles et vinophiles, préfèrent consommer du vin chilien bon marché ou partager une bière colombienne. Les deux étudiants des cours de français de l'Alliance française ne désespèrent pas et espèrent, à l'avenir, trouver davantage de vins français abordables.

Foto Julien

Julien Bosq

Diplômé de Sciences Po Aix-en-Provence et de l'école de journalisme de Marseille, Julien a connu plusieurs expériences dans les médias régionaux en France. Il cultive un intérêt pour le sport, les arts et la politique.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bogota !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale