SANTE – Cabinets dentaires low cost de Barcelone : attention aux arnaques

Par Lepetitjournal Barcelone | Publié le 07/05/2015 à 22:00 | Mis à jour le 07/05/2015 à 17:09

Vous avez surement déjà reçu leur publicité dans votre boîte aux lettres. Depuis quelques années, les cabinets dentaires privés dit "low cost" se multiplient à Barcelone. Il s'agit de cliniques qui appartiennent à des franchises proposant des offres de soins dentaires à des prix défiant toute concurrence. Les associations de dentistes et stomatologues catalans mettent en garde sur les pratiques douteuses de certains de ces cabinets, suite aux réclamations de centaines de patients.

Le Conseil des dentistes de la région, le COEC (Collegi Oficial d'Odontòlegs i Estomatòlegs de Catalunya), est l'organisme officiel de santé référent en la matière, associé au groupement de dentistes de Catalogne. L'entité a reçu 452 plaintes de patients en 2014, soit plus 13% par rapport à l'année précédente et plus de 50% qu'en 2008. Et il est important de préciser que les deux tiers des réclamations portent sur des traitements reçus dans des cliniques dentaires "low cost" qui séduisent les Barcelonais en proposant des offres tarifaires très attractives. S'il est vrai que les soins dentaires doivent être à la portée de tous, les professionnels préviennent les consommateurs sur les pratiques constatées dans ce genre d'établissements. Le COEC a lancé la campagne "No piquis", comprenez "ne mordez pas à l'hameçon", en référence aux offres alléchantes proposées par certaines cliniques afin d'attirer des clients. La campagne explique comment déceler les arnaques.

Des professionnels?du business avant tout
A travers cette campagne, le COEC explique le mode de fonctionnement de ces nombreuses cliniques dentaires qui fleurissent sur la ville. Elles forment part d'un réseau rattaché à des groupes qui vendent des soins dentaires en masse à travers leurs cliniques. Ces entreprises appliquent un schéma industriel à leur processus : l'offre de soins dentaires en grand volume permet de réduire le coût individuel des traitements. Mais ce n'est pas la seule raison pour laquelle ces entreprises peuvent se permettre d'afficher des prix si bas. L'association de dentistes explique en effet qu'une grande partie du coût final des traitements dentaires est liée à l'attention médicale et au conseil personnalisé donné au patient. Dans ces réseaux de cliniques, les professionnels intervenants sont payés pour faire du volume et voient les patients défiler, car c'est sur leur rémunération que la marge est réduite. Impossible donc d'espérer d'un tel établissement l'attention que porterait un dentiste classique au patient qu'il suit régulièrement.

Des prix "hameçon" pour accrocher les clients
Les cliniques dites low cost attirent les clients en affichant des traitements à prix cassés, des prestations offertes pour une première achetée, ou encore des couronnes garanties à vie. Là aussi, le COEC conseille d'être méfiant : aucun traitement dentaire ne peut être garanti à vie, qu'il s'agissent d'implants, de prothèses ou de plombages. Cette offre doit donc alerter sur la possibilité de trouver la clinique fermée le jour où le client souhaiterait y retourner pour faire valoir sa garantie. Quant aux prix très bas pratiqués, ils réservent souvent de mauvaises surprises. De nombreuses réclamations portées font état de factures dont les montants n'ont plus rien à voir avec les devis annoncés. Les cliniques en question justifient les coûts additionnels par des traitements supplémentaires qui ont dû être pratiqués, et expliquent que le devis initial n'est qu'une partie des soins effectués au final. Les clients ne savent pas non plus qu'ils devront revenir réaliser certains soins (et payer une nouvelle fois), car ces interventions leur auront été pratiquées de manière très superficielle.

Des pratiques indélicates pour des interventions irréversibles
Elias Casals, dentiste et secrétaire au COEC, expliquait récemment à la presse catalane cette stratégie des "prix appâts" pratiquée par les cliniques aillant fait l'objet de plaintes. Pour ce professionnel, "les implants ne sont pas appropriés dans tous les cas". Il recommande des soins afin de préserver les dents plutôt que de les remplacer, dans la mesure du possible. Mais les chaînes de cliniques dentaires ne proposent pas des soins adaptés aux clients en fonction de leurs besoins, faute de traitement personnalisé. Elles ont donc vite fait de remplacer la moindre dent affectée par un implant sur lequel elles feront davantage de marge qu'avec un travail de soin profond. Or la santé n'est pas un produit avec lequel on fait du commerce. "Les dents ne repoussent pas" rappelle le docteur Casals. En France comme dans de nombreux pays d'Europe, la publicité commerciale pour des offres de santé est interdite, mais pas en Espagne. Voilà pourquoi ici on fait des soldes sur les détartrages comme un coiffeur vous offrirait le brushing.

Préférez les professionnels référencés pour votre santé
A travers la Campagne "no piquis", les professionnels de la santé dentaire recommandent de toujours bien demander des explications sur le traitement qui va être effectué. Un professionnel sérieux n'aura aucun mal à expliquer pourquoi il propose ce traitement plutôt qu'un autre, comment il va se dérouler et quelles en seront les conséquences. Et le diagnostic posé au départ ne doit pas réserver de surprises sur les traitements finalement réalisés et facturés. Le rôle du COEC est avant tout informatif et préventif. Mais il accompagne également les consommateurs coincés après avoir confié leurs bouches à ces dentistes à prix réduits. On retrouve sur le site du COEC http://www.coec.cat/es/, ainsi que sur celui de la Generalitat, la liste des professionnels de l'odontologie référencés. Ces outils existent pour assurer aux consommateurs la sécurité de s'adresser à un vrai professionnel. Elias Casals rappelle par exemple qu'un cabinet avait été fermé à Mataro, car le responsable exerçait depuis des années sans être dentiste.

Consulter un dentiste lorsque l'on est expatrié
Si votre résidence principale est située en Espagne, et si vous cotisez à la sécurité sociale espagnole, vous pouvez bénéficier du système de santé espagnol. Les soins de santé publique sont de très bonne qualité et surtout gratuits. Cependant le choix de certains praticiens ou certaines interventions, ainsi que le délai d'attente pour y accéder peuvent pousser à s'adresser à une clinique privée ou à des professionnels dont les interventions sont couvertes par une mutuelle privée. C'est là où il vous faudra être vigilant sur le choix de la clinique à laquelle vous vous adressez. Et si la langue est encore une barrière pour vous, le Consulat de France à Barcelone vous dresse la liste des chirurgiens dentistes francophones installés dans la région.

Perrine LAFFON (lepetitjournal.com ? Espagne) Vendredi 8 mai 2015
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !
Suivez nous sur Facebook et sur Twitter

Téléchargez notre application pour téléphone mobile viaItunes ou via Google Play

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale