Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

ENVIRONNEMENT - Le problème de l'eau ou la guerre contre la sécheresse

Écrit par Lepetitjournal Barcelone
Publié le 25 mars 2008, mis à jour le 9 janvier 2018
Le problème de l'eau en Espagne va engendrer une guerre pronostiquait, dès 1997 l'expert en écologie José Manuel Naredo. Aujourd'hui, alors que la sécheresse menace le pays et plus particulièrement la Catalogne, le conseiller à l'environnement Francesc Baltasar parle de "guerre contre la sécheresse"

L'eau est une ressource stratégique en Espagne. Pour le développement de l'économie, pour les personnes, pour l'agriculture, pour l'environnement. Mais c'est aussi une source d'incertitudes depuis longtemps et encore plus cette année car la situation est qualifiée d'exceptionnelle par les experts et les politiques. La Catalogne souffrirait en effet de la pire sécheresse depuis 60 ans, à tel point que certains craignent des restrictions en eau potable pour les Catalans, dans les mois à venir.
Pourtant, les habitants font des efforts. Entre 5 et 10 % d'économies d'eau ont été réalisées par les Barcelonais et en moyenne 4 % dans toute la Catalogne. Mais cela ne suffit pas. Le vrai problème viendrait en effet des écarts énormes qui existent entre les prix de l'eau d'irrigation (quasi gratuite) et de l'eau utilisée en ville ou par l'industrie (beaucoup plus chère).
Et la contradiction ne s'arrête pas là. Alors que dans la vallée de l'Ebre, on continu d'augmenter la culture du maïs, grosse consommatrice d'eau, à Barcelone, il est interdit d'arroser avec de l'eau potable jusqu'au plus petit jardin pour cause de sécheresse?
Pour faire face à la situation exceptionnelle de sécheresse qui menace la Catalogne et garantir l'eau potable pour toute la population, Joaquim Nadal, le conseiller en politique territoriale et travaux publics du gouvernement catalan, a précisé cette semaine "qu'il n'est prévu aucun transvasement"depuis le Segre, mais une "captation temporaire d'urgence"est à l'étude. José Montilla, lui, va plus loin en affirmant que la priorité sera donnée aux 7,2 millions de Catalans et que, pour eux, "on apportera l'eau d'où elle se trouvera". Alors captation ou transvasement, la guerre des mots fait rage entre les responsables politiques qui doivent répondre aux besoins des citoyens, les agriculteurs qui doivent irriguer leurs cultures et les écologistes qui voient avec inquiétude s'épuiser les ressources en eau de l'Espagne.

Un changement de politique agricole à plus long terme ?
Dans les années 60, l'Espagne avait entrepris un premier grand transvasement, celui du Tage (ouest / centre-ouest) vers le Segura (sud-est). Plus récemment il a été question de dévier une partie du débit de l'Ebre (région Aragon) ou même de transvaser une partie du Rhône du sud de la France vers Barcelone. Jusqu'à présent, la politique de l'Espagne en matière d'eau pouvait se résumer à ça : prenons l'eau là où elle est, et reversons-la là où elle manque.
Sauf qu'en l'état actuel des choses, cette politique ne semble plus soutenable à moyen terme. La solution timidement avancée par certains au nom du développement durable, serait un changement de politique agricole. Si l'eau d'irrigation n'était pas 100 fois moins chère que l'eau à usage industriel, les cultures inadaptées au climat seraient abandonnées. Il faudrait alors revenir à une agriculture plus typiquement méditerranéenne, qui conduit à une utilisation de l'eau plus efficace et qui obtient de meilleurs rendements par hectare. Les olives, les amandes et la vigne en font partie. Au moins, l'été, faute d'eau potable, nous pourrions boire du vin...
Elodie REGERAT. (www.lepetitjournal.com - Barcelone) mardi 25 mars 2008
lepetitjournal.com barcelone espagne
Publié le 25 mars 2008, mis à jour le 9 janvier 2018

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions