Mardi 4 août 2020
Barcelone
Barcelone

Cent foyers en Espagne, le gouvernement n'exclut pas l'état d'alerte

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 12/07/2020 à 20:14 | Mis à jour le 12/07/2020 à 20:17
Photo : tirée du domaine public
coronavirus espagne

On compte actuellement plus de 100 foyers de Coronavirus en Espagne. Le nombre de cas a explosé de 45% en une semaine. La situation reste cependant sous contrôle, avec tous les cas identifiés et tracés, mais le gouvernement a averti qu'il déclarerait à nouveau l'état d'alerte si nécessaire.

 


Les cas positifs de Covid-19 ne cessent d'augmenter. Les foyers sont passés en 48 heures de 73 à plus d’une centaine, avec un total hebdomadaire de plus de 3.000 personnes infectées. Cela représente une augmentation de 45% en une semaine. Actuellement, 8 communautés autonomes comptent plus de 15 personnes infectées par jour.


Le gouvernement n'exclut plus d'appliquer l'état d'alerte

Il y a un peu plus de deux semaines, la porte-parole du gouvernement, María Jesus Montero, avait corrigé les propos inquiétants de la Vice-présidente Carmen Calvo, et assuré que l'exécutif n'envisageait pas d’instaurer à nouveau l’état d’alerte "ni à court ni à moyen terme". Cette fois, en revanche, la même porte-parole a déclaré que les épidémies actuelles sont "circonscrites et contrôlées", mais a averti qu'à aucun moment, "la garde ne peut être baissée" et, bien que cela ne soit pas prévu pour le moment, l'état d'alerte serait à nouveau déclaré si les autorités sanitaires et les experts le jugent opportun.


Le virus s'attaque aux jeunes

Il est très inquiétant de constater qu'il y a de plus en plus de cas positifs parmi les jeunes entre 15 et 29 ans. Ces derniers représentent 60% des cas. Outre les saisonniers, beaucoup de jeunes (comme par exemple à Soria, avec des enfants de 10, 13 et 14 ans) sont infectés lors de réunion familiales, fêtes entre amis et même en colonie de vacances. 

Un médecin de Lérida reconnaissait d’ailleurs ce week-end que la grande majorité des jeunes pensait que le virus du Covid-19 était une maladie de vieux, et que les autorités avaient donné un message d'impunité aux jeunes qui n'était pas réel. De plus, les jeunes sont le plus souvent asymptomatiques et représentent donc des vecteurs de contagion. 

Enfin, comme a informé le ministère de la Santé, 58% des infections de Coronavirus sont transmises de façon communautaire, par les personnes qui vont dans les bars, lors de réunions d'amis ou de famille, un mariage, comme en Aragon, ou après des funérailles (derniers cas en Andalousie), un barbecue (cas toujours actifs en Catalogne), à Saragosse après un dîner entre amis, ou pour des retrouvailles familiales, comme à Minorque ou en Galice.

Il ne s’agit bien sûr pas de vivre cloîtré, mais de prendre les précautions qui s’imposent. Outre les fameux gestes barrières, il faut faire attention à certains petits détails qui peuvent faire la différence. Il ne faut pas oublier, par exemple, qu’à Melbourne, où 400.000 personnes sont à nouveau confinées, l'étincelle qui a déclenché l'épidémie était un simple briquet que s’étaient passés des collègues de travail !


Petit tour d’horizon des principaux foyers actifs :


CATALOGNE

L'évolution inquiétante des 20 foyers actifs de Coronavirus en Catalogne, notamment ceux de Lérida et celui qui est apparu à L'Hospitalet de Llobregat, à côté de Barcelone, a fait que le nombre de nouveaux cas a plus que doublé en 24 heures, de 361 à 816 positifs. La situation est telle que la Generalitat a finalement annoncé le confinement total de la ville de Lérida et de sept autres municipalités du Segrià à partir de lundi matin. 

Ainsi, les habitants devront restés confinés chez eux et ne pourront sortir que pour des activités essentielles, comme devoir aller travailler, se rendre à la banque ou au supermarché. Les travailleurs disposeront d'un délai maximum de 24 heures pour se rendre sur leur lieu de travail et récupérer tout ce qui est nécessaire au télétravail. En définitive, un retour, pour ces localités, à la situation que l’Espagne a connu au mois de mars.

Les autorités médicales en Catalogne sont d’ailleurs particulièrement pessimistes. Ainsi, le président de l'association des médecins de Lérida a assuré que "la courbe est comme celle de mars". Quant au directeur de la surveillance épidémiologique à Lérida, il a averti que "le pire est encore à venir". 


GALICE

Dans la zone côtière de A Mariña, les cas sont passés de 17 à 192 en une semaine. En tout, 299 détectés positifs et 11 en réanimation. Une situation d'autant plus compliquée que des élections régionales s'y déroulaient. La Xunta de Galicia a levé la restriction de circulation dans sept municipalités de la région. Mais le port du masque est désormais obligatoire indépendamment de la distance de sécurité de 1,5 mètres.


PAYS BASQUE

La région est particulièrement préoccupée par l'épidémie d'Ordizia, dans la province de Guipúzcoa, où l'on a détecté la semaine dernière un foyer provenant d'une personne arrivant de Lérida. À ce jour, un total de 73 cas liés à cette épidémie ont été détectés. Au total, 200 personnes sont positives et 500 sont sous surveillance.


NAVARRE

La Navarre a enregistré un total de cinq foyers de Covid-19. Les derniers, à Tudela, avec 31 cas positifs, après un mariage, et 21 à Pamplune, après un dîner pour fêter la San Fermin.


ANDALOUSIE

L'Andalousie a enregistré depuis la fin de l'état d'alarme 18 foyers de Coronavirus, neuf en phase de contrôle (dont le centre de réfugiés de la Croix-Rouge à Malaga, avec 109 cas) et neuf en phase d'investigation, dans les provinces de Grenade, Malaga, Cadix, Huelva et Almeria, avec un total de 296 cas confirmés, avec 26 nouveaux cas positifs en 24 heures.


COMMUNAUTÉ DE MADRID

La Communauté de Madrid a annoncé deux nouveaux foyers. L’un d’eux a été détecté suite à une réunion de famille et l’autre a été identifié dans une entreprise familiale. Ils s’ajoutent au premier foyer qui s’est produit dans le quartier de Ciudad Linéal, dans un immeuble de bureaux. Il s'agit de foyers très limités. Les autorités de Madrid se préparent en cas de nouvelle épidémie et ont évoqué la semaine dernière la possibilité de réaliser des confinements « chirurgicaux » très localisés par quartiers ou zones, si cela devenait nécessaire.


ARAGON

Le gouvernement d'Aragon maintient en phase 2 les quatre régions aragonaises touchées par les épidémies, avec au moins 450 cas confirmés, principalement des travailleurs saisonniers. Les foyers se déplacent vers la capitale, Saragosse, suite à des réunions de famille et dîners entre amis. 


BALÉARES

Les îles Baléares comptent 10 foyers actifs, à Minorque et Majorque, après des retrouvailles familiales. Dans les trois cas, il s'agit de foyers très limités et contrôlés. Le gouvernement des Baléares surveille surtout les fêtes privées qui prolifèrent, profitant des lacunes de la loi. Les autorités de l’archipel ont donc décidé de limiter le nombre de personnes lors de réunions et de mettre des amendes qui peuvent atteindre 600.000 euros en cas de fêtes illégales. 


ÎLES CANARIES

Aux îles Canaries, les 37 migrants arrivés illégalement restent isolés à Fuerteventura, après avoir été testés positifs. En tout, il y a 73 cas.


MURCIE

La région de Murcie compte trois foyers actifs. Le plus complexe est toujours celui lié au travailleur revenu de Bolivie et qui n’avait pas fait la quatorzaine obligatoire. En outre, 40 migrants arrivés sur des embarcations de fortune ont été mis en quarantaine en raison de contacts étroits avec quatre autres cas positifs.


ESTREMADURE

L'Estrémadure compte toujours cinq foyers actifs, mais contrôlés. L'inquiétude règne à Badajoz, car à 35 km de là, il y a eu 15 décès à cause du Coronavirus dans une maison de retraite au Portugal. Depuis ce week-end, l'utilisation du masque est obligatoire, même si la distance sociale est supérieure à 1,5 mètres. En terrasse, il faut même continuer de le porter et ne l’enlever que pour manger ou boire. 

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Sylvie mar 14/07/2020 - 17:27

Merci Armelle, en effet ses articles sont toujours très bien écrits et documentés, informations concrètes et précises.

Répondre
Commentaire avatar

Michel mar 14/07/2020 - 09:54

Merci à Armelle pour ses articles toujours précis et utiles, pas de remplissage, que du concret.

Répondre

Expat Mag

Bombay Appercu
CULTURE

Le saviez-vous : l'Inde est à l'origine du tissu provençal

Le textile est à l’origine d’un lien historique entre l’Inde et la Provence et notamment Marseille. Retour sur les cotonnades indiennes et la naissance du tissu provençal.

Sur le même sujet