Pas de chichi chez les Ch'tis!

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 06/10/2022 à 16:30 | Mis à jour le 07/10/2022 à 09:26
Livre d'humour Pas de Chichi chez les Ch'tis

Dans ce livre plein d'humour, on découvre que le Ch'tis et l'espagnol, pourtant si lointains, sont cousins germains! Pas étonnant quand on sait que les Espagnols ont dominé le Nooooord pendant deux siècles.

 

Journaliste basée entre Lille et Béthune, Mélanie Kominek vient de publier aux éditions Casa "Pas de chichi chez les Ch'tis", condensé d'humour, de culture générale et de dessins sur le Nord mais aussi le Pas-de-Calais. Le livre, illustré par deux dessinateurs de talent, Jack Domon et Pedro J. Colombo, sort le 7 octobre dans toutes les bonnes librairies.

 

illustration du livre

 

¿ Hablas Ch’ti ? 

Comme le souligne avec humour Mélanie, les Ch'tis parleraient-ils espagnol sans même le savoir ?! On a effectivement du mal à l'imaginer quand on sait que pas moins de 1.600 km séparent les villes de Valenciennes et Valence. Et pourtant, le nord de la France, la Belgique et Pays-Bas ont été dès le XVe siècle sous domination espagnole. D'ailleurs, quand un Belge vous demande si "ça goûte" pour savoir si l'on aime sa cuisine, on imagine bien d'où vient cette expression (gusta?)! Et bien, chez les Ch'tis, on retrouve également quelques façons de parler qui viennent du lointain sud de l'Europe.  

 

J'te quer!

Ainsi, par exempe, l'auteure rappelle qu'en ch’ti, "nouzotes et vouzotes" (contraction de "nous autres" et "vous autres") rappellent bizarrement nosotros et vosotros en espagnol. Autre coïncidence, à la place de l’article défini masculin "le", les Ch’tis utilisent "eul", un peu le "el" espagnol. Ainsi, "le chorizo" en français devient "eul chorizo" en ch’ti. Et pour finir sur une note agréable, "Je t’aime" se dit "J’te quer" en ch’ti, qui rappelle étrangement le "te quiero" espagnol.

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale