TEST: 2238

TENDANCE – Le parkour débarque en Thaïlande !

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 24/01/2012 à 00:00 | Mis à jour le 08/01/2020 à 12:39
Photo : Après la France et l'Angleterre, Stephane veut développer le parkour en Asie (photo courtoisie Parkour Generations Asie)
stephane_parkour_250

Discipline consistant à franchir des obstacles du décor urbain ou rural grâce à des sauts et de l'escalade, le parkour s'installe en Thaïlande grâce à un jeune Français. Reconnu par ses pairs comme l'un des meilleurs dans l'art du déplacement, Stephane Vigroux enseigne désormais sa spécialité dans le royaume. Le secteur de l'événementiel s'arrache également ce phénomène

L'histoire commence en 1998. Quand beaucoup de jeunes de son âge se rappellent cette année-là comme celle de la victoire de la France à la Coupe du Monde de football, Stephane Vigroux a, lui, un autre souvenir en tête. Le jeune Franco-Vietnamien de 31 ans regarde une vidéo de David Belle, l'un des fondateurs des Yamakasi, collectif français qui a rendu célèbre notamment par le film éponyme l'art du déplacement. Aujourd'hui appelé plus fréquemment parkour, cette discipline consiste à franchir des obstacles réels, tels des immeubles, des cages d'escalier, des murs, par des sauts et des techniques d'escalades. "J'ai été scotché par ce film fait maison, raconte Stephane. Cinq minutes après j'étais dans mon jardin à faire un salto arrière". Du genre pressé, l'athlète se rend l'après-midi même à Lisses dans le département de l'Essonne pour se faire présenter celui qui vient de faire naître en lui une vocation. "David Belle m'a dit qu'il n'avait pas le temps pour m'apprendre le parkour, mais que si j'arrivais à le suivre, je pouvais m'entraîner avec lui", se souvient-il, l'air amusé.  

Fasciné par l'Asie, conquis par la Thaïlande

Après avoir suivi à la trace le maître de la discipline et développé son propre style, Stephane fait le grand saut en 2006 où il part à Londres développer Parkour Generations UK. Pendant quatre ans, il contribue pleinement à l'essor de cette structure dont les membres sont aussi bien demandés pour tourner dans des publicités, des documentaires, des films ou des séries télévisées, que pour donner des cours d'art du déplacement à des enfants d'écoles privées de la capitale anglaise. Fasciné par l'Asie de par les origines de sa mère, conquis par la Thaïlande lors d'un premier voyage effectué à l'âge de 13 ans, Stephane Vigroux s'installe en avril 2011 à Bangkok, où lui et son équipe se sont déjà fait remarqués pour leurs acrobaties effectuées régulièrement à Saphan Thaksin, Central Rama 2 et Central Bang Na, entre autres. "Notre but est de se servir de la Thaïlande comme base pour faire rayonner notre discipline partout en Asie, explique le jeune homme à la condition physique parfaite, qui est aussi le directeur de Parkour Generations Asie. Il y a beaucoup de demande partout sur le continent et nous sommes près de l'Australie qui a un gros potentiel".

Stephane Vigroux dans ses ?uvres au Nicaragua (photo courtoisie Parkour Generations Asie)

Des cours de déplacement ouverts à tous au Parc Lumpini

Talentueux, les membres de Parkour Generations n'ont eu besoin que de peu de temps pour se faire une réputation en Thaïlande et être demandés pour effectuer des démonstrations lors des événements les plus courus de la capitale. Le vendredi 10 février notamment, ils partageront l'affiche de la Rooftop Party de l'Imperial Queen's Park Hotel avec l'un des plus célèbres DJ japonais, Kentaro. "Ces show ne seront qu'une partie de notre activité en Asie. L'importance et la flexibilité des membres de Parkour Generations dans le monde nous permettent également de pouvoir constituer rapidement une équipe conséquente pour répondre à des propositions de collaboration cinématographique par exemple", indique Stephane qui a joué dans le film Banlieue 13, produit par Luc Besson. Pour lui, la transmission de son art est tout aussi importante. Les personnes d'un niveau confirmé peuvent passer dans l'Académie de Parkour Generations le certificat ADAPT (Art du Deplacement And Parkour Teaching), qui permet ensuite d'être qualifié et reconnu pour initier d'autres personnes. Chris Sotiriou, directeur marketing de la société et évidemment pratiquant du parkour, a déjà des contacts avec des écoles privées pour démarrer des leçons. "Nous proposons également des cours de deux heures donnés par Stéphane au Parc Lumpini au sein de groupe réduit à 15 personnes et ouverts à tous, avec une approche d'enseignement différente selon les niveaux", explique-t-il.

L'art du bien-être

"Au-delà du développement physique, le parkour est un art accessible à tous et qui sert au développement de l'esprit, à l'épanouissement personnel, dit Stephane Vigroux qui projette d'organiser cet été une retraite de 3 ou 4 jours dans une île de Thaïlande dédiée à l'art du déplacement et au bien-être, et de développer des activités avec des centres de fitness. Les gens qui viennent apprendre le parkour sont des personnes qui recherchent un challenge et qui veulent se libérer d'une société trop restrictive qui nous interdit tout. L'art du discipline permet de révéler son potentiel en dépassant ses limites, de gagner en confiance." Un esprit sain dans un corps sain, l'expression célèbre du poète latin Juvénal va sans doute devenir une devise de plus en plus courante en Thaïlande avec l'arrivée dans le royaume de la génération dorée du parkour.

Par Yann FERNANDEZ mardi 23 janvier 2012

Voir la présentation de Parkour Generations en vidéo


parkour generations asia
Parkour Generations Asia
http://www.parkourgenerations.com/
Contact : 08.92.12.30.42
asia@parkourgenerations.com

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale