TEST: 2238

MANIF – La situation s'envenime alors qu'un enfant de 10 ans vient d'être tué

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 15/05/2010 à 04:50 | Mis à jour le 20/02/2019 à 15:45

La situation s'est encore envenimée dans l'après-midi alors que le bilan des morts et blessés ne cesse de s'alourdir. A Klong Toey, les affrontements pourraient bien dégénérer alors que des manifestants se réunissent en nombre et qu'Abhisit a annoncé qu'il continuerait coûte que coûte l'opération militaire en cours

Durant une annonce télévisée samedi soir à 20h30, le Premier ministre Abhisit Vejjajiva a indiqué que les opérations militaires étaient une "nécessité pour empêcher d'autres morts et restaurer la paix en Thaïlande". Il a notamment déclaré que le pays ne pouvait pas être tenu en otage par un groupe de personnes qui enfreint la loi, ni être intimidé par un groupe armé. "Arrêter le rassemblement avec le moins de pertes possible est le seul moyen de ramener la paix", a-t-il ajouté. Bien que le bilan ne soit pas encore définitif, le nombre de tués aujourd'hui est estimé à 6, tandis que les blessés s'élèvent à 31. Le Daily News a même rapporté la mort d'un enfant de 10 ans, abattu par une balle dans l'estomac. Mais selon le Front uni pour la démocratie contre la dictature (UDD), le nombre de manifestants décédés dans la matinée s'élèverait déjà à 10.

Les Chemises rouges auraient par ailleurs pris le contrôle l'intérieur des stations BTS de Chitlom, Siam, et Ratchadamri suite aux rumeurs selon lesquelles des militaires et des groupes rivaux pourraient s'en servir pour mener des attaques.

Près de 2.000 Chemises rouges réunis à Klong Toey

Dans le soi Ngam Duphli, plusieurs habitants de Klong Toey ont installé en début d'après-midi des barricades de pneus sur le bord de l'avenue Rama IV, auxquels ils mettent le feu à répétition. De nombreux tirs de la part de l'armée, installée au pont de l'amitié belgo-thaï ont alors eu lieu. Des snipers sembleraient par ailleurs s'être positionnés sur les toits et derrière des sacs de sable sur le bord de l'avenue, et plusieurs explosions de grenade ont pu être entendues. Selon de nombreux résidents, des contingents militaires se seraient aussi installés au stade de boxe de Lumpini.

Par ailleurs, dans la soirée, près de 2.000 manifestants se sont déjà rassemblés à Klong Toey, a côté de la voie rapide à Bon Kai, et construisent progressivement de nouvelles barricades sur Rama IV. Ils ont de plus bloqué l'accès à Din Daeng. "Si nous arrivons à tenir ce site deux ou trois jours, cela nous permettra de recevoir beaucoup de renforts des provinces", nous indique Tom, l'un des responsables des opérations Rouges dans le secteur. "Plusieurs personnes ont déjà été blessées ce matin. Nous venons tous de Klong Toey, et nous comptons bien continuer à nous battre".

début de soirée, le porte-parole du CRES a annoncé qu'une opération militaire aurait lieu sur le site de Ratchaprasong si les manifestations n'arrêtaient pas bientôt. "Il y aura un plan pour disperser les manifestants sur Ratchaprasong si le rassemblement ne prend pas fin", a indiqué Sansern Kaewkamnerd. Néanmoins, il a admis que le plan d'endiguement de la manifestation n'était pas encore totalement opérationnel. "Il y a toujours des personnes qui arrivent à entrer dans le secteur".

L'ambassade appelle à la plus grande prudence

Le quartier français entre Suan Phlu, Nang Linchi et Yen Akat est encore en dehors des zones d'affrontement et est accessible par Rama III, Narathiwat et la voie rapide. L'avenue Sathorn a quant à elle été bloquée par la police jusqu'au carrefour de Narathiwat. Dans certaines parties de ces quartiers, l'électricité à été coupée. Des messages d'avertissement alarmistes circuleraient par téléphone en avertissant de possibles attaques terroristes dans des zones éloignées du centre-ville, néanmoins, l'ambassade de France n'a pas encore eu connaissance de la véracité ou non de ces alertes. "Les conseils sont toujours les mêmes, il est fortement conseillé aux Français résidants autour des zones d'affrontement d'éviter tout déplacement et de rester chez eux. En cas d'impossibilité, il convient de faire preuve d'une extrême vigilance", nous rappelle la Consule de France, Sophie Renaud. Les quartiers particulièrement concernés sont Silom - Sathorn - Wireless Rd - Rama IV, Phloen Chit, Phaya Thai, Phahon Yothin.

Quentin WEINSANTO (http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) samedi 15 mai 2010

Voir les Conseils aux voyageurs de l'Ambassade France à Bangkok (15/05/2010)

Numéros utiles :
Ambassade de France : 02 657 51 00
Police Secours : 191
Pompiers : 199
Ministère des Affaires étrangères : 02 575-1023, 02 981-7225, 088-022-1540, 088-022-1541
BTS Skytrain (Bangkok Mass Transit System) : 02 617 7340
BTS Skytrain Hotline : 02 617 6000
Centre d'appel de la TAT : 1672
Police touristique : 1155
Association générale d'assurance : 1356
Thai Airways International : 02-356-1111
Aéroport de Suvarnabhumi : 02-132 -1888

Lire aussi notre article du 15 mai 2010, Nouvelles violences à Bangkok, l'ambassade appelle à la plus grande prudence
Lire aussi notre article du 15 mai 2010, Nombreux journalistes blessés, des touristes s'improvisent reporters de guerre
Lire aussi notre article du 15 mai 2010, Guérilla urbaine à Bangkok, le pays au bord de la guerre civile
Lire aussi notre article du 14 mai 2010, 7 morts et 101 blessés alors que l'armée met la pression sur les Rouges
Lire aussi notre article du 14 mai 2010, Un mort et huit blessés autour de Lumpini, Seh Daeng grièvement blessé
Lire aussi notre article du 13 mai 2010, Violences sur Lumpini, le général Seh Daeng grièvement blessé à la tête

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale