L’extradition de Viktor Bout repoussée par la Thaïlande

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec AFP | Publié le 26/08/2010 à 00:00 | Mis à jour le 02/08/2022 à 09:19

La Thaïlande a annoncé hier que l'extradition vers les Etats-Unis du marchand d'arme Viktor Bout, aussi surnommé le "marchand de mort", avait été repoussée pour cause de complications légales.

La police avait annoncé mardi que Viktor Bout, qui fait face à des poursuites pour terrorisme, serait escorté par 50 commandos vers l'un des aéroports de Bangkok où les autorités américaines ont envoyé un avion privé. Mais le Premier ministre Abhisit Vejjajiva a précisé que l'extradition – qui est fortement critiquée par la Russie – n'aurait finalement pas lieu mercredi. "Il y a plusieurs étapes dans la procédure judiciaire", a-t-il déclaré. En effet, le processus a été retardé à cause de nouvelles accusations de blanchiment d'argent lancées par les procureurs américains en février dernier, avec une nouvelle audience à la cour thaïlandaise fixée pour le 4 octobre. Le Vice-premier ministre Suthep Thaugsuban, en charge de la sécurité nationale, a déclaré que la Cour criminelle thaïlandaise devait donc abandonner les poursuites concernant de nouvelles accusations déposées par les Etats-Unis avant de pouvoir extrader Bout. "Il y a de nouvelles poursuites que les Etats-Unis ont rempli et qui sont toujours en cours d'examen, le procureur doit donc obtenir l'approbation du tribunal pour les abandonner, et nous ne savons pas quelle décision sera prise au final", a-t-il déclaré. Il a confirmé que les Etats-Unis avaient déjà envoyé un avion pour récupérer Bout, mais a ajouté que la Thaïlande ne serait pas influencée par des pressions extérieures, même si dix avions viennent se garer à l'aéroport. "Le gouvernement ne va pas mettre notre pays en danger pour jouer à un jeu de politique internationale. Il n'y a aucun bénéfice pour la Thaïlande de jouer avec le destin d'un seul homme".

(Avec AFP) jeudi 26 août 2010

Lire aussi notre article du 23 août 2010,

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale