MANIF – Après avoir fait bouger les soldats, les Rouges sous les fenêtres d’Abhisit

Par Lepetitjournal Bangkok | Publié le 28/03/2010 à 00:00 | Mis à jour le 31/03/2010 à 09:06

(Mise à jour 13h50) Une foule importante de Chemises rouges a obtenu hier le retrait des militaires postés sur plusieurs sites autour de leur campement. Forts de cette victoire, les manifestants anti-gouvernementaux sont aujourd'hui réunis devant le 11ème régiment d'infanterie pour renforcer la pression sur le Premier ministre Abhisit Vejjajiva, et le forcer à ouvrir des négociations
Lire aussi les attaques à la bombe se multiplient

Les militaires se sont retirées hier des postes clés installés dans Bangkok, se pliant à la demande de plus de 100.000 "Chemises rouges" aux visages jubilatoires qui campent sur l'avenue Rachadamnoen et les rues adjacentes de Sanam Luang jusqu'à l'avenue Pitsanulok.
Plusieurs milliers de manifestants se sont déployés sur sept sites du vieux quartier de Bangkok, parmi lesquels le zoo de Dusit et des temples, où les soldats étaient stationnés depuis les deux semaines de rassemblement. Face à une imposante foule de manifestants agitant des drapeaux, et arrivant en voiture, à moto ou même à pied, les militaires ont accepté de se retirer de leurs positions. Des femmes ont jeté des fleurs aux troupes, qui ont sourit et pris des photos sous les applaudissements des manifestants.

Victoire pour les rouges, simple ajustement pour le gouvernement
Le Vice-premier ministre en charge de la sécurité nationale, Suthep Thaugsuban, a minimisé le retrait, le présentant comme un "ajustement" et a déclaré que les troupes pourraient revenir plus tard dans la journée. "Ils doivent partir [pour le moment] pour éviter une confrontation", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse donnée au 11ème régiment d'infanterie, à la périphérie nord, où le gouvernement a établi son camp de base durant les manifestations. Les rouges ont quant à eux décrit ce recul comme une impulsion nouvelle dans leur campagne visant à remplacer le gouvernement qu'ils jugent illégitime pour avoir pris le pouvoir à la faveur d'une décision de justice controversée. "Nous sommes venus ici pour chasser les soldats, et les soldats ont reculé", a déclaré l'un des leaders rouges, Arisman Pongrungrong, avant d'ajouter : "Nous avons fait un pas en avant vers la victoire et nous allons continuer de mettre la pression jusqu'à ce que le Parlement soit dissout".

La pression monte pour Abhisit
Les rouges sont réunis depuis ce matin devant le 11ème régiment d'infanterie pour augmenter la pression. Ils ont lancé un ultimatum au Premier ministre Abhisit Vejjajiva, lui donnant jusqu'à 10h15 pour fixer un lieu et une date pour que puissent se tenir des négociations. Après avoir refusé dans un premier temps tout pourparler si les leaders des Chemises rouges continuaient de faire pression sur lui, Abhisit a finalement accepté une rencontre avec les représentants du mouvement, aujourd'hui à 16h à l'Institut du roi Prajadhipok. Suthep Thaugsuban a par ailleurs évoqué la possibilité d'invoquer le décret d'urgence sur le quartier du 11e régiment d'Infanterie si les manifestants tentaient de s'introduire dans l'enceinte de la caserne.
Les militaires ont mis en place un dispositif de sécurité particulièrement lourd avec le déploiement de 50.000 hommes durant les manifestations, qui ont démarré le 14 mars après un jugement qui a saisi 1,4 milliard de dollars de la fortune de Thaksin. Les mesures de sécurité ont été critiquées comme excessives, en particulier le verrouillage du Parlement entouré de barricades et de fil barbelé durant une session cette semaine.
(http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) dimanche 28 mars 2010

Les attaques à la bombe se multiplient
Cinq explosions ont eu lieu en un peu plus de 24 heures entre hier et ce matin dans quatre sites militaires et douaniers de la capitale, blessant 12 personnes, dont neuf soldats. La dernière déflagration a frappé vers 4h30 ce matin le 11ème régiment d'infanterie où les Chemises rouges sont réunies aujourd'hui. Quatre soldats ont été blessés par deux grenades dont deux grièvement. La chaine publique NBT a elle aussi été visée de la même manière à 21h30, les autorités médicales et la police faisant état de 3 soldats et un garde civil blessés. Quasiment au même moment, deux autres soldats et deux civils ont été touchés par l'explosion d'une grenade sur les locaux de la Chaine 5. Cette dernière a diffusé des images des soldats avec des plaies sanglantes être placés dans un pick-up et emmené à l'hôpital. L'un des civils blessés a dû être opéré, mais le deuxième a pu sortir de l'hôpital peu de temps après avoir reçu des soins. Plus tôt dans la journée de samedi, une petite explosion avait frappée l'enceinte du département des douanes, brisant des fenêtres et endommageant une camionnette garée à proximité. Ces déflagrations sont les dernières d'une série d'une quinzaine d'explosions inexpliquées, le plus souvent causés par des grenades, et qui ont frappé Bangkok et les zones environnantes depuis le début des manifestations des Chemises rouges, le 14 mars. Bien que les responsables ne soient pas connus, certains analystes évoquent la possibilité d'une radicalisation du mouvement anti-gouvernemental.
(http://www.lepetitjournal.com/bangkok.html) dimanche 28 mars 2010

Dimanche 21 mars 2010 (article et vidéos), Les Rouges satisfaits de leur tour de ville, la situation toujours bloquée
Samedi 20 mars 2010, Plusieurs milliers de Rouges attendus sur les artères de Bangkok aujourd'hui
Jeudi 18 mars 2010, Les autorités tendent la main aux rouges pour isoler Thaksin
Mercredi 17 mars 2010 (article et vidéos), Le peuple déverse son sang pour dénoncer l'injustice des élites
Mardi 16 mars 2010, Les Rouges remerciés jouent un va-tout morbide
Dimanche 14 mars 2010, Près de 100.000 chemises rouges prêts à se déployer dans Bangkok
Vendredi 12 mars 2010 (17h20), Les rouges se dispersent après une journée relativement calme
Vendredi 12 mars 2010 (14h30), Défilés sporadiques des chemises rouges de Bangkok
Vendredi 12 mars 2010, Bangkok privé de carburant jusqu'à nouvel ordre, 50.000 hommes déployés
Jeudi 11 mars 2010, Thaksin appelle au rassemblement, les principaux axes routiers protégés

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale