Dimanche 18 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les jeunes kiwis ne veulent plus de la semaine à 40h

Par Le Petit Journal Auckland | Publié le 19/07/2018 à 00:12 | Mis à jour le 22/07/2018 à 17:02
Photo : Photo by Hunters Race on Unsplash
semaine 40h nouvelle zelande

Les milléniaux ne sont pas prêts à supporter l'environnement de travail actuel qui leur paraît " très traditionnel et dépassé " selon le Professor Paul Spoonley, pro-vice chancellor du collège des sciences sociales de l'Université de Massey.

Il semblerait que la société néo-zélandaise s'intéresse à une réduction des heures de travail, avec une semaine à quatre jours ou des journées plus courtes, ainsi qu'à l'adoption d'une plus grande flexibilité, acceptant le travail à distance.

" Les entreprises qui adoptent la flexibilité ont trouvé que les travailleurs étaient plus heureux et plus productifs ", a déclaré M. Spoonley. A titre d'exemple, le directeur général de Perpetual Guardian, Andrew Barnes, a réalisé un essai d'une semaine à quatre jours. Il a observé une augmentation de productivité de 20%.

Ces évolutions font face à des obstacles, du scepticisme au sein des entreprises à la législation de la Nouvelle-Zélande. D'autant plus que les heures réduites ont bien fonctionné pour certaines industries, mais pour pas toutes. L'industrie de la construction a déjà des difficulté à trouver des ouvriers qualifiés en nombre suffisant, a déclaré Stephen Blumenfeld, Directeur du centre du travail et de l'emploi à l'Université Victoria.

Le Petit Journal Auckland

Le Petit Journal Auckland

Pour tout savoir sur l'actualité à Auckland et la vie de la communauté française et francophone expatriée en Nouvelle-Zélande : culture, emploi, sorties, bons plans... News, city-guide and up-to-date event calendar in Auckland.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Auckland

FORMALITÉS

Nouvelle-Zélande : comment obtenir mon ETA ?

À compter du 1er octobre 2019, tous les voyageurs aériens issus de 60 pays différents, dont la France, devront posséder un “Electronic Travel Authority” (NZeTA) avant de se rendre en Nouvelle-Zélande.

Sur le même sujet