Mardi 18 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les jeunes kiwis ne veulent plus de la semaine à 40h

Par Le Petit Journal Auckland | Publié le 19/07/2018 à 00:12 | Mis à jour le 22/07/2018 à 17:02
Photo : Photo by Hunters Race on Unsplash
semaine 40h nouvelle zelande

Les milléniaux ne sont pas prêts à supporter l'environnement de travail actuel qui leur paraît " très traditionnel et dépassé " selon le Professor Paul Spoonley, pro-vice chancellor du collège des sciences sociales de l'Université de Massey.

Il semblerait que la société néo-zélandaise s'intéresse à une réduction des heures de travail, avec une semaine à quatre jours ou des journées plus courtes, ainsi qu'à l'adoption d'une plus grande flexibilité, acceptant le travail à distance.

" Les entreprises qui adoptent la flexibilité ont trouvé que les travailleurs étaient plus heureux et plus productifs ", a déclaré M. Spoonley. A titre d'exemple, le directeur général de Perpetual Guardian, Andrew Barnes, a réalisé un essai d'une semaine à quatre jours. Il a observé une augmentation de productivité de 20%.

Ces évolutions font face à des obstacles, du scepticisme au sein des entreprises à la législation de la Nouvelle-Zélande. D'autant plus que les heures réduites ont bien fonctionné pour certaines industries, mais pour pas toutes. L'industrie de la construction a déjà des difficulté à trouver des ouvriers qualifiés en nombre suffisant, a déclaré Stephen Blumenfeld, Directeur du centre du travail et de l'emploi à l'Université Victoria.

Le Petit Journal Auckland

Le Petit Journal Auckland

Pour tout savoir sur l'actualité à Auckland et la vie de la communauté française et francophone expatriée en Nouvelle-Zélande : culture, emploi, sorties, bons plans... News, city-guide and up-to-date event calendar in Auckland.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

HISTOIRE

Les premiers pas sur la Lune: le récit de l'AFP le 21 juillet 1969

Il est 22H56 au centre spatial de la Nasa de Houston ce dimanche 20 juillet 1969 quand Neil Armstrong pose le pied sur la Lune. Pour couvrir l'événement, l'AFP a dépêché sur place plusieurs envoyés sp

Sur le même sujet