TEST: 2237

La première mini-fusée commerciale lancée de Nouvelle-Zélande

Par Clémentine Kerfriden | Publié le 13/11/2018 à 03:25 | Mis à jour le 13/11/2018 à 03:30
Photo : La fusée "It's Business Time" de Rocket Lab
Rocket Nouvelle-Zélande Satellites

Rocket Lab, basé en Californie, a lancé sa première fusée commerciale dimanche dernier depuis un port spatial situé près de la pointe Ahuriri, à la pointe sud de la péninsule de Mahia, sur la côte est de l'île du Nord, en Nouvelle-Zélande. Ce premier lancement pourrait annoncer une transformation majeure du secteur spatial.


Chaque lancement de Rocket Lab couterait environ 5,7 millions de dollars, soit environ 10% du prix de lancement d’une fusée de SpaceX. Quasi rien comparé aux vols de la NASA coutant jusqu’à 300 millions de dollars. Mais pourquoi ce prix si bas ? La réponse est plus simple qu’il n’y parait : les satellites rétrécissent. Ceux qui faisaient avant la taille d’une voiture ne dépasse pas aujourd’hui le poids et la taille d’un micro-onde. Devenus moins lourds, il suffit de lancer les satellites dans l’espace extra-atmosphérique. Les fusées sont donc plus petites, vont moins loin et coutent donc moins chers en matériels et carburants.

 

Rocket La Launch Complex 1 Nouvelle-Zélande
Rocket Lab Launch Complex 1


Cette mini fusée de 17 mètres, appelée tout simplement «It’s Business Time» transportait six mini-satellites, et est la première d’ une longue série. Les investisseurs parient que Rocket Lab pourrait devenir le FedEx de l'espace. Mais la société n'a pas (encore) de projets pour les touristes de l'espace. A nous de voir la suite.

 

Sur le même sujet
Le Petit Journal Auckland

Clémentine Kerfriden

Bretonne de Paris Ouest, littéraire convertie à la business school, passionnée des créatures à duvets, à poils ou à écailles, Clémentine a rôdé sa plume aussi bien en dissertant qu'en créant des memes.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Pascale lun 26/11/2018 - 23:59

Il serait honnête de mentionner que Aotearoa NZ n’est qu’une filiale d’une entreprise des USA. L’investissement dans ce projet est majoritairement américain. Tout comme les bénéfices !

Répondre

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'éditon Auckland.