Mercredi 17 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La faune et la flore de Nouvelle-Zélande en danger

Par Leelou Bourlon | Publié le 02/05/2019 à 09:57 | Mis à jour le 03/05/2019 à 00:43
Photo : Photo by Martin Bisof on Unsplash
Nouvelle Zélande écologie

Le dernier rapport Environment Aotearoa 2019 révèle que la Nouvelle-Zélande connait de graves problèmes environnementaux : près de 4 000 espèces animales et végétales seraient en voie d’extinction et de nombreuses rivières et lacs pollués. Un bilan qui fait réfléchir quant à l’image naturelle et saine que la Nouvelle-Zélande renvoie aux touristes.

La Nouvelle-Zélande serait l’un des pays d’Océanie qui aurait le plus souffert de la présence humaine. Perte considérable de la biodiversité, pollution des eaux, essor destructeur de l’industrie laitière, étalement urbain… Toutes ses menaces sont le fruit de “dix années de déni et de procrastination” comme l’explique Kevin Hague, du groupe de conservation Forest and Bird.

Le pays du bout du monde qui fait rêver les amoureux de la nature, et terre d’accueil des animaux, menace aujourd’hui leur survie : 90 % des oiseaux marins et 80 % des oiseaux terrestres sont menacés d’extinction, tandis que 57 % des lacs et 76 % des poissons d'eau douce sont en voie de disparition.

Il n'y a plus un instant à perdre pour bouleverser notre comportement vis-à-vis de la nature

Kevin Hague déclare que la Nouvelle-Zélande a désormais besoin d’une économie qui nourrit et restaure l’environnement du pays, et non pas d’une économie qui la détruit.

 

(source : TheGuardian.com)

 

21682578_1566187343448669_2053562879_o

Leelou Bourlon

Etudiante en communication événementielle et passionnée de sport et de culture, Leelou partage son expérience à travers l’actualité du pays au long nuage blanc.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Tokyo Appercu
POLITIQUE

Japon : élections à la chambre des conseillers

Le 21 juillet prochain se tiendront au Japon les élections de la chambre des conseillers qui verront se renouveler la moitié des sièges de l’assemblée (dans trois ans pour l’autre moitié).