Mardi 28 septembre 2021
TEST: 2237

Sober Curiosity : Une autre façon de s’amuser

Par Juliette Sbranna | Publié le 30/06/2021 à 14:25 | Mis à jour le 02/07/2021 à 11:14
affiche du podcast sober curious de ruby Warrington

Ruby Warrington a inventé le terme «sober curious» en 2018 pour son livre Sober Curious: The Blissful Sleep, Greater Focus, Limitless Presence, and Deep Connection Awaiting Us All on the Other Side of Alcohol. Depuis, il est devenu un mouvement mondial. Mais qu’est-ce que « Sober Curiosity » ?

L’alcool est partout

L’alcool est ancré dans tous les aspects de la culture néo-zélandaise. Les compagnies d’alcool sponsorisent nos équipes sportives les plus populaires – les All Blacks sont sponsorisé par Steinlager depuis des décennies et les Warriors ont le logo Woodstock Bourbon sur leurs maillots. Ils sponsorisent des festivals de musique – Homegrown music festival a vendu les droits d’appellation à Jim Beam. La consommation excessive d’alcool est encouragée par des rituels annuels comme le brunch sans fond et le jour de la caisse. La consommation d’alcool est tellement enracinée que la société voit les non-buveurs comme des rabats-joie.

Cependant, les millennials (la génération née entre 1981 et 1996) se détournent de plus en plus de l’alcool. « Selon un rapport Nielsen, 66% des consommateurs d’alcool âgés de 21 à 34 ans en Australie font un effort pour réduire leur consommation globale d’alcool »  Beaucoup le font pour les bienfaits qu'a la sobriété sur notre santé.

Pourtant, certains n’aiment pas les pressions sociétales qui découlent du sentiment que la consommation d’alcool est nécessaire. La fondatrice d’AF Drinks, Lisa King, explique qu’elle se sentait socialement mal à l’aise. « C’est de là que vient l’idée (pour AF Drinks) – pas seulement un produit, mais un monde où il est possible de prendre ses propres décisions et de le faire en toute confiance. »

Faire un choix

Un choix que beaucoup font est d’être « sober curious ». Boire et ne pas boire ne doit pas être un choix binaire. La curiosité sobre permet au consommateur de contrôler sa relation avec l’alcool, de décider quand et pourquoi il veut boire, et s’il choisit d’en consommer, ce sera, car il le veut et non en raison d’une pression extérieure.

Lisa King n’est pas sobre à 100% ; cependant, c’est elle qui décide quand elle boit. «  Quand il y a une occasion spéciale ou que quelqu’un a acheté une bouteille de vin très spéciale – je prendrai un verre ici et là. Il s’agit d’être vraiment attentif à ces occasions et de penser, « En fait, ça vaut la peine pour moi de boire ce verre de vin ce soir. Ça rend ces moments plus spéciaux, n’est-ce pas ? »

Apprenez-en plus sur le mouvement « sober curiosity » sur le site de AF Drinks.

 

LPJ Auckland logo

Juliette Sbranna

Rédactrice web @ Le Petit Journal Auckland I Vous souhaitez faire parti de la rédaction ? Écrivez-nous à auckland@lepetitjournal.com
0 Commentaire (s) Réagir