Une Coupe du Monde de foot féminin en Australie et Nouvelle-Zélande ?

Par Madeleine Goujon | Publié le 15/06/2020 à 15:07 | Mis à jour le 15/06/2020 à 15:07
Photo : La qualité des candidatures pour accueillir la 9e édition du tournoi démontre « l’élan formidable que le football féminin génère » (Photo Facebook @fifawomensworldcup, Rose Lavelle de l’équipe américaine lors de la finale 2019 en France)
Coupe du Monde foot féminin 2023

La Fédération internationale de football association (FIFA) a délivré mercredi 10 juin son rapport d’évaluation des candidatures pour la Coupe du Monde Féminine de football 2023 : la proposition conjointe entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande arrive en tête. La décision finale sera prise le 25 juin par un vote du Conseil de la FIFA.

En lice contre le Japon et la Colombie – le Brésil s’étant retiré pour restrictions budgétaires liées au COVID-19 –, l’Australie et la Nouvelle-Zélande avaient proposé leur candidature conjointe pour accueillir ensemble la prochaine Coupe du Monde Féminine de football de 2023. Après avoir examiné les dossiers et visité les pays, la FIFA a publié le 10 juin un rapport d’évaluation des candidatures, mettant en tête, avec une note de 4,1/5, le duo trans-Tasman.

 

 

Examinant entre autres les infrastructures, les critères commerciaux, l’évaluation des risques (notamment les engagements en matière de droits de l’homme et de durabilité), ou encore les stratégies d’hébergement, le rapport considère la proposition australo-néo-zélandaise comme la « plus favorable sur le plan commercial ».

« Nous sommes deux nations de deux confédérations, unies pour proposer une avancée historique et excitante pour le football mondial. Ce sera un tournoi de premières », a affirmé Chris Nikou, président de Fédération de football d'Australie (FFA). Si la candidature conjointe est retenue, le tournoi de 2023 sera effectivement la première édition avec deux pays hôtes, de deux confédérations différentes (Asie et Océanie), et qui soit tenue dans l’hémisphère Sud et la région Asie-Pacifique.

 

Ayant pour objectif de développer et encourager le football féminin dans cette région du monde et faire progresser l’égalité des sexes, le projet commun AsOne offre une organisation partagée, des infrastructures modernes et quatre fuseaux horaires permettant une « programmation innovante ».

La décision finale n’a pas encore été prise mais la Secrétaire générale de la FIFA, Fatma Samoura, a d’ores et déjà félicité la qualité des candidatures reçues pour la 9e édition du tournoi, démontrant « l’élan formidable que le football féminin génère ». Le ou les pays hôtes de la Coupe du Monde Féminine de football 2023 seront désignés par le Conseil de la FIFA le 25 juin prochain.

 

Madeleine Goujon

Madeleine Goujon

Éprise de problématiques environnementales et culturelles, j’ai une double formation en droit et en journalisme. Pour le moment en télétravail depuis la France, j’espère rejoindre la Nouvelle-Zélande au plus vite.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'édition Auckland.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale