Réouverture des frontières en Nouvelle-Zélande : J. Ardern préfère rester prudente

Par Juliette Sbranna | Publié le 11/08/2021 à 10:00 | Mis à jour le 13/08/2021 à 06:11
Auckland Airport

Malgré l'efficacité de la stratégie zéro COVID du gouvernement qui a permis à la Nouvelle-Zélande d'échapper à la pandémie, le pays souffre d'un manque de main d'oeuvre face à la la fermeture des frontières.

Le secteur laitier, l’horticulture, le logement, la restauration ou la santé, autant de secteurs touchés par cette pénurie de main d'oeuvre. Ainsi, 500 sages-femmes ont préféré quitter leur travail à cause du surmenage et 30 000 infirmières ont prévu de faire grève pour protester. « Nous comptons sur des infirmières qualifiées venant de l’étranger pour répondre à nos besoins en personnel, mais avec la fermeture des frontières, nous n’en obtenons pas » a déclaré une responsable de la New Zealand Nurses Organisation.

Jacinda Ardern reste prudente

La première ministre Jacinda Ardern préfère rester prudente : « Toute modification des paramètres de la frontière seront examinées attentivement par étapes, en fonction des risques », a-t-elle répété lundi. « Nous sommes allés trop loin et nous avons gagné trop de libertés pour nous précipiter vers cette prochaine étape et revenir en arrière. »

Une première étape a déjà été franchie toutefois la semaine dernière avec le retour sans quarantaine des travailleurs saisonniers venant des Samoa, des Tonga et du Vanuatu.

 

LPJ Auckland logo

Juliette Sbranna

Rédactrice web @ Le Petit Journal Auckland I Vous souhaitez faire parti de la rédaction ? Écrivez-nous à auckland@lepetitjournal.com
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'édition Auckland.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale