TEST: 2237

Les violences sexuelles ; un problème trop récurent en Nouvelle-Zélande

Par Juliette Sbranna | Publié le 29/06/2021 à 17:24 | Mis à jour le 30/06/2021 à 02:27
une femme pleure par terre

Une enquête menée auprès de plus de 700 filles dans une école de Christchurch a révélé que plus de 20 auraient été violées et la moitié harcelée sexuellement.

Le commissaire à l'enfance Andrew Becroft, a déclaré que l’enquête sur les filles à l’école secondaire de Christchurch était : « La plus récente d’un ensemble croissant de données probantes sur l’ampleur de la violence sexuelle contre les filles et les adolescents LGBTQ+ à Aotearoa. Il est temps que la Nouvelle-Zélande admette qu’il s’agit d’une épidémie et qu’elle a besoin d’une intervention nationale.  »

La première ministre Jacinda Ardern reconnaît ce problème de harcèlement et a déclaré  : « Nous devons nous assurer de soutenir ceux qui œuvrent dans le milieu de l’éducation – il s’agit de questions vraiment difficiles à régler »

Les femmes ont deux fois plus de risques que les hommes de subir cette violence

La grande majorité des auteurs (91 %) présumés sont des hommes, dont la moitié était des adultes. L'étude a aussi montré que les jeunes filles avaient normalisé ces actes. Un  rapport de 2018 sur les femmes démontre qu’une femme sur trois a été confrontée à de la violence émotionnelle, physique ou sexuelle de la part d’un partenaire. Elles ont deux fois plus de risques que les hommes de subir cette violence. Les femmes handicapées, les adolescentes, les femmes maori et les transgenres subissent des taux élevés de violence, une situation aggravée par le fait que le système a échoué dans la prévention de ce phénomène.

 

Sur le même sujet
LPJ Auckland logo

Juliette Sbranna

Rédactrice web @ Le Petit Journal Auckland I Vous souhaitez faire parti de la rédaction ? Écrivez-nous à auckland@lepetitjournal.com
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'éditon Auckland.

À lire sur votre édition locale