Dimanche 15 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Voyager seule quand on est une femme

Par Maé Castellet | Publié le 05/04/2018 à 06:49 | Mis à jour le 08/02/2019 à 11:50
Photo : De nombreuses femmes ont sauté le pas, pourquoi pas vous ?
Conseil voyage femme Nouvelle Zélande

Voyager seul peut être quelque peu effrayant, on ne sait jamais à quoi s’attendre lorsque l’on quitte son pays pour partir vers l’inconnu. Alors beaucoup n’osent pas franchir le pas, surtout les femmes. Nous avons donc décidé, Mesdames, de vous donner quelques conseils, sur fond de témoignages, pour vous donner le courage de réaliser votre rêve et découvrir les merveilles de la Nouvelle-Zélande.

 

Aller au bout de ses idées

Si vous êtes intéressée par le sujet, c’est déjà que l’idée de partir en Nouvelle-Zélande a fait son petit bout de chemin dans votre esprit. Ceci est la première étape. Avec de la volonté, on peut faire beaucoup de choses, même sauter dans un avion direction la Nouvelle-Zélande ! Et si personne ne veut ou ne peut vous accompagner, ce n’est pas si grave, au contraire, c’est une excellente chose. Marie 25 ans, a déjà fait un PVT en Australie et est arrivée ici le 1er janvier. Elle nous explique : « J’ai choisi de partir seule à nouveau car c’est mon aventure […] Je ne voulais pas me reposer sur quelqu’un. Quand on est seul on prend ses propres décisions, bonnes ou mauvaises, mais on apprend en faisant des erreurs, non ? ».  Pour Céline, 27 ans et actuellement à Auckland, il faut aller au bout de ses idées : « Ayez confiance en vous, partir à l'autre bout du monde seule, vous en avez pris la décision, […] donc oui vous avez déjà beaucoup de courage en vous ! Vous pouvez le faire ! ». Si vous avez envie de voyager, n’oubliez pas que, jusqu’à preuve du contraire, nous n’avons qu’une vie et qu’il est important de réaliser ce qui nous fait rêver. 

 

Aéroport

 

Se renseigner pour se rassurer 

Si vous avez encore peur de plonger dans l’inconnu, internet peut devenir votre meilleur ami. Plus vous vous renseignerez sur les logements, les itinéraires, le mode de vie etc., moins vous stresserez. Tout vous deviendra un peu plus familier. C’est la technique pour laquelle a opté Céline : « il y a eu une période où j'ai énormément appréhendé mon voyage. Mais il y a tellement de renseignements déjà sur le net que je me suis vite rendue compte en notant des adresses, des démarches etc., que c'était faisable. J'ai davantage pris confiance au fur et à mesure que je lisais toutes ces petites infos ». Si vous décidez de partir seule en road trip, essayez de trouver des solutions avant de rencontrer les problèmes (par exemple, comment faire face aux aléas mécaniques de votre véhicule). Essayez également de trouver un pied-à-terre avant votre départ afin de savoir à l’avance où vous allez passer les premières nuits. En bref, si partir seule à l’aventure vous terrifie, planifier un maximum de choses. 

 

Partir seule ne veut pas dire voyager seule

L’avantage lorsque l’on part seule, c’est que l’on est obligée d’aller vers les gens (oui, oui, c’est un avantage). Du coup, on fait plein de rencontres. Mohéna, 29 ans, a passé onze mois en Nouvelle-Zélande et peut en témoigner :    « En fait, on n’est jamais vraiment tout seul, on trouve toujours des gens avec qui partagé au cours du voyage. Il y a des rencontres qui durent une journée, puis d’autre une semaine voire des mois. C’est l’imprévu qui fait le voyage ». Même Céline, de nature timide a fait de nombreuses rencontres. Ne vous inquiétez donc pas, peu importe si vous êtes réservée ou non, les gens iront vers vous et vous finirez certainement par en faire de même. 

 

backpackers

 

Ne pas avoir peur d’être seule

Au fil de votre voyage vous allez faire des rencontres. Mais vous aurez surtout l’occasion de vous rencontrer vous-même, de vous redécouvrir. La solitude peut effrayer certaines personnes, mais elle n’est pas à rejeter ! C’est important de passer du temps avec soi-même, de s’écouter et de se challenger. Les filles ne regrettent pas d’être parties seules, alors pourquoi vous freiner ? « Ce qui est sûr, c’est que c’est loin d’être mon dernier voyage solo ! assure Marie, Je me sens plus forte qu’avant et j’apprends à écouter ce que je ressens et ce dont j’ai vraiment envie. C’est une expérience hors du commun ! ». Pour Galatée 23 ans et en Nouvelle-Zélande depuis deux mois, la solitude est également une bonne chose : « évidemment, on a toujours en tête les réflexes que l’on a en tant que femme. Dans un mois, je pars sur les routes, peut-être seule, et ça ne m’effraie pas du tout, au contraire ! C’est un moyen de se confronter à soi-même, de voir de quoi on est capable. On apprend beaucoup sur soi. Et l’expérience est toujours plus forte quand on part toute seule, parce que les rencontres ne sont pas les mêmes ! Il faut foncer, et se confronter à soi, aux autres. » 

 

Rencontrer des travelmates

Malgré ces témoignages, vous n’êtes toujours pas convaincue à l’idée de vous lancer seule ? Si vous ressentez vraiment le besoin de rencontrer d’autres voyageurs avant votre départ sur les routes, c’est possible. Il existe de nombreux groupes Facebook consacrés aux voyageurs français ou non en Nouvelle-Zélande. N’hésitez pas à les rejoindre et à poster une annonce en expliquant que vous cherchez quelqu’un pour vous accompagner. Vous trouverez de nombreuses personnes dans la même situation que vous. Si vous arrivée à Auckland, sachez également que Le Petit Journal organise des Travelmate Party chaque premier mercredi, du mois pour vous mettre en relation avec d’autres backpackers. L’occasion pour vous de rencontrer directement vos nouveaux partenaires de voyages ou vos prochains amis à Auckland. 


La peur de l’insécurité ? 

Ok, vous avez envie de voyager seule, mais ce serait plus facile si vous étiez un homme ? Il faut savoir que la Nouvelle-Zélande est un pays assez sûr et elle peut être une très bonne destination pour un premier voyage solo. Nos voyageuses peuvent d’ailleurs vous rassurer à ce sujet. « J’avais quelques appréhensions, parce que je me jetais dans l’inconnu, explique Galatée, et en tant que femme c’est toujours plus compliqué. Mais je savais que la NZ est un pays safe, et toutes les femmes qui m’ont donné des retours sur leurs voyages m’ont dit qu’elles n’ont jamais eu aucun souci ici. Au final, je me sens plus en sécurité en Nouvelle-Zélande, dans un pays qui m’est inconnu qu’en France, parce que les gens sont toujours prêts à vous aider au maximum ». L’avis de Marie rejoint le sien : « Je n’ai eu aucune appréhension face à ce voyage, je me suis étonnée moi-même. La Nouvelle-Zélande est très safe, je me sens plus en sécurité ici qu’à Paris… ». Petite indication supplémentaire d'après le site haut-conseil-egalite.gouv.fr, 83% des victimes d’agression en France connaissent leur agresseur et 51% d'entre eux font même partie du ménage. Nous pouvons donc supposer que l’on fait face à moins de risque lorsque l’on voyage et que l’on est dans un environnement où l’on ne connait personne. Bien sûr il faut rester vigilante, mais c’est aussi le cas en France. 

 

Wild movie


Se challenger

Au final, partir seule est un défi que l’on se lance que l’on soit un homme ou une femme. Il faut oser sortir de sa coquille pour aller voir les autres, apprendre à se débrouiller seul et réaliser son rêve. Dans ce genre de décision, nous sommes nos seules limites. Bien sûr la famille et les amis peuvent essayer de vous dissuader, mais après tout, il s’agit de votre projet. Céline peut d’ailleurs en témoigner « C'était l'occasion pour moi de me tester, la Nouvelle-Zélande est un pays accessible et moderne, je savais qu'il y aurait une solution à chaque problème, à moi de surmonter les barrières que je m’affligeais toute seule ». Si vous allez au bout des choses, vous n’aurez aucun regret. Vous n’avez qu’à discuter avec des voyageurs et leur poser directement la question, ils vous diront certainement la même chose. Et quelle fierté de se rendre compte que l’on est capable d’aller bien au-delà de ce que l’on croyait et que l’on s’est donné les moyens de réaliser ses rêves !


Si vous êtes encore hésitantes, voici les recommandations de nos voyageuses quant au voyage solo : 


Céline, 27 ans : « En trois semaines les leçons que j'ai déjà retenues, c'est vraiment le fait que nous sommes nos propres limites... J'ai appris à oser davantage... Si on veut vraiment quelque chose dans la vie, il faut y croire de toutes ses forces et je crois que le destin vous mettra toujours quelqu'un sur votre route pour vous aider, pour que vous continuiez à croire en vous. Il n'y a pas de bons ou de mauvais choix, j'apprends à analyser les situations et  à prendre mes propres décisions en me demandant ce qui est le mieux pour moi ». 


Galatée, 33 ans : « Après être restée 5 ans avec mon conjoint, c’était très dur de me retrouver seule et d’apprendre à faire les choses seule. Mais aujourd’hui, je ne regrette rien. Je me surprends tous les jours. J’ai hâte de découvrir ce que me réservent les prochains mois, et j’ai déjà hâte de découvrir d’autres pays ! »


Marie, 23 ans : « Partir seule est une merveilleuse expérience. On apprend des choses sur soi-même. On rencontre plein de gens géniaux. Ce qui est dur pour ma part, c’est de tout le temps dire au revoir sans savoir quand ou si on reverra les personnes. Mais n’hésitez pas à tenter l’expérience ! » 


Mohéna, 29 ans : « Malgré, une super motivation, il m’a fallu un peu de temps pour sauter le pas. Même si j’en rêvais, partir seule de l’autre côté du globe restait quand même quelque chose d’un peu flippant. Finalement ce qui m’a décidée, c’est la limite d’âge… En gros, si ce n’est pas maintenant, ce sera jamais. Partir seule ! Pourquoi ? Tout simplement parce que je n’allais pas attendre que quelqu’un se décide à m’accompagner, parce qu’au final, c’était un projet, un voyage, un rêve que je voulais faire depuis longtemps. Donc je me suis lancée. Je tire plein de choses de cette expérience ! J’ai rencontré du monde, visité des endroits que je n’aurais jamais imaginé. Je me suis surpassée aussi. Je ne savais pas de quoi j’étais vraiment capable avant de partir, maintenant j’ai une meilleure idée de mes limites. » 


Alors, à quand votre tour ? 
 

Nous vous recommandons

Maé Castellet Le Petit Journal Auckland

Maé Castellet

Étudiante en Journalisme à Lyon 2 et stagiaire au sein de la rédaction Lepetitjournal.com. Je suis passionnée de voyages avec un vif intérêt pour les questions de société.
0 Commentaire (s)Réagir