Des ferries volants électriques en Nouvelle-Zélande dès 2025

Par Nicolas Roger | Publié le 04/05/2022 à 05:18 | Mis à jour le 11/05/2022 à 03:26
Photo : La société néo-zélandaise Ocean Flyer vient de signer un contrat de 700 millions de dollars pour 25 planeurs de mer électriques.
ferry électrique devant la Sky Tower

La société néo-zélandaise Ocean Flyer vient de signer un contrat de 700 millions de dollars pour 25 planeurs de mer électriques, qui sont en fait des ferries volants. La compagnie veut rendre le transport de passagers disponible pour 2025. 

 

Vingt-cinq hydravions entièrement électriques et sans émission de carbone vont être introduits en Nouvelle-Zélande dans le cadre d'un accord de 700 millions de dollars entre Ocean Flyer, une entreprise néo-zélandaise de transport nouvellement créée, et la société aérospatiale américaine REGENT, dont le nom est un acronyme de "regional electric ground effect naval transport".

 

ferry volant

 

Selon Ocean Flyer, les Néo-Zélandais pourront effectuer à partir de 2025 des trajets tels que Wellington-Christchurch en une heure à partir de 60 dollars par personne, ou entre Auckland et Whangarei sur des trajets aller simple de 30 minutes à partir de 30 dollars par personne.

Le PDG de la compagnie, Shah Aslam, a également déclaré qu'Auckland-Waiheke serait un voyage de 12 minutes à partir de 12 dollars, tandis que Wellington-Blenheim serait un voyage de 25 minutes à partir de 25 dollars par personne.

Les hydravions sont décrits comme des ferries volants éclectiques et transporteront des passagers entre des villes côtières. Leur vitesse est comparable à celle d'un avion, mais les coûts d'exploitation sont plus proches de ceux d'un bateau, selon REGENT.

L'avenir du transport côtier est peut-être arrivé.

 

 

 

Nicolas Roger en plein discours

Nicolas Roger

Responsable des éditions Australie et Nouvelle-Zélande @ lepetitjournal.com I Co-fondateur @ KIWIFRENCH.co.nz
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Auckland !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Nicolas Roger

Rédacteur en chef de l'éditon Auckland.

À lire sur votre édition locale