Mercredi 2 décembre 2020

Face au COVID-19, Queenstown s'unit pour aider Kiwis et migrants

Par Claire Tehari | Publié le 08/09/2020 à 03:02 | Mis à jour le 08/09/2020 à 09:54
Entraide Covid-19 Solidarité

Face aux conséquences du Covid-19, la communauté de Queenstown s'unit pour aider à la fois les migrants et les Kiwis dans le besoin. « L'un des rares bénéfices du COVID a été de voir la communauté s'unir pour s'entraider », a déclaré le directeur des ministères communautaires de l'Armée du Salut de Queenstown, Andrew Wilson, au média Daily Encourager.

Les agences sociales ont en effet noué des relations plus solides pour soutenir ceux qui luttent. Plus largement, il n'est pas rare de voir des voisins et collègues de travail s'entraider mutuellement. 

« Cette communauté a vraiment relevé le défi de s'occuper les uns des autres », poursuit Andrew.

Il y a près de six mois, lorsque la Nouvelle-Zélande est entrée dans un confinement national pour empêcher la propagation du virus, plusieurs agences locales ont décidé de collaborer pour prendre soin des personnes dans le besoin : c'est le cas de Happiness House, Baskets of Blessing, Volunteer South et Citizens Advice Bureau pour en citer quelqu'unes.

À ce stade, les personnes dans le besoin étaient principalement des migrants travaillant à Queenstown, bloqués en raison de la fermeture des frontières, des vols annulés et des pertes d'emplois dans cette ville de l'Île du Sud, connue principalement pour son activité touristique. À la fin du mois de juin, environ 6 000 personnes auraient quitté Queenstown en six mois, réduisant ainsi considérablement sa population de base. 

De la nourriture, des vêtements d'hiver, de la literie ou encore des conseils en matière de logement et d'immigration ont ainsi été donnés. 

Répondre aux besoins immédiats

Au début du mois de mai, l'Armée du Salut de Queenstown fournissait autant de services en une semaine qu'elle ne le fait habituellement en trois mois. « Il y a eu une augmentation importante des besoins », explique Andrew

Le besoin d'aide sociale immédiat était si élevé que l'équipe qui fournit un soutien social intensif a même dû suspendre son travail. Les demandes de soutien en santé mentale ont par ailleurs augmenté de manière significative pendant les niveaux d'alerte 1 et 2.

Depuis que la Nouvelle-Zélande est revenue à des mesures de prévention moins strictes, la Croix-Rouge s'occupe désormais localement des migrants tandis que d'autres agences sociales se relient pour aider la plupart des Kiwis dans le besoin.

Une grande variété de services

Les organismes d’aide néo-zélandais proposent par exemple un programme de mentorat financier de l’Armée du Salut, des conseils et un programme de mode de vie positif, lequel comprend huit modules qui aident les gens à renforcer leur résilience tels que, la conscience de soi, le chagrin et la perte, l'affirmation de soi, la gestion de la colère et l'établissement d'objectifs.

"Ce programme affichait complet dans les deux semaines suivant sa publication dans la communauté", assure Andrew. Les participants viennent « de tous les horizons » et vont de ceux qui sont « abattus » à ceux dont le point de vue sur la vie a changé à cause de la situation conclut-il.

 

Nous vous recommandons

Claire Tehari le petit journal auckland

Claire Tehari

Claire aime à considérer la vie comme un voyage. Elle a elle-même vogué entre les sciences, l’histoire et le journalisme, mais c’est ce dernier qui l’a emporté. Après un voyage initiatique, elle est heureuse d'écrire sur la NZ en attendant d’y retourner.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet